Musée de Cluny : le chantier de Bernard Desmoulin

A Paris, le musée de Cluny demeurait l'un rares musées nationaux à ne pas avoir encore entamé sa mue pour se conformer aux attentes du XXIe siècle en matière d'équipement culturel. En chantier depuis septembre 2016, le nouveau pavillon d’accueil imaginé par l’architecte Bernard Desmoulin en est le premier élément visible et donne déjà la mesure d’une modernisation prometteuse.

Chantier du nouvel accueil, vue intérieure Paris, musée de Cluny - musée national du Moyen Âge Octobre 2017 - © Alexis Paoli
photo n° 1/9
Zoom sur l'image Musée de Cluny : le chantier de Bernard Desmoulin

Lieu aussi exceptionnel qu’insolite par son emplacement au cœur du Quartier latin, ses vestiges antiques, son architecture civile médiévale et son jardin, le musée national du Moyen Age a entamé une mue en profondeur pour se conformer aux attentes d’un d’équipement culturel du XXIe siècle. A l’horizon 2020, l’institution sera restaurée et repensée dans sa globalité, avec des parcours fluidifiés et rendus accessibles.  Pièce maîtresse de ce grand ordonnancement, le nouvel accueil assume son identité contemporaine tout en s’inscrivant dans la continuité d’une histoire patrimoniale commencée au IIe siècle, disparate et imbriquée. Le petit édifice de 250 m2 au sol prolonge autant qu’il participe à rendre lisible ce palimpseste muséal. « Ce n’est qu’un accueil et l’enjeu n’était pas celui du geste architectural. Son ampleur ne tient pas à son volume, modeste, mais à sa capacité à organiser tous les parcours », explique l’architecte.

 

Une vêture en fonte d'aluminium

 

Ce dernier réussit l’exercice délicat de faire signe depuis le boulevard Saint-Michel, tout en choisissant la voie de la sobriété et de l’effacement par rapport aux volumes anciens. Avec sa silhouette archétypale constituée de deux nefs accolées, le bâtiment se distingue du contexte lapidaire du site et participe à le révéler, grâce au contraste de sa vêture métallique notamment. En cours d’habillage, les façades se parent progressivement de plaques moulées en fonte d’aluminium dont la couleur varie au fil de la journée, de l’ocre au doré. Toutes différentes, tour à tour ciselées ou rugueuses – certaines se différencient par la réinterprétation d’un motif de dentelle de pierre sculptée de la chapelle de l’hôtel –, elles nécessitent un jeu de construction très précis. Ce qui n’est pas la seule innovation du chantier, car les trois niveaux de plancher reposent en réalité sur quelques micropieux afin de préserver la couche archéologique existante. « Au départ, nous voulions du bronze mais c’était trop lourd d’un point de vue structurel. L’édifice est en réalité suspendu à la toiture, ce qui est techniquement très complexe même si cela ne se voit pas », précise Bernard Desmoulin. A terme, l’ajout devant les parties vitrées de plaques ajourées, à l’instar de moucharabiehs, achèvera d’unifier l’enveloppe et de la consacrer comme un signal urbain. A n’en pas douter, le pavillon d’accueil saura conduire dignement les visiteurs à l’intérieur d’un musée qui, on l’espère, bénéficiera d’une refonte scénographique (en collaboration avec Adrien Gardère) également soucieuse du déjà-là. Car, au-delà de la justesse de l’implantation du bâti se profile déjà celle de sa matérialité qui transcende la question ornementale pour insuffler une présence véritable. Rendez-vous en juillet pour une réouverture partielle du musée.

 

  • Lieu : Paris
  • Maîtrise d’ouvrage : ministère de la Culture, direction générale des patrimoines
  • Maîtrise d'ouvrage déléguée : Oppic
  • Maîtrise d'oeuvre : Bernard Desmoulin, architecte. AI Environnement, BE environnement ; Venathec (BE acoustique) ; Scoping (BET); C1E Ingénierie (BET BFUP)
  • Programme : extension  de 250 m2 (accueil billetterie, librairie-boutique, espce pédagogique, vestiaire, salle de régie pour les œuvres, salle de présentation temporaire, passerelle)
  • Calendrier : livraison prévue juillet 2018
  • Coût : budget prévisionnel 7,64 M€ TTC toutes dépenses confondues
  • Entreprises : Lefèvre (structure clos et couvert, passerelle), Bonnardel (aménagement intérieur et mobiliers), Morlet (plomberie, chauffage, ventilation), ERI (électricité), Kone (ascenseur), Les Peintures parisiennes (revêtements des sols souples et peinture)

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Extension d'école maternelle, LT2A architectes, Paul Emmanuel Lambert et Foucault Tiberghien architectes, Loos (Nord)

Extension d'école en site occupé, par LT2A […]

19/03/2019

La jeune agence parisienne LT2A, fondée par les architectes Paul Emmanuel Lambert et Foucault Tiberghien, livre la rénovation et l'extension d'une école maternelle à Loos (Nord). Le marché lancé pour l’extension de cette école maternelle […]

Centre technique municipal du Blanc-Mesnil (André Lurçat, arch., 1963), octobre 2018

Au Blanc-Mesnil, on rase André Lurçat

19/03/2019

Après-guerre, la ville du Blanc-Mesnil s'enorgueillissait d'une vingtaine de bâtiments signés André Lurçat. Aujourd'hui, elle a fait le choix de démolir le centre technique municipal, construit en 1962 par l'architecte. En […]

Journée-débat:

Quelle place pour le genre en architecture? […]

19/03/2019

Le vendredi 22 mars 2019 au 11 Conti-Monnaie de Paris (VIe arr.), la journée-débat "Genres et espaces" réunira chercheurs, associations, collectifs et enseignants des écoles d'architecture, proposant une réflexion inclusive dans leurs travaux. De la […]

Bâtiment pont, immeuble de bureaux, Marc Mimram Architecture Ingénierie, Paris XIIIe arr.

Quand Marc Mimram se joue de la gravité, à Paris […]

18/03/2019

Là où le faisceau ferroviaire de la gare d'Austerlitz (Paris, XIIIe arr.) est trop large pour être couvert puis bâti, l'architecte et ingénieur Marc Mimram propose de renverser la logique d'aménagement sur dalle qui façonne cette partie de […]

Qui a dit?

Qui a dit: "L'architecture, c'est soit soulever […]

18/03/2019

Une citation, trois possibilités. Qui a dit: "L'architecture, c'est soit soulever des masses, soit les ancrer au sol"? Marc Mimram, Jacques Ferrier ou Renzo Piano? La réponse, en image. "En tant qu’ingénieur, Marc ­Mimram a travaillé avec […]

Les ruches du jardin des plantes, appel à candidature pour créer des ruches d’abeilles pour les parcs de la ville de Lille

Les abeilles de Lille, en quête de ruches […]

18/03/2019

Avis aux architectes-apiculteurs de la métropole lilloise: WAAO–Centre d’architecture et d’urbanisme à Lille, en partenariat avec les Parcs et Jardins de la ville et son rucher-école, lance un appel à candidatures pour recruter une équipe de […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus