Le monolithe du musée des Beaux-Arts de Coire, signé Barozzi Veiga

Après un premier travail de restauration dirigé par Peter Zumthor, le musée des Beaux-Arts a chargé les architectes barcelonais Fabrizio Barozzi et Alberto Veiga de réaliser son extension. Depuis, l'historique Villa Planta du XIXe siècle est connectée, par un ouvrage en sous-sol, à un nouveau volume monolithique, entre verre et béton. 

Le musée des Beaux-Arts des Grisons livré en 2016 à Chur, par Barozzi Veiga - © Simon Menges
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Le monolithe du musée des Beaux-Arts de Coire, signé Barozzi Veiga

A la suite d’un concours international, l’agence barcelonaise Barozzi Veiga livre l’extension du musée des Beaux-Arts à Coire en Suisse en 2016. Le site d'intervention se trouve aux abords directs de la Villa Planta, le siège historique du musée. Construite par l’architecte Johannes Ludwig en 1874, Villa Planta était la résidence privée du marchand Jacques Ambrosius von Planta. Rachetée par le canton des Grisons avant d’être transformée en musée des Beaux-Arts, les bâtisses initiales ont fait l’objet, dans les années 1980, d’un projet de restauration dirigé par Peter Zumthor. Bien qu’elle s’en différencie du point de vue formel et architectural, l’extension de l’équipement donne naissance à une nouvelle unité des constructions du musée.

Mille et une références

Dans son autonomie formelle la plus totale, le projet de Barozzi Veiga est riche en références à la Villa Planta. Le plan carré et les proportions du modèle ont été étudiés puis repris de façon à générer un ensemble cohérent tout en maintenant un rapport d’échelle clair entre les deux bâtiments. Malgré un accès différent, les deux volumes se développent derrière une façade de représentation : quand des sphinx gardent l’escalier monumental de la villa, un cadre de béton lisse souligne l’entrée de la nouvelle aile. Le soubassement uniforme en béton lisse de cette dernière fait encore référence à la bâtisse XIXe. Pour l’extension, les architectes interprètent la rigueur géométrique de l’étage principal de la villa, avec son style palladien et ses nombreuses coupoles, par une architecture extrêmement formelle. Ainsi, les niveaux d’exposition conservent le schéma des pièces communicantes avec un hall central, point focal de la symétrie. Les nombreux témoignages intérieurs et extérieurs de l’activité marchande du premier propriétaire de la villa, tels que les sphinx, les fresques de style Pompéi ou encore la coupole dorée aux inspirations byzantines, se traduit dans la composition des nouvelles façades : un bas-relief à caissons en béton gris perle, clin d’œil évident à l’époque classique. Pour conserver au maximum le jardin, la liaison entre la Villa Planta et le nouveau bloc se fait en sous-sol par trois étages de galeries d’exposition.

 

Foisonnant de références au bâtiment préexistant, le nouveau volume signé Barozzi Veiga, en plus d’être autonome, représente un élément de renouveau tant pour le programme que pour la ville de Coire.

 

  • Lieu : Coire, Suisse
  • Maîtrise d’ouvrage : Hochbauamt Kanton Graubünden
  • Maîtrise d'oeuvre : Barozzi Veiga, architectes
  • Programme : extension du musée des Beaux-Arts
  • Surface : 4 000 M2
  • Calendrier : Livraison en 2016
  • Coût : NC

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

FAIRE Paris 2019, accélérateurs de projets innovants du pavillon de l'Arsenal et de la Ville de Paris

Faire 2019: ouverture des candidatures

17/05/2019

Le pavillon de l’Arsenal et la Ville de Paris, en collaboration avec MINI et la Caisse des Dépôts, lancent la troisième édition de l'appel à projets innovants FAIRE Paris, destiné aux architectes, urbanistes, paysagistes, ingénieurs, […]

Les Jardins parisiens d'Alphand, Sous la direction de Sylvie Depondt, Bénédicte Leclerc, Eric Burie.

Alphand, le créateur du paysage parisien - Livre

17/05/2019

Polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, rien ne prédestinait Jean-Charles Adolphe Alphand à devenir, en 1854, responsable des « promenades et des plantations de Paris », service venant d'être créé par le baron Haussmann. Ce […]

Sophia Antipolis, Cermics, Brante & Vollenweider architectes, 1996

Cermics, Sophia Antipolis, Brante & Vollenweider […]

16/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Centre de recherche et de design Mercedes-Benz, Sophia Antipolis, Pierre Fauroux architecte, 1989-1991

Centre de recherche et de design Mercedes-Benz, […]

16/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Rendez-vous à suivre

Cinq rendez-vous d'architecture, du 16 au 22 mai

16/05/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Formes et lumière Jusqu’au 16 mai, à la galerie d’Architecture, à Paris Exposition de la photographe Gitty Darugar qui […]

Institut de Physique de Nice, Sophia Antipolis, Yves Bayard & Henri Vidal architectes, 1985

Institut de Physique de Nice, Sophia Antipolis, […]

13/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus