Nouvelle rétrospective Le Corbusier au musée Soulages

Après l’architecte, le designer, voici le peintre ! La rétrospective Le Corbusier, présentée au musée Soulages de Rodez jusqu'au 20 mai 2018, s’articule autour de son ouvrage L’atelier de la recherche patiente (1960), regard qu’il porte à 73 ans sur sa vie et son œuvre. 

“L’atelier de la recherche patiente” Auteur : Le Corbusier, 1960 - © Fondation Le Corbusier, Paris/ADA GP
photo n° 1/7
Zoom sur l'image Nouvelle rétrospective Le Corbusier au musée Soulages

Articles Liés

Le musée Soulages par RCR Arquitectes à Rodez

Le sujet Le Corbusier semble inépuisable et les premières décennies du XXIe siècle lui sont toujours reconnaissantes. Penseur du concret, il est célébré, voire quelquefois brandi comme le moyen d’une mise en avant commerciale (cf la vente de ses couleurs aux industriels). Mais à Rodez est fait honneur à son esprit de synthèse des arts majeurs. L’espace privé auquel il est fait allusion dans son ouvrage L’atelier de la recherche patiente, point de départ de l’exposition, a une valeur symbolique, figurant l’espace où se joue l’œuvre –soit la main de l’homme. Avec ses deux adresses physiques, son bureau de la rue de Sèvres et son appartement-atelier de rue Nungesser-et-Coli, il forme en quelque sorte un espace multidimensionnel.

Une œuvre plastique, un labeur secret

Le montage, « fresque heuristique » annonce son commissaire Aurore Méchain, se rapproche d’un collage, visuel d’abord et soutenu d’écrits, dans une scénographie signée de l’architecte, urbaniste, scénographe Jacques Sbriglio. L’ensemble des pièces choisies, dessins, peintures, sculptures, études pour tapisserie, maquettes, renvoient à l’homme qui, en 1948, écrit au sujet de son œuvre plastique : « Je pense que si l’on accorde quelque signification à mon œuvre d’architecte, c’est à ce labeur secret qu’il faut en attribuer la valeur profonde ». Les visites de ce laboratoire qui dévoile encore un aspect du maître, sont ouvertes djusqu'au 20 mai 2018.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Serpentine Pavilion 2019, Junya Ishigami architecte

Cet été, Junya Ishigami enchantera la Serpentine […]

20/02/2019

C’est l’architecte japonais Junya Ishigami, dont les œuvres aériennes étaient exposées à l’été 2018 à la Fondation Cartier, à Paris, qui réalisera le Pavillon Serpentine 2019. Installation à […]

Junya Ishigami architecte, par Tasuko Amada

Junya Ishigami architecte - portrait

20/02/2019

Né en 1974, l'architecte japonais Junya Ishigami, formé à la National University of Fine Arts and Music de Tokyo, fonde son agence dans la capitale japonaise en 2004. Lauréat du Global Award for Sustainable Architecture en 2010, il réalisera le pavillon de […]

AMC n°44-février 1978, couverture

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec […]

20/02/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus