Les folies architecturales de la maya-mania envahissent le Quai Branly

Au musée du Quai Branly, l’installation Aztec Hotel. Le style néo-maya en Amérique met à l'honneur l'engouement américain pour ces bâtiments graphiques, esseulés en pleine jungle. Leur qualité et leur beauté nourrissent encore aujourd'hui l'imaginaire des architectes et se complait, à travers des œuvres évocatrices, d'une histoire précolombienne. Spécialiste de la culture Tiki, Sven Kirsten revisite la reviviscence de la culture et de l’iconographie «Maya» dans la Californie de la fin du XIXe et du XXe siècle.

Maya Chapel: exterior - © ALA Art, Design & Architecture Museum; University of California, Santa Barbara.
photo n° 1/5
Zoom sur l'image Les folies architecturales de la maya-mania envahissent le Quai Branly

L’installation Aztec Hotel. Le style néo-maya en Amérique évoque la puissance inspiratrice de l’archéologie et la fascination pour les cultures englouties. En quête des origines de son existence, l’homme contemple avec émerveillement la grandeur et la décadence des civilisations, et puise dans son imagination pour recréer en pensée la splendeur des palais et des temples. Ainsi, dans les débuts de l’archéologie méso-américaine, la découverte de villes mystérieuses enfouies sous les lianes et la végétation tropicale a nourri l’imagination de l’Occident.

De Robert Stacy-Judd à Frank Lloyd Wright

Les Américains ont longtemps souffert d’un manque d’identité historique et envié l’Ancien Monde pour ses grandes civilisations, en particulier les empires romain et grec. Avec leurs prouesses architecturales et artistiques, les civilisations mayas et aztèques semblaient pouvoir rivaliser avec celles de ces prédécesseurs européens. L’Amérique du Nord pouvait enfin se vanter d’avoir trouvé ses racines. Cette philosophie resta très présente jusque dans les années 1920. Au moment même où l’archéologie maya bénéficiait dans les médias d’une popularité sans précédent, l’architecte Robert Stacy-Judd annonçait avec la construction de son Aztec Hotel à Monrovia (Californie) le premier exemple d’une architecture 100% américaine. L’usage impropre du terme « aztèque », appliqué à un bâtiment qui arbore principalement des éléments de style maya, est symptomatique de l’interprétation tous azimuts des sources artistiques méso-américaines qui avait cours à l’époque. Durant cette courte période qui va du milieu des années 1920 à la fin des années 1930, l’architecture et l’esthétique mayas deviennent incontournables aux Êtats-Unis. Cette exposition présente un échantillon de ce phénomène unique dans la culture pop, qui se décline depuis des interprétations accomplies comme celles de Frank Lloyd Wright jusqu’à des expressions plus populaires dans le milieu du XXe siècle.

 

  • Installation Aztec Hotel. Le style néo-maya en Amérique

  • Du 20 juin au 8 octobre 2017

  • Musée du quai Branly – Jacques Chirac, 75007 Paris

  • www.quaibranly.fr

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Exposition

Fernand Pouillon en son royaume de Belcastel

30/10/2020

300 Dans l’Aveyron, au château de Belcastel, qui fut la dernière demeure de Fernand Pouillon, deux expositions célébraient en octobre 2020, l’architecte visionnaire disparu en 1986 et longtemps décrié de son vivant. Avec « Architecture vivante », le photographe et cinéaste Stéphane Couturier s'est […]

Pascal Chombart de Lauwe et Etienne Chevreul-Demas, architectes. agence Tectone

Tectone - Portrait

30/10/2020

300 L’architecte urbaniste Pascal Chombart de Lauwe fonde Tectone en 1986 avec Jean Lamude (décédé en 1996). Etienne Chevreul-Demas devient associé en 2017. Bien que les normes complexifient la production des logements, l’agence Tectone, forte d’une expérience de trente ans dans le domaine, défend qu’il […]

Abonnés AMC

PHOTO - 22932_1370558_k3_k1_3176913.jpg

Référence: Maurice Blanc, moderne Grenoblois

29/10/2020

300 Le Grenoblois Maurice Blanc (1924-1988) consacre sa vie à l'architecture et à l'urbanisme avec une contribution originale qui se déploie entre 1950 et 1980. Maître d'œuvre engagé, il est l'un des initiateurs locaux de la formation permanente des architectes et un acteur politique municipal. Pour cet […]

Rendez-vous à suivre

5 rendez-vous d'architecture, à ne pas manquer ce […]

29/10/2020

300 Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. 1. Conquêtes spatiales, à Annecy Au tournant des années 1960, Jean-Louis Chanéac, Claude Costy et Pascal Häusermann imaginent un nouveau langage architectural aux formes organiques, exprimant une vision […]

Abonnés AMC

Projet pour l'Arena Porte de la Chapelle, Paris, SCAU et NP2F architectes

JO Paris 2024 : Grands équipements, petit souffle

28/10/2020

300 Les grands équipements qui seront bâtis à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, le centre aquatique à Saint-Denis et l'Arena porte de la Chapelle, offrent des traductions sans ostentation aux injonctions légitimes à la modération environnementale. Au risque de manquer le […]

« Nos jours heureux, Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel »,

Déconstruire la mythologie du bonheur - Livre

28/10/2020

300 Publié par le prestigieux Centre canadien d’architecture à l’occasion de l’exposition du même nom organisée dans ses murs l’an dernier, « Nos jours heureux, Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel » est un collage réflexif, richement illustré et nourri d’une belle variété de […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital