MEMPHIS sur le devant de la scène à Bordeaux – Exposition

Le musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux ne pouvait pas mieux choisir que la figure tutélaire d'Ettore Sottsass, fondateur du groupe Memphis, pour illustrer la liberté, thème de la saison culturelle de la ville cette année. Déjà présentée à la fondation Berengo en marge de la dernière Biennale d'architecture de Venise, l'exposition « Memphis, Plastic Field » réunit plus de 160 œuvres iconiques de 20 designers –dont un très bel ensemble de vases réalisés à Murano– conçues entre 1981 et 1988 par l'un des collectifs les plus subversifs de l'histoire du design.

« Memphis, Plastic Field », exposition au MADD de Bordeaux - © Studio Azzurro/Courtesy Memphis Srl
photo n° 1/5
Zoom sur l'image MEMPHIS sur le devant de la scène à Bordeaux – Exposition

Si ces jeunes architectes et designers se sont plu à dynamiter les certitudes du fonctionnalisme et à faire éclater les codes de la modernité pour orienter le design vers une communication visuelle, c'est avec une joie et un humour qui, au vu de la production présentée, restent palpables aujourd'hui. On y reconnaît nombre de best-sellers, comme la bibliothèque Carlton, la chaise First, de Michele De Lucchi, ou la lampe Super, de Martine Bedin, dont le succès ne se dément pas.

Un élan de liberté

Mais surtout se dévoile un univers régi par la radicalité d'un langage de formes et de couleurs qui ouvre le champ de tous les possibles, le sens et la présence de chaque objet l'emportant sur sa fonction.  A noter que parmi les artistes de toutes nationalités réunis autour d'Ettore Sottsass figurent deux Bordelaises, Martine Bedin et Nathalie Du Pasquier. Remettre Memphis sur le devant de la scène, c'est aujourd'hui l'occasion de s'interroger sur l'actualité de cet élan de liberté qui a placé la culture démocratique au cœur des enjeux. Car ce que prônait d'abord le groupe, c'était bien la décoration pour elle-même, avec un retour à la spontanéité. Comme aimait à le dire Ettore Sottsass, « faire du design, ce n'est pas donner forme à un produit plus ou moins stupide pour une industrie plus ou moins luxueuse. [C'est] une façon de débattre de la vie. »

 

  • « MEMPHIS, PLASTIC FIELD » Jusqu’au 5 janvier 2020, au musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux, commissariat de Jean Blanchaert et Constance Rubini. 

  • Le catalogue éponyme », publié par les éditions Norma en coédition avec le madd-Bordeaux, revient sur la genèse de ce mouvement qui a remis la culture démocratique au coeur du design et a réintégré avec un humour irrévérencieux dans ses codes l’ornement et la décoration. Auteurs : Constance Rubini , Jean Blanchaert. 216 p, 450 ill. 39 euros. 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Lauréat du prix Première Œuvre 2019, atelier de verrerie à Brioude (Haute-Loire), Antoine Dufour Architectes, Sydec Allier Allagnon (maître d’ouvrage)

Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de […]

15/01/2020

Le prix de la Première Œuvre 2019 est attribué à l'atelier de verrerie de l'artiste Emmanuel Barrois à Brioude (Haute-Loire), conçu par l'agence Antoine Dufour Architectes. Un projet de réhabilitation mesuré, qui préserve les […]

Pierre Dufour et Aymeric Antoine architectes, agence Antoine-Dufour, prix de la Première Œuvre 2019

Antoine Dufour architectes, portrait des lauréats […]

15/01/2020

Lauréats du prix de la Première Œuvre 2019 avec l'installation de l'atelier du maître verrier Emmanuel Barrois dans une ancienne halle ferrovière à Brioude (Haute-Loire), les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour revendiquent le travail sur […]

Atelier de stockage, ancien camp de Natzweiler-Struthof, Natzwiller (67) ; Antoine Dufour, Choulet, Ecallard, Bollinger Grohmann

L'agence Antoine Dufour architectes, en projets

15/01/2020

Les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour, lauréats du prix de la Première Œuvre 2019, revendiquent le travail sur l'existant comme acte créatif. Par la charge de Pierre Dufour -architecte en chef des Monuments historiques dans les départements du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus