L'architecture suggestive d'RCR Artotec, à Bordeaux

Située en secteur protégé, au cœur du quartier Saint-Michel à Bordeaux, cette reconversion est signée RCR ARTOTEC, entité française de l’agence espagnole Pritzker 2017. ­Guidée par la lumière, elle fait s’interpénétrer l’intérieur et l’extérieur dans une impressionnante unité spatiale.

Bureaux et galerie d'art à Bordeaux, RCR ARTOTEC architectes - © PEP SAU
photo n° 1/5
Zoom sur l'image L'architecture suggestive d'RCR Artotec, à Bordeaux

Articles Liés

RCR ARTOTEC - Portrait

Retour en images sur 10 réalisations phares de RCR Arquitectes, Pritzker 2017

Le musée Soulages par RCR Arquitectes à Rodez

Nommé d’après la rue qui l’abrite, le projet Marengo fait ­partie de ces rares interventions qui interrogent d’emblée sur ce que signifie s’approprier un lieu existant, au-delà de la question de la rénovation et d’une simple mise en dialogue de vocabulaire entre l’ancien et le contemporain. L’intervention révèle la potentialité d’une bâtisse du XIXe siècle, mais pas seulement: à travers l’exhumation de son caractère ­originel, c’est la valorisation de ses lignes de force qui sous-tend la création du nouvel espace, interagit avec lui d’une façon quasi tactile, vivante. On connaît l’univers fondateur de RCR –sa puissance, son abstraction ou son rapport à la matière et à un paysage humanisé– mais ce qui surprend toujours tient à leur capacité à créer une spatialité qui dépasse, absorbe, joue avec les sens. Quand on passe la grille de l’édifice qui servit d’entrepôt de stockage de denrées puis d’atelier de serrurerie, on découvre un monde autonome. Derrière la façade encore parée des belles lettres de son enseigne, on ne soupçonne pas les trois niveaux qui se déroulent sur 700 m2, dévoilant des espaces hiérarchisés, unis dans un grand tout grâce à un savant jeu de lumière.

Strates et césures

L’idée de départ était de concevoir un lieu qui puisse, de manière flexible, accueillir des activités mixtes, à savoir le siège de l’agence, une galerie d’art et une habitation. ­Composé de trois niveaux indépendants –des caves voûtées au sous-sol, un plateau et un grand grenier sans connexion–, le bâtiment était plongé dans le noir. «Aujourd’hui tout ­communique, alors que ce n’était qu’un grand cul-de-sac. Nous avons déstructuré les strates pour donner de la valeur au sous-sol, créer une interpénétration de l’extérieur et de ­l’intérieur», explique l’architecte Thomas Rodriguez. Au travail de diagnostic de l’existant a succédé celui du nettoyage et de la réparation, de la répartition des charges en respectant la logique de trame inhérente à la bâtisse.

 

Au rez-de-chaussée, la même pierre des Charentes du XVIIIe siècle a été retrouvée pour combler les manques, et les murs délicatement sablés afin que les joints n’affleurent pas. Idem pour les ­éléments en bois qui ont été retaillés ou réparés dans les règles de l’art. La structure d’origine, modifiée au fil du temps, a été recomposée avec des pieds métalliques élancés qui scandent élégamment le plateau, ravivant l’âme du lieu autant qu’ils la réinterprètent. Tranchant avec la tonalité dorée de la pierre, le sol recouvert d’acier noir la valorise et, paradoxalement, la met en lumière.

Failles lumineuses

Classique chez RCR, l’acier noir, que l’on retrouve dans tout le bâtiment, témoigne, une fois de plus, de la volonté de faire avec une même matière qui agit tel un ferment unificateur. Filtres, sols et poteaux sont ainsi déclinés pour ordonnancer l’espace mais aussi pour le rendre poreux, presque insaisissable, se poursuivant dans des effets de reflets et de superposition de lignes géométriques affirmées. L’enjeu était d’abolir les frontières entre l’intérieur et l’extérieur et si le vestibule constitue un premier sas, c’est par une peau transparente que l’on entre: un immense vitrage sans poignée ni cadre, qui pivote, disparaît de lui-même, donnant l’impression d’éliminer tout obstacle. De fait, à l’intérieur, la notion même de fenêtre ou de porte est annihilée car tout est affaire de gradation et de limites suggestives. La stratification horizontale des trois plateaux définit la séparation privée et publique quand leur fragmentation verticale concourt à fluidifier la perception de l’ensemble. Avec ses deux escaliers identiques toute hauteur –l’un conduit jusqu’aux caves servant d’espace d’exposition– l’édifice paraît littéralement transpercé par deux failles lumineuses. A l’étage, c’est un spectaculaire paysage intérieur minéral qui se déploie, enchâssé dans des patios de verre qui se glissent entre les chevrons de la charpente d’origine. Là encore, si elles ramènent de la clarté, ces bandes transversales concourent, sans réelle clôture, à partitionner le grand volume. Et si c’est d’une beauté à couper le souffle, à la limite de l’œuvre d’art, on n’en demeure pas moins dans un espace à vivre –dont le pouvoir semble être de vous conditionner pour vous saisir pleinement de l’instant présent.

  • Lieu : Bordeaux (Gironde)
  • Maîtrise d’ouvrage : privée
  • Maîtrise d’œuvre : RCR Artotec, Aranda Pigem Pinedo Rodrigez Vilalta Architectes associés
  • Programme : galerie, agence d’architecture et?appartement
  • Surface : 700 m2
  • Calendrier : livraison, septembre?2017
  • Coût : 1,3 M€ HT
  • Entreprises : Arids Vilanna ; Metalliques Olot ; Alumilux-Metalux

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

PHOTO - 26720_1577283_k5_k1_3640084.jpg

Sous le béton, le bois. Mixité constructive pour […]

22/09/2021

300 Cet immeuble de logements intermédiaires conçu par l'agence JKLN et sis dans l'opération urbaine du boulevard Vincent-Auriol s'inscrit dans une logique de préfabrication tirant parti de la complémentarité du bois et du béton. Il réactualise un mode constructif mixte, qui devient générateur du […]

Christian de Portzamaparc

Christian de Portzamparc en direct depuis Venise

21/09/2021

300 Le 23 septembre 2021 à 17h, suivez en direct la conférence vénitienne de l'architecte Christian de Portzamparc, Prix spécial du jury du Grand Prix AFEX 2021 pour l'ensemble de son œuvre à l'export. A l'occasion des hommages officiels et publics aux pavillons nationaux de la 17e Biennale […]

PHOTO - Franck Hammoutène.eps

Franck Hammoutène (1954-2021)

21/09/2021

300 L'architecte Franck Hammoutène, lauréat de l'Équerre d'argent en 2006, est décédé le 14 septembre 2021. "Nos ouvrages sont contextuels, urbains. Radicaux puisque se voulant réalistes, pragmatiques et bénéfiques." Ainsi l'agence de Franck Hammoutène, basée à Paris, présente ses travaux. Né en 1954 à […]

Vue extérieure : Extension de l’hôtel de ville, Franck Hammoutene, Marseille, Prix de l’équerre d’argent 2006

Hommage à Franck Hammoutène en trois projets

21/09/2021

300 Lauréat de l'Équerre d'argent en 2006 pour l'extension de l'hôtel de ville de Marseille, l'architecte Franck Hammoutène est décédé le 14 septembre 2021, à l'âge de 67 ans. Retour sur trois de ses réalisations, qui illustrent son attachement à la géométrie, aux matières et au confort des espaces.

Susanna Fritscher, Theseus Temple, Vienna

Susanna Fritscher se joue du néoclassicisme à […]

09/09/2021

300 Aprés le Musée d'arts de Nantes, le Louvre Abu-Dhabi et le Centre Pompidou-Metz, l'artiste autrichienne Susanna Fritscher dévoile une nouvelle installation aérienne. Invitée par le musée des Beaux-Arts de Vienne, Susanna Fritscher a investi le Temple de Thésée, icône d'architecture néoclassique qui […]

Portrait de Bruno Gaudin et Virginie Bregal - Atelier Gaudin

Atelier Gaudin - Portrait

20/09/2021

300 Créé en 1998 par les architectes Bruno Gaudin et Virginie Bregal, l'Atelier Gaudin s'est toujours efforcé d'échapper à la spécialisation. De l'échelle urbaine à celle de l'architecture, jusqu'à la conception de mobilier, il vise à chaque projet à mettre en œuvre des dispositifs spatiaux et […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital