La promesse d’un bureau moelleux, flexible… ou mort, selon Barber & Osgerby

Avec un humour décomplexé, le duo Jay Osgerby et Edward Barber annonçait la mort du bureau, « The Desk is Dead », le 11 septembre. C’est pour cela qu’ils se sont adressés au fabricant il y a quelques années, en lui proposant un nouveau développement de mobilier. Un rendez-vous chez Vitra de la Paris Design Week.

Soft Work, Vitra par Barber & Osgerby - © Vitra
photo n° 1/5
Zoom sur l'image La promesse d’un bureau moelleux, flexible… ou mort, selon Barber & Osgerby

Jay Osgerby et Edward Barber voulaient une idée dans l’esprit d’une nouvelle manière de vivre, non un concept figé. Le Studio britannique d’architectes a élu Vitra comme l’accompagnateur de leur révolution du travail, capable de matérialiser leur envie sur la base d'un investissement solide, et de deux ans de recherches. Leur devise, « Desk is dead », car « il y a près de dix ans, l’arrivée des outils portables et depuis miniaturisés avait initié ce processus, suivi du crash économique qui a lancé l’explosion du métier d’indépendant », résume Edward.

 

L'absence d'espace de travail approprié

Si bien, reprend Jay amusé, « qu’il n’existe plus d’espace de travail approprié, y compris dans les co-working ». Ils se sont donc penchés sur le sujet. Pour l'anecdote, leur chaise remarquable Tip Ton a été imaginée « presque par accident », suite à l’observation du mouvement des étudiants à leur table, imaginant un balancier exempt de mécanisme. Des espaces de travail existant, ils ne ne retiennent que la vision « d’un monde déprimant » ; ils s'étaient il y a quelques années interrogés sur « la nécessité pour un fauteuil d’avoir l’air d’une machine », c'est-à-dire qui affiche son ergonomie, pour meubler l’espace au final de « monstres » (dixit). Leur réponse à cette tragédie avait été la Pacific Chair, où l’attention a été mise sur le masquage de la technologie.

 

Rompre l’ennui du bureau

Convaincus qu’il fallait « rompre l’ennui et l’esprit de territoire », ils amènent « de la sensibilité au bureau avec les canapés modulables Soft Work ». C’est un système, avec un décroché de piètement qui paraît faire léviter les assisses et leurs dossiers à différents niveaux. Une série de modules à déplacer et à reconfigurer ou à faire évoluer. L’électricité, et les branchements sont intégrés, avec discrétion. La géométrie variable est le pivot de cette famille moelleuse au soutien fort du travailleur moderne. Cette déclinaison se fait « le reflet de notre société, où tout se mêle » sans frontière, ajoutent-ils, sans plus de spécificité de lieu entre un hall d’hôtel, un café, un aéroport... ou chez soi. Cette typologie mixte est prévue pour l’entreprise moderne, agile, faite pour suivre ses évolutions : maigrir ou grossir (« shrink and grow »). Une ligne d’espace partagé qui va déjà s’installer à Harvard.

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Le Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière, Aldo Rossi et Xavier Fabre arch. (1989-1991).

Des expérimentations rurales chez Aldo Rossi

23/10/2019

Le Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière (Limousin), seule œuvre en France signée Aldo Rossi – conçue avec Xavier Fabre entre 1988 et 1991 – organise, depuis 2018, des résidences d’architectes et de […]

Christophe Hutin

Biennale de Venise 2020 : Christophe Hutin, […]

23/10/2019

Lors de la 17e Biennale d’architecture de Venise, en 2020, le pavillon de la France sera réalisé par Christophe Hutin. Son projet « les communautés à l’œuvre » présentera une vision optimiste de communautés habitantes […]

Bâtiment neuf et réhabilitation, LIN Architects Urbanists, Logements sociaux et étudiants, Caserne de Reuilly, Paris, 2019

Coup d'œil sur la caserne de Reuilly #4 : LIN, […]

22/10/2019

La caserne de Reuilly, dans le 12e arrondissement de Paris, est une importante opération de transformation, qui mobilise sept équipes d’architectes. Aux cinq bâtiments conservés et réhabilités viennent s'ajouter six immeubles, […]

Martin Belou, Demain les chiens, 2019. Tente, aimants, fleur d’agaves, lampes, mitres de cheminées, bancs, tissus, drisse, bois, laiton, terre cuite, acier

Futur, ancien, fugitif, la nouvelle exposition du […]

22/10/2019

Jusqu'au 5 janvier 2020, le Palais de Tokyo accueille l'exposition «Futur, ancien, fugitif. Une scène française», qui rassemble des artistes ou collectifs basés en France ou à l'étranger mais liés au pays, de manière provisoire […]

Dia a Dia, un quotidien pour la 12e Biennale d'Architecture de São Paulo

Dia a Dia, un journal pour la Biennale de São […]

22/10/2019

Projet éditorial performatif, le quotidien Dia a Dia sera produit, édité et imprimé in situ à la XIIe Biennale d’Architecture de São Paulo 2019 par le collectif 614. Composé d'architectes, d'artistes et de graphistes français, le […]

338 logements, Petitdidierprioux, Paris 19e, janvier 2019

Petitdidierprioux livre deux projets de logements […]

21/10/2019

En janvier 2019, l'agence Petitdidierprioux livre 156 logements étudiants et 182 logements collectifs en accession, rue Curial dans le 19e arrondissement de Paris. Un projet qui suit de peu la résidence sociale de 71 logements boulevard du fort de Vaux (17e arr.), livrée en […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus