L'école d'économie de Toulouse, signée Grafton

Pour accompagner cette période de confinement, AMC offre en accès libre une partie du contenu de ses derniers numéros. L'école d'économie de Toulouse, conçue par l'agence Grafton, est publié dans AMC n°285-mars 2020.

 

Première livraison en France du duo irlandais Grafton, lauréat du prix Pritzker 2020, l'école d'économie de Toulouse déploie ses ailes de brique articulées dans un bâtiment « respirant », en symbiose avec la ville. Avec son vocabulaire foisonnant et ses accents bru-talistes, il réaffirme les caractères propres à l'architecture.

Ecole d’économie de Toulouse, Grafton architects - © DENNIS GILBERT
photo n° 1/15
Zoom sur l'image L'école d'économie de Toulouse, signée Grafton

Articles Liés

Yvonne Farrell et Shelley McNamara, de l'agence Grafton, lauréates du Pritzker 2020

Retour en images sur les réalisations phare de Grafton, Pritzker 2020

L'attribution du prix Nobel à Jean Tirole en 2014 a fait émerger l'université de Toulouse sur le plan international et a placé sa recherche en économie au premier rang européen. Ce pôle d'excellence, qui accueille des étudiants du monde entier, bénéficie maintenant de son propre bâtiment, regroupant l'ensemble des chercheurs et des doctorants. Sur le modèle de la fameuse London School of Economics, il a été rebaptisé « Toulouse School of Economics » (TSE). La référence anglo-saxonne va jusqu'à toucher l'architecture : en 2009, l'agence irlandaise Grafton (Shelley McNamara et Yvonne Farell) a remporté le concours, deux ans avant celui de l'école des Mines-Télécom sur le campus de Saclay. « Mais c'est le projet de l'université Bocconi, achevé en 2008 à Milan, qui a donné une assise internationale à notre agence », reconnaît Shelley McNamara. Cette activité s'est notamment poursuivie en 2015 avec l'université d'ingénierie de Lima (Pérou) et, en 2018, avec le commissariat de la Biennale de Venise sur le thème « Free space ». Si les deux Irlandaises renouent avec un brutalisme propre aux Anglo-Saxons, elles l'adaptent au contexte local. L'expressivité de la matière et des volumes, fortement développée, est mise au service d'une qualité spatiale structurée, qui imprègne le visiteur ou l'usager. On est ici à mille lieues de la tendance minimaliste des boîtes blanches, neutres et évanescentes qui se sont multipliées au tournant de ce siècle. Plutôt que de faire disparaître l'architecture, il s'agit ici de réaffirmer avec force ses caractères propres : la massivité, la texture, les formes, la mise en évidence des parcours et circulations, le cadrage des vues, le jeu délimité des pleins et des vides, de l'ombre et de la lumière.

Verticalité impérieuse

A Toulouse, sous le soleil du Midi, ces caractères sont particulièrement bien traités et mis en rapport avec l'environnement historique. En prolongement de l'enceinte médiévale de la ville, le bâtiment se déploie sur son terrain d'assise, face, au sud, au canal de Brienne creusé au XIXe siècle et, à l'est, à l'église romane Saint-Pierre-des-Cuisines. Il étend ses six ailes dans plusieurs directions, ménageant entre elles des vides, des patios, des jardins, qui font respirer le bâtiment, en symbiose avec son environnement. Côté ville, les façades sont revêtues de briques de 10 cm de large, semi-artisanales, fabriquées localement, posées à joints épais pour retrouver une texture proche de celle des murs séculaires environnants.

 

Trois cent mille briques viennent en double mur recouvrir l'isolant et la structure de béton, pour un développé de façades important, qui multiplie les modénatures : parois aveugles, soubassements, trumeaux encadrant des fenêtres verticales, moucharabiehs, brise-soleil, piliers des galeries de circulation.

 

Un vocabulaire foisonnant dont les multiples combinaisons font qu'aucune façade - si l'on peut parler en ses termes, tant le bâtiment semble tourner sur lui-même - ne se ressemble, offrant au regard un aspect toujours différent selon l'angle de vue. L'entrée principale s'effectue entre les deux ailes sud par un porche monumental, en passant sous une double galerie suspendue à 20 m. Le visiteur arrive alors au cœur du bâtiment ; il pénètre dans un univers de béton brut, un atrium à ciel ouvert d'où partent dans toutes les directions les circulations desservant les ailes, qui abritent près d'une centaine de bureaux ou laboratoires de recherche et quatre petits auditoriums : un enchevêtrement d'escaliers, de passerelles, de terrasses et de coursives s'accrochent à l'unique et imposant pilier en béton de la cage d'ascenseur, verticalité impérieuse et centrale évoquant les colonnes puissantes de l'église du couvent des Jacobins voisine. C'est bien ce volume intérieur non couvert - « piranésien » -, animé par ces jeux de niveaux superposés ou décalés où chacun peut voir et être vu, qui est le cœur du projet, ses « espaces publics » à usages non prédéfinis, l'antre où sont amenés à se rencontrer les chercheurs pour échapper à leur condition solitaire.

 

  • Lieu : Toulouse, Haute-Garonne
  • Maîtrise d’ouvrage : université Toulouse 1-Capitole ; Athegram, AMO
  • Maîtrise d'œuvre : Grafton Architects, mandataire ; Vigneu-Zilio, architecte d'opération ; Chapman BDSP, Oteis, BET fluides ; Gleeds, économiste
  • Programme : bureaux pour chercheurs et doctorants, auditoriums
  • Surface : 11 280 m2 Shon
  • Calendrier : concours, 2009 ; livraison, 2019
  • Coût : 44,5 M€
  • Entreprises : Eiffage construction, terrassement et gros œuvre

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Tente Superpausée, Collectif Vous, Ploemel (Morbihan), un espace détente sur trampolines de bateau

Bel été

31/07/2020

300 La rédaction d’AMC vous souhaite un bel été et vous donne rendez-vous en septembre pour de nouvelles actualités. D’ici là, inscrivez-vous pour recevoir les newsletters thématisées du mois d’août (les expositions et les livres à ne pas manquer, une sélection de réalisations...). Et n’oubliez pas de […]

Ecole polyvalente de 12 classes et multi-accueil petite enfance, Paris XVIIIe arr., TOA architectes

Coup d'œil sur Chapelle international #4: grandir […]

31/07/2020

300 Vaste opération de requalification de fonciers ferroviaires menée par Espaces Ferroviaires dans le XVIIIe arrondissement de Paris, sous la houlette de l'AUC, le nouveau quartier Chapelle international devrait accueillir d’ici 2023, 3000 nouveaux habitants et 3000 salariés dans un quartier mixte […]

La paysagiste Jacqueline Osty, Grand Prix de l'urbanisme 2020

Jacqueline Osty, la paysagiste faiseuse de ville, […]

30/07/2020

300 Le Grand Prix de l’urbanisme 2020 est décerné à la paysagiste Jacqueline Osty. La distinction, attribuée par le ministère de la Transition écologique aux professionnels de l'aménagement du territoire pour leur participation à faire progresser la fabrique urbaine, lui sera officiellement remise à la […]

310 Logements familiaux et étudiants, Ignacio Prego architectures, Paris XVIIIe arr.

Coup d'œil sur Chapelle international #3: mixité […]

30/07/2020

300 Vaste opération de requalification de fonciers ferroviaires menée par Espaces Ferroviaires dans le XVIIIe arrondissement de Paris, sous la houlette de l'AUC, le nouveau quartier Chapelle international devrait accueillir d’ici 2023, 3000 nouveaux habitants et 3000 salariés dans un quartier mixte […]

Le quartier Chapelle international en chantier, Paris XVIIIe arr., AUC urbaniste

Coup d'œil sur Chapelle international #1: l'AUC […]

29/07/2020

300 Vaste opération de requalification de fonciers ferroviaires menée par Espaces Ferroviaires dans le XVIIIe arrondissement de Paris, le nouveau quartier Chapelle international devrait accueillir d’ici 2023, 3000 nouveaux habitants et 3000 salariés dans un quartier mixte comprenant logements, bureaux […]

Hôtel Logistique et équipements publics, Paris XVIIIe arr., A.26 architectures

Coup d'œil sur Chapelle international #2: 400 […]

29/07/2020

300 Vaste opération de requalification de fonciers ferroviaires menée par Espaces Ferroviaires dans le XVIIIe arrondissement de Paris, le nouveau quartier Chapelle international devrait accueillir d’ici 2023, 3000 nouveaux habitants et 3000 salariés dans un quartier mixte comprenant logements, bureaux […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital