La topographie artificielle de TVK et Tolila+Gilliland à Clichy-Batignolles

Sur une parcelle triangulaire à l’extrême ouest du parc Martin Luther King dans le 17e arrondissement de Paris, les agences TVK et Tolila+Gilliland ont livré fin 2018 ce qu’ils appellent un « îlot culturel ». Car en plus des 342 logements sociaux et en accession, le programme comprend un cinéma et un centre d’animation de la Ville de Paris – qui ouvre cette semaine – avec salle de spectacle et de danse. Visite d’un nouveau fragment de la ZAC Clichy-Batignolles.

Vue de l'îlot culturel de TVK et Tolila + Gilliland depuis le parc Martin Luther King, ZAC Clichy-Batignolles - © Cyrille Weiner
photo n° 1/10
Zoom sur l'image La topographie artificielle de TVK et Tolila+Gilliland à Clichy-Batignolles

Articles Liés

TVK

134 logements à Paris avec vue sur le canal de l'Ourcq - TVK

Agence Tolila+Gilliland, Gaston Tolila et Nicholas Gilliland

Avec 3 400 logements, 140 000 mètres carrés de bureaux et une flopée de rez-de-chaussée réservés aux commerces, les 54 hectares de la ZAC Clichy-Batignolles avaient bien besoin de quelques équipements culturels. Logés le long du boulevard Berthier, à l’ouest du parc Martin Luther King, le cinéma de 7 salles et le centre d’animation municipal s’intègrent dans un îlot dense avec plus de 300 logements, des commerces sur rue, un jardin collectif intégrant une œuvre d’art. « L’objectif est d’en faire une destination culturelle », précise Antoine Viger-Kohler.

 

Un caractère intrinsèquement parisien

L’enjeu a été d’imbriquer les équipements aux trois immeubles d’habitation comprenant 153 logements sociaux, 80 logements à loyer maitrisé et 109 logements en accession. « L’importante densité était délicate à traiter car de l’ordre de l’haussmannien » précise le cofondateur de TVK qui laisse échapper un « COS de 6 » comme référence. « Le défi était de créer des vides, des vues, des situations confortables pour chaque usager », ajoute Gaston Tolila. Les architectes aiment rappeler que les contraintes de la ZAC Clichy-Batignolles ne sont pas si lointaines de celles d’un vieux quartier de Paris : « Monter dans les angles est un sujet très parisien car cela permet de s’éloigner des voisins ». Pour cela, les concepteurs ont écarté les masses bâties sur les pourtours afin d’aménager un creux au centre, pour le jardin. Ils ont créé une « topographie artificielle » afin de glisser le cinéma « Les 7 Batignolles » sous le jardin, lui-même en balcon sur le parc Martin Luther King. De même, les rez-de-chaussée se développent sur deux niveaux pour suivre la pente du boulevard Berthier. L’avantage de ce jeu de strates : tous les appartements prennent de la hauteur et dominent le paysage parisien. D’autant plus les parties culminant aux 50 mètres autorisés, soit 15 étages.

C’est également dans cet esprit haussmannien que TVK et Tolila+Gilliland ont fait le choix de façades minérales dans les tons beiges. Une teinte sable en écho au parc, blanc en référence à la roche calcaire de Paris, et brique pâle comme un clin d’œil aux Ateliers Berthier en face du projet. Et, pour obtenir un matériau porteur et pérenne – « avec la même qualité que la pierre » ira même jusqu’à dire Antoine Viger-Kohler –, ce sont les granulats qui donnent au béton ces nuances, directement dans la masse, sans colorants ni adjuvants.

 

Une géométrie progressive

La différenciation des bâtiments par la couleur s’ajoute à une géométrie spécifique. Côté social, la construction rose est comme plissée tel un origami alors que la blanche est plutôt ciselée avec des sous-faces de balcons sculptées en pointes de diamants. Côté accession, le bâtiment sable est twisté avec une torsion décalant la trame de poteaux d’un étage à l’autre. Pour chacun, même si les niveaux bas s’alignent sur rue de manière rectiligne, ce sont dans les étages que la géométrie s’affirme et se révèle.

« On souhaitait habiter les façades avec de vastes espaces extérieurs » indique Gaston Tolila. Et pour cause, chaque logement possède un balcon ou une terrasse avec une moyenne de 14 mètres carrés sur l’opération. Pour l’immeuble le plus éloigné du parc urbain, les concepteurs ont réussi à convaincre le bailleur Linkcity de prévoir, sur chaque balcon, des pots de fleurs avec des plantes sélectionnées en fonction de leur besoin d’ensoleillement et des robinets pour faciliter l’arrosage.

 

Un îlot culturel

Le centre d’animation de la Ville de Paris va faire sa rentrée mi-septembre avec le début des inscriptions. Le lieu propose une salle de spectacles et des studios de musique en sous-sol surmontés d’ateliers en rez-de-chaussée et des salles de danse à l’étage. Une ouverture très attendue dans le quartier puisque le reste de l’îlot a déjà vu le jour fin 2018.

Le cinéma, déjà ouvert, offre un café avec de larges vues sur le parc Martin Luther King. Les architectes ont sculpté sa toiture afin d’avoir suffisamment de terre pour les arbres du jardin qui le surplombe. Ce vide végétalisé est accessible par les deux immeubles sociaux.

Dans le jardin, Stefan Shankland a créé une œuvre qui s’intègre à la construction du projet en utilisant les rebuts et déchets des différents bétons préfabriqués pour les façades des immeubles. « Dix tonnes de granulats voués à être pilonnés ont été conservés avant d’être concassés pour créer à nouveau de la matière » que l’artiste a utilisée sur les cheminements piétons au milieu de la végétation.

 

  • Lieu : ZAC Clichy-Batignolles, Paris 17e, France
  • Maîtrise d’ouvrage : Linkcity, Nexity, SNES/Pathé, Ville de Paris
  • Maîtrise d'oeuvre : TVK (architectes mandataire), Tolila + Gilliland (architectes associés), Elithis (BET fluides et environnement)
  • Programme : Cinéma multiplexe de 7 salles, espace culturel, centre d’animation, salle de concert, 342 logements (sociaux, accession, loyer maîtrisé), commerces et jardin
  • Surface : 29 200 m² SDP
  • Calendrier : Livraison fin 2018, ouverture du centre d'animation en septembre 2019
  • Coût : 54,3 M€ HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Richard Sennett, sociologue

Entretien avec Richard Sennett, sociologue: "une […]

25/09/2020

300 Dans son ouvrage publié en 2019 Bâtir et Habiter. Pour une éthique de la ville, le sociologue Richard Sennett montre comment la ville contemporaine s’est peu à peu éloignée des idéaux démocratiques. Il plaide pour un urbanisme de l’inachevé, qui favorise l’initiative citoyenne et une résilience aux […]

La Seine Musicale, Shigeru Ban et Jean de Gastines architectes, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)

Au MID, les architectes engagés dans la […]

25/09/2020

300 Patrick Bouchain, Philippe Madec, Michel Desvigne ou encore Patrick Rubin présenteront au Moniteur Innovation Day (MID), le 19 octobre 2020, leurs engagements dans la construction d'un monde plus résilient. Le 19 octobre 2020, le Moniteur Innovation Day (MID) prendra ses quartiers à la Seine […]

Réhabilitation et extension d'une maison à Prosito (Suisse), Andrea Frapolli architecte

Une maison dans les montagnes du Tessin, par […]

24/09/2020

300 Dans le Tessin suisse, l'architecte Andrea Frapolli investit deux petites étables en ruine pour y loger une maison. Il joue avec la matière brute et les lignes franches du bâti, pour construire un imaginaire rural contemporain. A Prosito, village montagnard du Tessin situé au pied des Grisons […]

Wicker Pavilion, Didzis Jaunzem architecte, festival Annecy Paysages

Au festival Annecy Paysages, un parasol de 259 […]

23/09/2020

300 A l’occasion de la troisième édition du festival Annecy Paysages, l’architecte et scénographe letton Didzis Jaunzems a conçu le Wicker Pavilion (pavillon d’osier), installation qui offre un espace ombragé de détente et de méditation au cœur des jardins de l’Europe, à visiter jusqu'au 27 septembre […]

Carlo Grispello et Nadine Lebeau, architectes, agence Graal

Graal - Portrait

23/09/2020

300 Fondée en 2011 par Nadine Lebeau et Carlo Grispello, diplômés de l’Ensa Paris-La Villette et anciens collaborateurs de Nasrine Seraji et Renzo Piano, l’agence Graal s’intéresse à l’architecture autant qu’aux stratégies urbaines. C’est par l’enquête territoriale et la dimension économique du projet […]

Gravity boutique, Fundamental (Chipperfield et Jürgen Mayer H), Boutique du Centre Pompidou

Paris Design Week 2020, retour en images dans les […]

22/09/2020

300 La Paris Design Week, qui s'est tenue ce mois-ci (du 2 au 12 septembre) 2020, a été l’occasion de traverser la capitale en quête de nouveautés, avec permission exceptionnelle de voir et de tester. Extrait de ces visites suivant deux grandes orientations, l'efficacité et la préciosité. Septembre a […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital