Le palais de justice d’Ignacio Prego à Pointe-à-Pitre cache bien son jeu

A quelques mètres seulement de la mer et face à la sous-préfecture, le nouveau palais de justice de Pointe-à-Pitre conçu par l’agence Ignacio Prego Architectures allie élégance et légèreté. Une illusion pour dissimuler un bâtiment résistant aux séismes, cyclones et intenses rayonnements solaires caribéens.

Entrée principale, Palais de Justice, Ignacio Prego Architectures, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 2018 - © Laure Vasconi
photo n° 1/11
Zoom sur l'image Le palais de justice d’Ignacio Prego à Pointe-à-Pitre cache bien son jeu

Articles Liés

Ignacio Prego - Portrait

Pour l’architecte Ignacio Prego, le principal enjeu du nouveau palais de justice de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, était de concevoir «un bâtiment familier et pratique pour réconcilier les citoyens avec l’autorité de la magistrature». En effet, à travers un bâtiment bas très vitré, loin des imposants monolithes opaques – néoclassiques mais aussi contemporains –, les concepteurs ont cherché à créer un bâtiment qui n’intimide pas le riverain.

 

Transparence et opacité

Ce nouveau bâtiment regroupe l’ensemble des services du tribunal de grande instance, auparavant dispersés sur plusieurs sites. Il abrite trois salles d’audience, alors que l’ancien palais de justice n’en comportait qu’une, et multiplie sa surface de plancher par trois. Mais malgré ses presque 6000 m2 au total, l’édifice n’est pas un empilement d’étages: il se développe dans la longueur. Et les façades se veulent ouvertes et transparentes, comme un affranchissement des codes autoritaires de l’architecture judiciaire, agrémentées de pare-soleil pour notamment respecter l’intimité des salles d’audience. Ignacio Prego souhaitait «conférer à cette construction une forme de sérénité et de force au travers d’une vaste intériorité ouverte sur la ville, un espace creux, profond et préservé. A la fois avec une ouverture symbolique sur l’espace urbain et le nécessaire retrait qu’implique l’action judiciaire». De l’extérieur, c’est donc une série de lamelles dorées qui se donnent à voir, une teinte qui répond aux façades ocres de la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre située en face.

 

Contexte hostile

Le nouveau palais de justice apparaît ouvert et léger mais c’est pour mieux cacher sa complexité constructive. En effet, bâtir à Pointe-à-Pitre n’est pas un long fleuve tranquille: séismes, explosions volcaniques, cyclones ou encore fortes pluies, intensité des rayonnements solaires et salinité corrosive de l’air marin rendent le travail délicat. De plus, l’île ne dispose que d’une réserve limitée de matériel pour la construction. Ignacio Prego a donc fait le choix d’une ossature en béton armé continue entre le toit et les infrastructures, afin d’assurer le transfert des secousses sismiques jusqu’aux fondations. Une charpente métallique couvrant les espaces publics –salles d’audience et des pas perdus– vient compléter cette structure en béton. Les façades, également porteuses pour assurer le contreventement, sont en béton armé et châssis vitrés en aluminium. Les pare-soleil en aluminium doré –en finition anodisée afin d’être plus résistant– recouvrent l’ensemble des façades vitrées mais aussi les murs et toitures afin de les protéger de l’intense soleil caribéen ainsi que des chocs en cas de cyclone.

 

 

  • Lieu : Pointe-à-Pitre, Guadeloupe
  • Maîtrise d’ouvrage : Agence publique pour l'immobilier de la Justice
  • Maîtrise d'oeuvre : Ignacio Prego Architectures (Ignacio Prego et Rémi Souleau)
  • Programme : tribunal de grande instance
  • Surface : 5893 m2 SP
  • Calendrier : concours en 2011, chantier 2015-2018, ouverture en octobre 2018
  • Coût : 24,2 M€ HT
  • Entreprises : EGIS (BET TCE), Mazet & Associés (économiste), Vivié & Associés (acousticien), Plan 02 (BET HQE)

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Lauréat du prix Première Œuvre 2019, atelier de verrerie à Brioude (Haute-Loire), Antoine Dufour Architectes, Sydec Allier Allagnon (maître d’ouvrage)

Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de […]

15/01/2020

Le prix de la Première Œuvre 2019 est attribué à l'atelier de verrerie de l'artiste Emmanuel Barrois à Brioude (Haute-Loire), conçu par l'agence Antoine Dufour Architectes. Un projet de réhabilitation mesuré, qui préserve les […]

Pierre Dufour et Aymeric Antoine architectes, agence Antoine-Dufour, prix de la Première Œuvre 2019

Antoine Dufour architectes, portrait des lauréats […]

15/01/2020

Lauréats du prix de la Première Œuvre 2019 avec l'installation de l'atelier du maître verrier Emmanuel Barrois dans une ancienne halle ferrovière à Brioude (Haute-Loire), les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour revendiquent le travail sur […]

Atelier de stockage, ancien camp de Natzweiler-Struthof, Natzwiller (67) ; Antoine Dufour, Choulet, Ecallard, Bollinger Grohmann

L'agence Antoine Dufour architectes, en projets

15/01/2020

Les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour, lauréats du prix de la Première Œuvre 2019, revendiquent le travail sur l'existant comme acte créatif. Par la charge de Pierre Dufour -architecte en chef des Monuments historiques dans les départements du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus