Les filtres gracieux de Susanna Fritscher, deux expositions en 2017

L'artiste Susanna Fritscher crée des instants de grâce, avec des installations qui façonnent un dialogue léger avec les espaces investis. Cette année, elle s'installe à Nantes, au musée des Arts, où elle a déroulé un rideau de fils silicone. Mais aussi à Lyon, à la Sucrière, où son jeu d’hélices s’est fait sonore. Portrait en deux expositions.

Susanna Fritscher, exposition De l’air, de la lumière et du temps au musée des Arts de Nantes, commissariat Alice Fleury - © Nantes Metropole / C. CLOS
photo n° 1/8
Zoom sur l'image Les filtres gracieux de Susanna Fritscher, deux expositions en 2017

Articles Liés

Stanton Williams – rénovation et extension du Musée d’arts de Nantes

On ne peut qu’être touché par l’humilité gracieuse de Susanna Fritscher. Sa démarche, très liée à l’architecture, n’est pas dans la forme: elle ne fait «rien, dit-elle avec délicatesse, que rendre visible un espace, qu’entrer en dialogue avec l’architecture». Elle voue un attachement particulier aux projets où, comme au musée des Arts de Nantes, les échanges ont été initiés en parallèle à la construction, avec les architectes Stanton Williams pour l’exposition de réouverture après rénovation: de l’air, de la lumière et du temps. Sa démarche qui consiste à sculpter la lumière, à magnifier l’existant, justifie son usage constant du blanc et du translucide pour ses différents travaux.

Expirations de verre

Ses interventions font preuve du même tact que sa parole. Dans le patio central du musée de Nantes, s’est installé un fragile labyrinthe jusqu'au au 8 octobre 2017. Ce sont 350 km de fils de silicone, tendus sur 15 m de hauteur, qui vibrent au moindre courant. Le respect de l'artiste se joint à l’enthousiasme que lui inspirent tous ceux qui accompagnent ses projets. Les maîtres d’un savoir-faire ancestral, les souffleurs de verre, par exemple. Les objets verriers exposés, provenant de la Cristallerie Saint Louis, représentent chacun le souffle du maître artisan qui lui a donné naissance, sorte de poumon extériorisé et poétique. Ou encore ceux, nombreux, qui ont monté son œuvre filaire monumentale, qui a nécessité une technicité partagée collégialement.

Chorégraphie sur fil

Le respect s’impose aussi naturellement à son public. Il n’est pas d’âge pour apprécier le circuit à l’intérieur de ce fin parcours de silicone tendu. A Nantes, l’œuvre est sous bonne garde mais ne nécessite quasiment pas de rappel à l’ordre. Un danseur lui a demandé s’il pouvait effectuer une chorégraphie sur ce terrain d’inspiration. Cela n’avait pas été envisagé à l’origine, «les chorégraphes, a-t-elle répondu, ce sont les pas des visiteurs», qui semblent en effet danser. L’enfant alterne sa cadence, entre la joie de l’aisance quand l’espace est ouvert, et le recul pour percevoir d’un regard vertical les limites qui donnent la direction à suivre. L’adolescent se plaît à accélérer le mouvement, affichant sa fierté à prévoir l’aventure. L’adulte oscille, se laisse tour à tour porter par les vides et cherche à élucider le mystère du dispositif. Dans les galeries périphériques, l’installation s’écoute. Les sons issus de tubes, mus par un moteur dans une giration progressive, ont des harmonies changeantes à mesure de l’accélération de la vitesse qui les ouvre en parasol. Ils rappellent le didgeridoo aborigène.

Etude aéroacoustique

Susanna Fritscher se reconnaît en «élève», comme elle a choisi de suivre les éclaircissements d’un expert aéroacousticien, non pas pour dominer un sujet mais afin de comprendre ce qui se joue dans les objets sonores qu’elle conçoit. Cette étude expérientielle a été poussée à Lyon pour la Biennale d’art contemporain, où sa structure habite un silo sur le site de la Sucrière, dans le cadre de la thématique 2017 des Mondes flottants. Elle y offre une nouvelle occasion de se perdre dans une situation sensorielle. Des tubes en plexiglas activent les flux de l’air passant à la manière des tuyaux des orgues, dans des variations allant du grave à l’aigu, toujours légères comme l’accompagnement d’une méditation. Ce vaste espace industriel lui-même tubulaire est mis en résonnance par la lumière dont de fins éclats suivent miroitant les ondes causées par le mouvement des visites. Rien ne s’ajoute, ne vient gratuitement enrichir ses œuvres que ce qui a déjà été pensé en amont ou au fil du processus. Ainsi a-t-elle invité la compositrice Eva Reiter à improviser à la viole de gambe au centre de l’installation, afin d’exploiter l’acoustique de cette cuve industrielle. Susanna Fritscher joue sur le fil du sensible et fait interagir lumière et son dans un équilibre adroit.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

Lot E, Brenac & Gonzalez & Associés architecte mandataire, MOA Architecture architecte associé, Paris (XVIIIe)

125 logements par MOA Architecture pour le […]

20/01/2021

300 Inscrite dans le projet urbain conçu par l'AUC pour le quartier Chapelle International à Paris (XVIIIe), la tour de logement E2 conçu par MOA Architecture se dresse sur un socle actif qu'elle partage avec son homologue E1 conçu par Brenac&Gonzalez&Associés, avec lequel elle s'accorde sur le principe […]

Le campus de l'Institut indien de management d'Ahmedabad conçu par Louis Kahn, Balkrishna Vithaldas Doshi et Anant Raje en 1962.

À Ahmedabad, les dortoirs de Louis Kahn sauvés de […]

19/01/2021

300 Début décembre, une pétition a été lancée par The Architectural Review, après la décision de l’Institut indien de management d'Ahmedabad (IIAM) de démolir 14 des 18 dortoirs du campus conçu par Louis Kahn, Balkrishna Doshi et Anant Raje en 1962. En un mois, plus de 600 architectes et universitaires, […]

Abonnés AMC

Lycée à Châteaurenard par Rémy Marciano et José Morales

Lycée à Châteaurenard par Rémy Marciano et José […]

18/01/2021

300 L'intégration dans le territoire agricole et collinaire de ce lycée conçu par Rémy Marciano et José Morales qui accueille 900 élèves s'appuie sur son inscription dans la continuité des lanières paysagères alentour. Sa localisation au nord-est de la parcelle libère un vaste espace de vie au sud, […]

Abonnés AMC

Centre sportif Charcot par Odile+Guzy à Paris (XIIIe)

Centre sportif Charcot par Odile+Guzy à Paris

15/01/2021

300 Le centre sportif d'Odile+Guzy assure une habile transition entre le quartier sur dalle de la ZAC Paris-Rive-Gauche (XIIIe arr.) et le tissu ancien bordant la rue du Chevaleret. Lesté par trois niveaux de parkings souterrains, il s'étale et s'enfonce sur sa parcelle triangulaire en pente. Sur sa […]

Grand Prix PARI Pavillon d’accueil d’une scierie, Corzé (Maine-et-Loire), 2017, Atelier d’architecture Ramdam

Le palmarès des prix PARI en Pays de la Loire

14/01/2021

300 PARI est un nouveau prix d’architecture lancé par la maison régionale de l’architecture des Pays de la Loire, qui a choisi de le placer sous le signe de la résilience et de l’optimisme. L’enjeu étant de questionner l’architecture dans sa capacité d’adaptation pour inventer un construit nouvelle […]

Jean Chabanne

Disparition de l’architecte et urbaniste Jean […]

13/01/2021

300 Le fondateur de l’agence Chabanne, l’architecte et urbaniste Jean Chabanne, s’est éteint le 28 décembre 2020 à l’âge de 74 ans. C’est son fils Nicolas Chabanne, président de l’agence depuis 2011, qui l’annonce dans un communiqué. Jean Chabanne fonde son agence en 1969, après avoir obtenu son diplôme […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital