« La ville du quart d’heure » de Carlos Moreno, Prix Obel 2021

Un objectif à atteindre en ville, selon le modèle de l’architecte Carlos Moreno: que tous les besoins d’un habitant soient à 15 minutes maximum de portée. L’élaboration de ce modèle urbain lui a valu le prix de l’Obel Award 2021.

Illustration du concept de Carlos Moreno, The 15-minute city, Paris - © Micael
photo n° 1/5
Zoom sur l'image « La ville du quart d’heure » de Carlos Moreno, Prix Obel 2021

Articles Liés

Équerre d'argent 2021 : le palmarès complet

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, lauréats du prix Pritzker 2021

Grand prix de l'Urbanisme 2021 : l'AUC ou la nécessaire rénovation de l'urbanisme

Avez-vous entendu parler du prix international Obel ? Cette reconnaissance nordique, issue de la Fondation Henrik Frode Obel, qui n’en est qu’à sa troisième édition, alloue à son lauréat la somme de 100 000 euros et un trophée dessiné par Tomas Saraceno, une œuvre d’art. Il identifie un projet d’architecture exceptionnel, en faveur d’une modification de l’environnement au service de l’humain. Cette distinction entend honorer les idées qui construisent un futur meilleur.

Tout à 15 min de distance maximum

L’édition 2021 a salué "la ville du quart d’heure", où "tout est à portée d’usage, avec la possibilité de repenser l'urbain, de le redessiner, de le régénérer", explique la Présidente du Jury, Martha Schwartz (de l’agence américaine éponyme). Le modèle conçu par Carlos Moreno, professeur à l’IAE de la Sorbonne, et son équipe, a une ambition affichée : proposer services, logements, lieux de travail et loisirs à une distance modérée, 15 minutes à pied ou à vélo. Il connaît déjà des mises en application, à Paris notamment où la Maire Anne Hidalgo s’appuie sur ses théories.

 

Bâtiments, projets paysagers, exposition peuvent postuler au prix Obel. Cette année, participaient au jury, Kjetil Trædal Thorsen, co-fondateur de l'agence Snohetta, Louis Becker, directeur du design danois Henning Larsen, et Xu Tiantian, de l’agence DnA en Chine. Les précédents lauréats étaient, en 2019, le Water Garden de Junya Ishigami au Japon, et en 2020 le centre de thérapie en boue et bambou et du Bangladesh “Anandaloy”, du Studio Anna Heringer.

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital