Les espaces fantômes de Do Ho Suh - Exposition à Washington

C’est dans l’air du temps, l’architecture ­inspire de plus en plus d’artistes contemporains. Rares sont ceux toutefois qui dépassent une approche conceptuelle pour produire une œuvre convaincante où, davantage qu’un sujet, la spatialité devient une expérience, un sujet sensible. Le Sud-Coréen Do Ho Suh y parvient magistralement, comme en témoigne « Almost homes », au Smithsonian American Art Museum, à Washington.

Installation shot of Do Ho Suh: Almost Home, Smithsonian American Art Museum, 2018,courtesy of the Smithsonian American Art Museum - © Gene Young
photo n° 1/9
Zoom sur l'image Les espaces fantômes de Do Ho Suh - Exposition à Washington

S’inscrivant dans la continuité du travail de ce créateur qui, depuis vingt-cinq ans, imagine et conçoit d’étonnantes sculptures architecturées avec du tissu polyester, l’exposition présente des installations immersives révélant un univers à la fois profondément familier et étranger. A travers sa production, l’artiste explore la nature de l’identité contemporaine, la mémoire, la migration ou encore les idées que nous nous faisons de la maison. Ici, les installations à grande échelle, les Hubs, sont des reconstitutions cousues main des habitations où il a vécu de par le monde. Elles deviennent l’illustration de sa propre itinérance – mais aussi de la nôtre –, qu’il s’agisse de sa maison ­d’enfance, de son appartement berlinois ou de celui de New York, reproduit grandeur nature. Ces structures s’accompagnent d’une série de salles communes et de passages que l’on peut emprunter. Si Do Ho Suh joue avec les couleurs, les superpositions et les échelles, le soin apporté aux détails – poignées, interrupteurs, prises de courant, etc. – contraste de façon troublante avec la matière utilisée, a priori impropre à la construction. Par sa transparence et sa légèreté, le tissu évoque l’absence, acquiert une dimension spectrale qui s’intensifie quand les œuvres sont posées en suspension, paraissant flotter au-dessus du sol.

Envoûtement

Conçues avec des techniques coréennes traditionnelles de couture associées à la modélisation et la cartographie 3D, ses « maisons-valises », comme Do Ho Suh les surnomme, peuvent être transportées dans n’importe quel endroit. A travers elles, la familiarité d’un espace domestique devient celle d’un espace liminal où la notion de « chez-soi » combine concept idéalisé d’un monde global et réalité physique, passé et culture immigrante du présent. Diaphanes mais tangibles, ces sculptures-habitacles ont une force plastique singulière et, au-delà du plaisir des yeux, le pouvoir étrange ­d’envoûter le visiteur. 

 

  • Do Ho Suh : Almost Home 
    Au Smithsonian American Art Museum, Washington, jusqu’au 5 août 2018

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Le 37 Sainte-Croix Atrium en cours de chantier DATA Architectes

À Paris, DATA fait sortir le BHV de ses murs

16/07/2018

Si la Fondation du groupe Galeries Lafayette, conçue par OMA dans le Marais (Paris IVe), a suscité l'enthousiasme général lors de son inauguration en mars, il faudra attendre le printemps 2019 pour prendre la mesure de ce bâtiment-machine qui s'inscrit dans […]

Lauréat 2017 du prix Innovation et architecture pour la mer de la Fondation Jacques Rougerie - Currents for Currents par Alam Deo Alrashid

Participez au concours de la fondation Jacques […]

16/07/2018

Le concours international d’architecture de la fondation Jacques Rougerie invite les architectes, ingénieurs, designers, étudiants et professionnels à s'intéresser aux nouveaux cadres de vie, d’équipement, de mobilité et […]

Valérie Jouve Sans titre (les Façades), 2017/8

Valérie Jouve dialogue avec le territoire […]

13/07/2018

Dans le cadre de son 30e anniversaire, le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne accueille « Formes de vie », la première exposition à Saint-Étienne de l’artiste photographe et vidéaste Valérie Jouve, originaire de la […]

La maison Bandelier, André Wogenscky à Saulieu, Cyril Brulé, Christelle Lecœur. Contribution de Dominique Amouroux

André Wogenscky au quotidien

13/07/2018

Autant le dire d'emblée, cet ouvrage consacré à la maison Bandelier, la première commande d'André Wogenscky, n'est pas un livre d'architecture comme les autres. Remarquable, il se distingue par sa capacité à traiter d'un […]

Christian de Portzamparc

Christian de Portzamparc reçoit le prix Praemium […]

13/07/2018

Le Praemium Imperiale est attribué cette année, dans la catégorie architecture, à l'architecte français Christian de Portzamparc. Décerné tous les ans par la Japan Art Association - la plus ancienne fondation culturelle du Japon - à cinq […]

Bal-Ysage, Nicolas Grun et Pierre Lauren, Annecy Paysage

Circuler dans les installations d’Annecy Paysage

12/07/2018

Jusqu'au 2 septembre 2018, Annecy Paysage invite à une déambulation dans la ville proposant 22 haltes, artistiques ou paysagères. L’occasion de revisiter cet environnement, réinvesti de métaphores. Mini parcours de cinq attractions et leurs numéros […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus