Lauréat de l'Equerre d'argent 2018 : le Centre de soins psychiatriques de Metz, par Richter & associés

A Metz, dans la ZAC des Hauts de Queuleu, le nouveau centre de soins psychiatriques pour adultes et enfants, lauréat de l'Equerre d'argent 2018, réinjecte vie et urbanité. Protecteur mais ouvert, le bâtiment concilie besoin d’intimité des usagers et connexions avec l’environnement.

Lauréat de l'Equerre d'argent 2018, centre de consultations et de soins à Metz-Queleu (Moselle), Richter & associés (architecte), Centre hospitalier spécialisé de Jury (maître d'ouvrage) - © Luc Boegly
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Lauréat de l'Equerre d'argent 2018 : le Centre de soins psychiatriques de Metz, par Richter & associés

La ZAC des Hauts de Queuleu, en aménagement depuis ­quarante ans, peine à trouver une identité. Au milieu d’un bric-à-brac de bâtiments d’activité, cet équipement de santé rattaché au centre hospitalier de Jury parvient à mettre le bâti existant au second plan et à créer une centralité urbaine, par la puissance de son ­architecture et son parti paysager. Les architectes ont choisi d’ancrer l’édifice dans le site par le biais de la végétation épargnée par l’urbanisation.

« Le bâtiment devait donner l’impression
d’émerger de la terre », explique Pascale Richter,
qui a conçu avec son frère Jan Richter et Anne-Laure Better ce centre de consultations et de soins psychiatriques situé à Metz.

En bordure du terrain, une frange boisée protège du trafic de la départementale ; elle se retourne en fond de parcelle en constituant un rideau d’arbres devant lequel l’édifice prend place, évoquant les compositions paysagères de la peinture classique. Ce petit morceau de nature où les branches s’enchevêtrent et où prolifèrent les plantes de sous-bois est le point de départ du développement de ce bâtiment à l’architecture brutaliste et organique, enveloppé d’une coque en béton brut dont les teintes font écho à l’environnement boisé. Colorée dans la masse, la matière tire légèrement sur le vert, tandis que cailloux et graviers réapparaissent en surface par petites touches au moyen d’une désactivation ponctuelle du béton – intervention réalisée par Grégoire Hespel dans le cadre du 1 % artistique. Sur le parvis, la végétation accompagne le cheminement : d’abord des haies d’arbustes qui, au terme de leur croissance, masqueront les places de stationnement, puis, au pied de la façade, des plantations qui composent une sorte de sas avant de pénétrer dans le bâtiment. 

Paysages intérieurs

Deux entités se partagent l’édifice : celle destinée aux mineurs occupe la partie droite, celle pour les adultes la partie gauche. Les deux catégories de patients ne devant ni se croiser ni même s’apercevoir, un bloc servant central (ascenseurs, escalier de service, sanitaires, locaux du personnel mutualisés) constitue un rempart opaque sur les deux niveaux du bâtiment. Hormis quelques variations sur la nature des activités collectives, le programme est globalement le même de l’une à l’autre unité : salles de consultation, d’activités de groupe (psychomotricité, cuisine pédagogique, peinture, théâtre), locaux du personnel.

 

La logique du plan procède d’une organisation en trois bandes longitudinales qui se succèdent dans la profondeur du bâtiment. Elles s’ouvrent les unes sur les autres via les cinq jardins intérieurs qui creusent le monolithe et autour desquels s’enroule le programme. Ces jardins représentent ici des espaces ­fondamentaux pour des personnes en fragilité psychique. Dans un environnement urbain peu accueillant, ils donnent au bâtiment son propre paysage et créent des repères spatiaux grâce à leurs variations de dimensions, d’usages et de végétaux (jardin potager, ou d’agrément, cour de jeux pour les enfants, terrasse arborée). Ils génèrent aussi des sous-ensembles programmatiques sans les fermer et apportent une continuité spatiale par les transparences visuelles, en chassant toute impression d’enfermement. De fait, la conception architecturale tend à faire éprouver à ces usagers un sentiment de sécurité et d’apaisement, tout en suscitant chez eux la mobilité du corps, du regard, de l’esprit. La coque en béton qui préserve l’intimité du lieu tout en offrant des vues cadrées sur l’environnement – lorsqu’elle s’abaisse d’un niveau ou se soulève du sol – est le manifeste à échelle urbaine de cette démarche.

 

  • Lieu : Metz (Moselle)
  • Maîtrise d’ouvrage : centre hospitalier de Jury
  • Maîtrise d'oeuvre : Richter architectes et associés (Pascale Richter, Jan Richter, Anne-Laure Better), mandataire ; Cte Mulhouse, BET structure ; Solares Bauen, BET fluides, HQE ; Gilbert Jost, BET électricité ; C2BI, économiste de la construction, OPC ; Bruno Kubler, paysagiste ; Grégoire Hespel, artiste
  • Programme : hôpital de jour (enfants) ; centre d’activités thérapeutiques à temps partiel (adultes) : salles de consultation, d’activités de groupe (psychomotricité, peinture, théâtre, cuisine pédagogique), bureaux de l’administration, salle de réunion, jardins, parking
  • Surface : 2 200 m2 SDP
  • Calendrier : concours, 2013 ; études, 2014 ; chantier, 2015-2017 ; 
    livraison, 2017
  • Coût : 5,4 M€ HT
  • Agence : richterarchitectes.com

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Rising Talent Awards, Chen Hingyu, Pin Wall Light, Bentu

Jeune design made in China, aux Galeries Lafayette

18/02/2019

Le jeune design chinois a fait l’objet d’un double focus en ce début d’année. Lors du salon Maison&Objet au mois de janvier 2019, au cœur des Rising Talent Awards, et en écho, dans l'exposition de la sélection aux Galeries Lafayette […]

Qui a dit?

Qui a dit: "Le symbolisme est essentiel dans […]

18/02/2019

Une citation, trois possibilités. Qui a dit: "Le symbolisme est essentiel dans l'architecture"? Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, Denise Scott Brown et Robert Venturi ou Jacques Herzog et Pierre de Meuron? La réponse, en image.   "A la base de […]

Bjarke Ingels, architecte, agence BIG

Bjarke Ingels, agence BIG - portrait

18/02/2019

Fondée en 2006 par l’architecte danois Bjarke Ingels –ancien collaborateur de Rem Koolhaas et ancien associé de Julien de Smedt (Plot)–, l’agence BIG regroupe architectes, designers, urbanistes, paysagistes et chercheurs, à Copenhague, New York et […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus