NP2F architectes: "Les infrastructures du sport quotidien peuvent, autant que les grands stades, transformer la ville"

Alors qu'ils viennent de remporter avec l'agence SCAU, le concours pour la nouvelle Arena Porte de la Chapelle à Paris, un des équipements phares bâtis en prévision des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, les architectes de l'agence NP2F militent pour que les espaces du sport du quotidien soient eux-aussi les moteurs de profondes transformations urbaines. Depuis l'exposition «Sport, portrait d'une métropole» en 2014 au Pavillon de l'Arsenal, ils expérimentent au fil de leurs projets, de nouvelles manières de penser les interactions entre la ville et les activités sportives.

La Cathédrale des sports de Bordeaux Brazza, équipement sportif multifonctionnel (paddle tennis, escalade, golf, gymnastique), NP2F architectes, vue esplanade - © NP2F
photo n° 1/10
Zoom sur l'image NP2F architectes: Les infrastructures du sport quotidien peuvent, autant que les grands stades, transformer la ville

Articles Liés

Paris 2024: l'anti-spectacle de SCAU et NP2F pour la future Arena de Paris

NP2F architectes, François Chas, Fabrice Long, Nicolas Guerin et Paul Maître-Devallon

Caractère spécial § + NP2F - Centre national des arts du cirque - lauréat "Culture,[...]

AMC: Que disent les espaces du sport de la ville?

NP2F: Etudier les équipements dédiés à la pratique du sport, c'est comprendre un certain nombre de phénomènes urbains. C'est ce que nous avons illustré dans l'exposition «Sport, portrait d'une métropole» avec Thierry Mandoul, en 2014, au Pavillon de l'Arsenal. A Paris, les grands terrains dédiés au tennis ou au football ont été positionnés dans les bois ou le long des boulevards des maréchaux, comme éléments constitutifs de la ceinture verte créée au pourtour de la capitale. La soixantaine de terrains d'éducation physique (TEP) que compte la ville illustrent quant à eux, par la variété de leurs spatialités, de leurs géométries et de leurs accès, la logique d'une intégration opportuniste dans le tissu haussmannien. Ils se sont positionnés là où il restait de la place. Les formes de la ville créent des espaces du sport autant que les pratiques sportives créent la ville. Quand nous faisons du sport, nous tissons la ville par nos interactions visuelles et physiques avec l'environnement. Enfin, on le sait, les grands événements sont des accélérateurs de développement urbain. Comme déjà, la candidature de Paris à l'accueil des JO de 2012, qui fut l'occasion d'initier une réflexion sur l'aménagement du quartier Clichy-Batignolles.

 

Le sport français représente aujourd'hui 15 millions de licenciés, soit autant d'utilisateurs de ses espaces. De même que la promotion des activités physiques dans le cadre de la lutte contre la sédentarité en font un moment de la vie quotidienne, un usage ordinaire de la ville. Quelles places doivent-elles être attribuées à ces usages aujourd'hui dans notre cadre bâti? C'est la problématique que nous explorons. Ne pourrait-on pas, par exemple, imaginer des espaces du sport dans des terrains temporairement vacants? Ou encore, serait-il possible d'envisager dans les villes denses, de nouvelles manières d'utiliser les sols imperméabilisés que constituent les parkings?

 

AMC: Comment abordez-vous l'espace du sport pour qu'il soit un outil de projet, un moyen à part entière de faire la ville?

NP2F: Appréhendables en trois dimensions, les espaces du sport sont non négociables. C'est ce qui fait leur force, c'est ce qui fait d'eux des ressorts particulièrement stimulants pour le projet d'architecture, mais pas seulement. Dans le cadre de l'exposition au Pavillon de l'Arsenal, nous avons établi un certain nombre d'outils conceptuels que nous mobilisons dans la conception des équipements sportifs. Un catalogue de formes et d'objets en quelques sortes, qui composent les lieux du sport, tels que le pare-ballon, le mobilier, etc. Mais comment aller au-delà de l'équipement sportif? Comment poursuivre et actualiser cette histoire qui lie le sport à la ville? Peut-on imaginer une résidentialisation par la pratique sportive? Encore une fois, l'espace du sport n'est pas une surface, c'est un volume, ce qui rend la question complexe, plus politique encore, car les espaces du sport prennent une place incroyable. De même qu'imaginer aujourd'hui un équipement sportif monoprogrammatique est très difficile, car cela restreint le projet à la commande publique. Il faut être inventif. Quand l'économie privée entre en jeu, la mixité programmatique organisée autour du sport devient une proposition intéressante, qui fait sens avec le dynamisme d'une ville plurielle.

 

AMC: Justement, qu'est ce qui change quand un maître d'ouvrage privé s'empare de la question du sport?

NP2F: Dans cette nouvelle équation du projet, les paramètres de l'exploitation et de la maintenance sont essentiels. Il faut maîtriser les coûts que représentent un tel équipement dans le temps, si l'on veut qu'il soit profitable au plus grand nombre, si l'on souhaite que les espaces du sport restent ouverts à tous les publics. Dans le quartier de Brazza, à Bordeaux, nous travaillons à une «cathédrale des sports» avec l'UCPA, où se superposent les pratiques en tous genres. On pourra y faire de l'escalade, du golf, de la gymnastique, etc. Tous les espaces s'organisent dans une structure très efficiente, en poteaux-dalles alvéolaires, pour laquelle nous avons réduit au maximum l'enveloppe chauffée. Seul un tiers du bâti sera isolé. Pour le reste, des filets agricoles protègeront du vent et garantiront un désemfumage naturel. Ces propositions, qui permettent de réduire le coût d'exploitation de l'équipement, accentuent la visibilité du sport en ville. Il n'y a pas de raison que le rôle de point de repères et d'élément structurant dans le tissu urbain soit uniquement dévolu aux grands stades. Les infrastructures du sport quotidien peuvent également être des nœuds dans la ville. Quand on imagine un espace du sport, comme pour tous les programmes, il faut développer une véritable intelligence économique et environnementale. Cette manière de faire a guidé notre travail de conception de l'Arena Porte de la Chapelle à Paris, avec l'agence d'architecture SCAU et les urbanistes de Grau.

 

AMC: L'Arena Porte de la Chapelle est le premier équipement sportif de cette envergure que vous concevez. Comment votre réflexion sur le sport du quotidien a influencé le travail sur ce programme, prestigieux et emblématique par définition?

NP2F: Il n'était pas question de produire avec cette nouvelle arena, un éléphant blanc décontextualisé, un monument pour le grand spectacle. Nous ne souhaitions justement pas développer une architecture emblématique, à la manière de celle des grands stades. A cet emplacement, au nord de la porte de la Chapelle à Paris, ce n'était pas le sujet. Ce programme, deux fois plus petit que le palais omnisport de Bercy, doit être en mesure d'accueillir sportifs professionnels et amateurs sur un pied d'égalité. Mais comment ouvrir ce programme sur la ville, alors que la salle principale exige le noir complet? Nous avons travaillé en stratification verticale. La mixité des usages demandée devient le support de l'urbanité de l'équipement. Les différents programmes s'agrègent autour de la grande salle et peuplent une terrasse de 3000 m2, leurs volumes distinctement lisibles formant l'image d'un bâtiment pluriel, qui traduit cette nouvelle manière d'envisager le sport, plus ouverte, moins thématisée. Aujourd'hui, on peut pratiquer le basketball un jour et l'escalade le lendemain. Cette envie de faire de sport en ville prend la forme d'une multitude de pratiques, qui produisent une arena capable de démultiplier ses usages intérieurs.

Propos recueillis par Margaux Darrieus

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Réhabilitation et extension d'une maison à Bera (Espagne), Jordi Hidalgo Tane

Faire corps avec son environnement, une maison […]

29/09/2020

300 Pour ne pas dénaturer l'extraordinaire paysage pyrénéens qui l'entoure, l'architecte Jordi Hidalgo Tane a encastré l'extension d'une maison dans la montagne. La vie domestique fait désormais corps avec son environnement. Dans le Pays basque espagnol, à quelques kilomètres de Bera, village montagnard […]

Maisons, architecture d'exception

Expérimentations en résidences - Livre

29/09/2020

300 De tous les programmes, la maison demeure le plus essentiel et le plus personnel. En présentant un kaléidoscope de 400 réalisations d’exception de l’ère moderne, du début du XXe siècle à nos jours, cet ouvrage révèle la diversité et la richesse de la création architecturale en matière d’habitat. La […]

Ecocrèche, Amélie Fontaine architecte, Villereau-Herbignies (Nord), vue depuis le sas d'etrée vers le jardin et la terrasse

Une écocrèche dans le Nord, par l'architecte […]

28/09/2020

300 Amélie Fontaine, lauréate des Albums des jeunes architectes et paysagistes 2016, a conçu la crèche de la petite commune de Villereau-Herbignies, dans le Nord, selon les principes de l'architecture bioclimatique, modulant la disposition, l'isolation et le chauffage des espaces selon les besoins […]

Kim Herforth, architecte, agence 3XN

3XN - Portrait

28/09/2020

300 Parmi les trois fondateurs de 3XN en 1986, Kim Herforth continue de diriger l’agence installée à Copenhague, mais aussi à Stockholm, New York et Sydney. Il partage désormais la direction avec Jan Ammundsen, ­Jeanette Hansen, ­Kasper Guldager ­Jensen et Audun Opdal. Depuis le début du siècle, […]

Richard Sennett, sociologue

Entretien avec Richard Sennett, sociologue: "une […]

25/09/2020

300 Dans son ouvrage publié en 2019 Bâtir et Habiter. Pour une éthique de la ville, le sociologue Richard Sennett montre comment la ville contemporaine s’est peu à peu éloignée des idéaux démocratiques. Il plaide pour un urbanisme de l’inachevé, qui favorise l’initiative citoyenne et une résilience aux […]

La Seine Musicale, Shigeru Ban et Jean de Gastines architectes, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)

Au MID, les architectes engagés dans la […]

25/09/2020

300 Patrick Bouchain, Philippe Madec, Michel Desvigne ou encore Patrick Rubin présenteront au Moniteur Innovation Day (MID), le 19 octobre 2020, leurs engagements dans la construction d'un monde plus résilient. Le 19 octobre 2020, le Moniteur Innovation Day (MID) prendra ses quartiers à la Seine […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital