La photographie d'Adolphe Braun au musée Unterlinden de Colmar

Le photographe français Adolphe Braun est à l’origine d’une collection de tirages et de négatifs d’une grande richesse matérielle, patrimoniale et scientifique. Son impressionnante production (de 1851 à 1877) jusqu’ici méconnue du grand public est exposée jusqu'au 14 mai 2018 au musée Unterlinden de Colmar sous le titre « L'évasion photographique ».

Adolphe Braun (1812 – 1877) Le Cervin et le lac Riffelsee - Tirage au charbon 50,5 x 40,5 cm - Collection particulière - © Münchner Stadtmuseum
photo n° 1/10
Zoom sur l'image La photographie d'Adolphe Braun au musée Unterlinden de Colmar

Articles Liés

François Hollande a inauguré le musée Unterlinden à Colmar

L’œuvre d’Adolphe Braun a beau avoir été exposée dans de grands musées internationaux tels que le Met à New York ou le musée d’Orsay à Paris, elle est longtemps restée dans l’oubli. Cette première grande rétrospective met en lumière l’impressionnante production de cet ambitieux photographe-artiste-dessinateur. Deux cents objets photographiques, tirages, négatifs et plaques de verre retracent ici les principaux thèmes iconographiques du « fonds Braun », allant du motif floral au plafond de la chapelle Sixtine, en passant par des paysages suisses, égyptiens ou alsaciens. Ses grands tirages panoramiques, très populaires à l’époque, rendent compte des qualités descriptives de la photographie. La technique au charbon, brevetée par l’artiste, offre une capacité de reproduction infinie et satisfait les exigences d'un public avide d’images.

L’art n’est désormais plus réservé à une élite

Cet entrepreneur contribue de manière importante à l’étude du dessin et au développement des arts appliqués. Les plus belles œuvres du XIXe siècle, jusqu’alors peu accessibles ou réservées à une élite, sont diffusées auprès du plus grand nombre. A l’origine dessinateur de modèles destinés aux manufactures d’impression sur étoffes, son travail est d’une grande qualité esthétique et remarquable par sa précision. La production en masse de l’entreprise Braun lui vaut le surnom de « Gutenberg de l’art ». L’exposition met en relation ses œuvres photographiques avec des œuvres picturales, comme celles de Gustave Courbet par exemple, démontrant l’existence d’une relation étroite entre les deux disciplines. La scénographie simple et efficace explicite le cheminement d'Adolphe Braun et occupe toutes les dimensions de l'extension du musée Unterlinden, réalisée par les architectes Herzog & de Meuron.

  • "L'évasion photographique. Adolphe Braun"
  • Du 17 février au 14 mai 2018 au musée Unterlinden de Colmar
  • Site du musée Unterlinden

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital