LE FUTUR DÉCARBONÉ DE LA STATION POLAIRE DUMONT-D'URVILLE

A la demande de l'Institut polaire français, une équipe de maîtrise d'œuvre menée par les architectes Catherine Rannou et Jérôme Guéneau a réalisé un diagnostic et une mission de relevé in situ de la station française Dumont-d'Urville, sur la côte Antarctique. Leur plan-guide détaille des propositions pour moderniser et décarboner à l'horizon 2050 cette base, dont de nombreux bâtiments datent des années 1960. Entre low et high-tech, les solutions explorées font de ce projet un laboratoire de solutions constructives.

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
PHOTO - 29305_1714982_k2_k1_3943606.jpg - © Photos J.Guéneau | C.Rannou, architectes
photo n° 1/13
Zoom sur l'image LE FUTUR DÉCARBONÉ DE LA STATION POLAIRE DUMONT-D'URVILLE

Articles Liés

Venise 2021, le top 10 de la rédac #9 : L'Antarctique sous pression avec UNLESS

Lorsqu'en 2019, l'Institut polaire français Paul-Emile-Victor (Ipev) à Brest lance une consultation pour un diagnostic de la station polaire Dumont-d'Urville (DDU) en terre Adélie, les architectes Catherine Rannou et Jérôme Guéneau décèlent déjà tout son intérêt : le sujet concentre les grands enjeux politiques et environnementaux actuels. Parmi les zones les plus vulnérables de la planète, l'Antarctique et l'océan Austral jouent un rôle central dans le système climatique mondial et les régions polaires sont les postes avancés de la recherche scientifique et de l'étude du climat. L'impact environnemental du moindre geste humain est amplifié par une situation d'hypercontraintes. Par deux fois, en 2006 et 2008, Catherine Rannou a travaillé en Antarctique à l'occasion de résidences […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital