La maquette d'architecture, objet magique irremplaçable

Maquette physique ou maquette numérique ? Depuis une dizaine d'années, les deux outils cohabitent, représentant le projet architectural avec des fonctions et des atouts distincts. Intégrée dans un flux continu d'informations partagées par tous les acteurs du projet - et plus seulement détenues par l'architecte -, la maquette numérique ne possède cependant pas cette vertu d'objet magique et quasi fétichiste que l'on reconnaît à son homologue physique.

Pour lire l'intégralité de cet article, abonnez-vous à AMC - édition Abonné Pour lire l’intégralité de cet article, tester gratuitement AMC - édition Abonné
PHOTO - 28363_1663671_k2_k1_3831684.jpg
photo n° 1/11
Zoom sur l'image La maquette d'architecture, objet magique irremplaçable

Articles Liés

Agence Muoto: "Le confinement a rappelé la valeur de la présence physique dans notre[...]

Les maquettes blanches de Sou Fujimoto, l'inspiration chez RBC Paris

Expo Dubaï 2020, l'universalisme à l'épreuve du désert

Les historiens des techniques ont montré qu'une technologie en devenir empruntait souvent ses formes à celles qui la précédaient. Ainsi, les premiers wagons de chemin de fer ou les premières automobiles ont repris la base des carrosses. Les logiciels BIM (Building Information Modeling) font aujourd'hui de la maquette numérique leur pierre angulaire, réélaborant la maquette physique, objet pluri-millénaire  (lire l'encadré) . Mais inversement, depuis les années 1980, celle-ci n'est pas étrangère au monde du numérique. A la tête d'Artefact depuis 1985, l'un des principaux ateliers parisiens de maquette physique, Rod Marawi a intégré dès le début les outils informatiques. En 1997, l'atelier s'est équipé de sa première machine à découpe laser. Aujourd'hui, il possède deux […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital