Lauréat de l'Equerre d'argent 2018 : le Centre de soins psychiatriques de Metz, par Richter & associés

A Metz, dans la ZAC des Hauts de Queuleu, le nouveau centre de soins psychiatriques pour adultes et enfants, lauréat de l'Equerre d'argent 2018, réinjecte vie et urbanité. Protecteur mais ouvert, le bâtiment concilie besoin d’intimité des usagers et connexions avec l’environnement.

Lauréat de l'Equerre d'argent 2018, centre de consultations et de soins à Metz-Queleu (Moselle), Richter & associés (architecte), Centre hospitalier spécialisé de Jury (maître d'ouvrage) - © Luc Boegly
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Lauréat de l'Equerre d'argent 2018 : le Centre de soins psychiatriques de Metz, par Richter & associés

La ZAC des Hauts de Queuleu, en aménagement depuis ­quarante ans, peine à trouver une identité. Au milieu d’un bric-à-brac de bâtiments d’activité, cet équipement de santé rattaché au centre hospitalier de Jury parvient à mettre le bâti existant au second plan et à créer une centralité urbaine, par la puissance de son ­architecture et son parti paysager. Les architectes ont choisi d’ancrer l’édifice dans le site par le biais de la végétation épargnée par l’urbanisation.

« Le bâtiment devait donner l’impression
d’émerger de la terre », explique Pascale Richter,
qui a conçu avec son frère Jan Richter et Anne-Laure Better ce centre de consultations et de soins psychiatriques situé à Metz.

En bordure du terrain, une frange boisée protège du trafic de la départementale ; elle se retourne en fond de parcelle en constituant un rideau d’arbres devant lequel l’édifice prend place, évoquant les compositions paysagères de la peinture classique. Ce petit morceau de nature où les branches s’enchevêtrent et où prolifèrent les plantes de sous-bois est le point de départ du développement de ce bâtiment à l’architecture brutaliste et organique, enveloppé d’une coque en béton brut dont les teintes font écho à l’environnement boisé. Colorée dans la masse, la matière tire légèrement sur le vert, tandis que cailloux et graviers réapparaissent en surface par petites touches au moyen d’une désactivation ponctuelle du béton – intervention réalisée par Grégoire Hespel dans le cadre du 1 % artistique. Sur le parvis, la végétation accompagne le cheminement : d’abord des haies d’arbustes qui, au terme de leur croissance, masqueront les places de stationnement, puis, au pied de la façade, des plantations qui composent une sorte de sas avant de pénétrer dans le bâtiment. 

Paysages intérieurs

Deux entités se partagent l’édifice : celle destinée aux mineurs occupe la partie droite, celle pour les adultes la partie gauche. Les deux catégories de patients ne devant ni se croiser ni même s’apercevoir, un bloc servant central (ascenseurs, escalier de service, sanitaires, locaux du personnel mutualisés) constitue un rempart opaque sur les deux niveaux du bâtiment. Hormis quelques variations sur la nature des activités collectives, le programme est globalement le même de l’une à l’autre unité : salles de consultation, d’activités de groupe (psychomotricité, cuisine pédagogique, peinture, théâtre), locaux du personnel.

 

La logique du plan procède d’une organisation en trois bandes longitudinales qui se succèdent dans la profondeur du bâtiment. Elles s’ouvrent les unes sur les autres via les cinq jardins intérieurs qui creusent le monolithe et autour desquels s’enroule le programme. Ces jardins représentent ici des espaces ­fondamentaux pour des personnes en fragilité psychique. Dans un environnement urbain peu accueillant, ils donnent au bâtiment son propre paysage et créent des repères spatiaux grâce à leurs variations de dimensions, d’usages et de végétaux (jardin potager, ou d’agrément, cour de jeux pour les enfants, terrasse arborée). Ils génèrent aussi des sous-ensembles programmatiques sans les fermer et apportent une continuité spatiale par les transparences visuelles, en chassant toute impression d’enfermement. De fait, la conception architecturale tend à faire éprouver à ces usagers un sentiment de sécurité et d’apaisement, tout en suscitant chez eux la mobilité du corps, du regard, de l’esprit. La coque en béton qui préserve l’intimité du lieu tout en offrant des vues cadrées sur l’environnement – lorsqu’elle s’abaisse d’un niveau ou se soulève du sol – est le manifeste à échelle urbaine de cette démarche.

 

  • Lieu : Metz (Moselle)
  • Maîtrise d’ouvrage : centre hospitalier de Jury
  • Maîtrise d'oeuvre : Richter architectes et associés (Pascale Richter, Jan Richter, Anne-Laure Better), mandataire ; Cte Mulhouse, BET structure ; Solares Bauen, BET fluides, HQE ; Gilbert Jost, BET électricité ; C2BI, économiste de la construction, OPC ; Bruno Kubler, paysagiste ; Grégoire Hespel, artiste
  • Programme : hôpital de jour (enfants) ; centre d’activités thérapeutiques à temps partiel (adultes) : salles de consultation, d’activités de groupe (psychomotricité, peinture, théâtre, cuisine pédagogique), bureaux de l’administration, salle de réunion, jardins, parking
  • Surface : 2 200 m2 SDP
  • Calendrier : concours, 2013 ; études, 2014 ; chantier, 2015-2017 ; 
    livraison, 2017
  • Coût : 5,4 M€ HT
  • Agence : richterarchitectes.com

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Exposition Le Maire et l’architecte. Marché aux bestiaux en activité, 1928, Tony Garnier.

Lyon célèbre les 150 ans de Tony Garnier

13/12/2019

Avec son utopie de «Cité industrielle», Tony Garnier fut le premier architecte moderne à penser la ville dans son ensemble. Né le 13 août 1869, cet architecte lyonnais, Grand Prix de Rome en 1899, a profondément transformé le visage de sa ville […]

Localarchitecture

Localarchitecture - Portrait

06/12/2019

Diplômés de l’EPFL, Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer fondent l'agence Localarchitecture à Lausanne en 2002. Les architectes Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer développent avec leur agence Localarchitecture une […]

A l'étage de la boutique Unifor, restauration de Simone Agresta

Renaissance d’une boutique Afra et Tobia Scarpa à […]

12/12/2019

UniFor a entièrement rénové son showroom historique à Paris, en ravivant l'œuvre conçue par Afra et Tobia Scarpa en 1979. Une intervention signée d’un autre architecte italien, Simone Agresta, qui a rendu hommage aux designers par la remise […]

Rendez-vous à suivre

Six rendez-vous d'achitecture, du 13 au 22 […]

12/12/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Distance critique Jusqu'au 13 décembre à L'îlot-S, à Annecy L'artiste Vincent Mauger a réalisé pour […]

124 logements sociaux et en accession, Fres architectes, Nantes

Un balcon en forêt par Fres architectes, à Nantes

11/12/2019

Dans la ZAC Bottière-Chênaie, à Nantes, l'agence Fres architectes livre 124 logements sociaux et en accession au cœur d'un paysage recomposé, reprenant les boisement courants dans la région. Dans la ZAC Bottière-Chênaie, l’agence […]

Jean-Luc CROCHON, architecte, agence Cro&Co Architecture

Cro&Co Architecture - Portrait

11/12/2019

Fondée par Jean-Luc Crochon et désormais co-dirigée par Nayla Mecattaf, l'agence Cro&Co Architecture est basée à Paris. Cro&Co Architecture est une agence structurée autour de deux architectes associés, Jean-Luc Crochon, fondateur […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus