Paris 2024: l'anti-spectacle de SCAU et NP2F pour la future Arena de Paris

En prévision des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, les agences SCAU et NP2F remportent le concours de l'Arena Porte de la Chapelle, avec un projet misant sur une sobriété formelle dans l'air du temps.

Projet pour l'Arena Porte de la Chapelle, Paris, SCAU et NP2F architectes - © SCAU / NP2F
photo n° 1/3
Zoom sur l'image Paris 2024: l'anti-spectacle de SCAU et NP2F pour la future Arena de Paris

Articles Liés

Paris 2024: la construction en forme olympique

Paris 2024: le Centre aquatique olympique sera conçu par Ateliers 2/3/4/ et VenhoevenCS

Paris 2024: le projet non retenu de MVRDV et BVL pour le Centre aquatique olympique

On connaît déjà le grand gagnant des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024: Bouygues Bâtiment Île-de-France. Après avoir raflé la réalisation du Centre aquatique olympique (CAO) à Saint-Denis, avec Atelier 2/3/4 et VenhoevenCS, le constructeur vient de remporter le marché de conception, réalisation et exploitation de l’Arena Porte de la Chapelle à Paris, en association avec SCAU et NP2F -qui poursuit avec ce projet, son exploration de l'intégration du sport en ville. L'entreprise réalisera donc les deux plus gros équipements sportifs construits dans le cadre de la compétition internationale, le premier pour le compte de la Métropole du Grand Paris, le second pour celui de la Ville de Paris. Deux projets qui, dans leur architecture, témoignent de visions distinctes des exigences environnementales faites à la construction. Au CAO, les ambitions écologiques produisent une structure bois attendue, compacte et enveloppée de brises soleil en bois également. A l'Arena, la forme est éclatée mais pas moins vertueuse: un collage de volumes reflète la diversité des espaces sportifs qui s'y imbriquent. La superposition de géométries élémentaires suggère l'économie des moyens mis en œuvre, la rationalité de la réponse constructive face aux exigences de chaque programme sportif hébergé. A l'Arena, l'effet visuel produit un bâtiment-icône emblématique par sa sobriété, dans l'air du temps sur le fond et la forme.

Pas d'extraordinaire gratuit

La future Arena s'élèvera au sein du quartier émergent autour de la ZAC Gare des Mines-Fillettes, entre les portes de la Chapelle et d’Aubervilliers (XVIIIe et XIXe arr.). Sa salle multifonctionnelle de 8000 places -la jauge du palais omnisport de Bercy dépasse les 20000 sièges- sera dévolue aux épreuves de badminton, de parataekwondo et de parabadminton pendant les JO. Mais avec leur projet, SCAU et NP2F rappellent que l'enjeu architectural entourant cet événement sportif international ne se réduit pas à incarner le spectacle. L'héritage des JO et l'intégration des constructions bâties pour eux dans la ville constituent en réalité, les véritables défis de ces projets pour qu'ils soient les moteurs du développement urbain promis par les organisateurs de l'événement. Certes l'envergure programmatique de l'Arena -associant à la salle principale, deux gymnases et 2600 m2 de programmes ludosportifs- rend nécessairement l'objet signifiant dans son environnement. Mais son image ne verse pas dans l'extraordinaire gratuit et c'est avec sa répartition programmatique que le projet veut participer à la ville. Seule entorse à la rigueur, un bandeau lumineux diffusant des messages animés souligne la terrasse végétalisée culminant à 11,50 mètres. Largement vitré, le socle accueillera des équipements publics de proximité et le hall d'accueil de l'Arena. Au-dessus, les volumes hébergeant les différentes salles seront habillés d'aluminium clair, élevant les espaces du sport au rang de "signal" dans le quartier sans verser dans le criard. Les choix structurels participent évidemment aux hautes ambitions environnementales du projet. La charpente des deux gymnases est annoncée en bois et des planchers mixtes bois-béton seront mis en œuvre. Au total, 30% des bétons utilisés seront issus de filières bas carbone, tandis que les murs en périphérie du hall d’accueil seront réalisés en briques de terre crue compressée issues des déblais du Grand Paris Express. Montant annoncé de la conception-réalisation, 98 M€ HT (valeur 2020). Début des travaux, juin 2021.

  • Maîtrise d’ouvrage : Ville de Paris
  • Groupement de maîtrise d'œuvre : BOUYGUES BATIMENT ILE DE FRANCE OUVRAGES PUBLICS, mandataire ; SCAU / NP2F / FRANCK BOUTTE CONSULTANTS / BOLLINGER + GROHMANN / INGEROP CONSEIL ET INGENIERIE / SCENEVOLUTION / PEUTZ & ASSOCIES / CET INGENIERIE / ELAN / MATHIS / BOUYGUES ENERGIES & SERVICES / BOUYGUES E&S FM FRANCE / DALKIA, co-traitants ; GRAU / DJAO-RAKITINE LTD / ATELIER AINO / PH.A CONCEPTEURS LUMIERE ET DESIGN, sous-traitants

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Richard Sennett, sociologue

Entretien avec Richard Sennett, sociologue: "une […]

25/09/2020

300 Dans son ouvrage publié en 2019 Bâtir et Habiter. Pour une éthique de la ville, le sociologue Richard Sennett montre comment la ville contemporaine s’est peu à peu éloignée des idéaux démocratiques. Il plaide pour un urbanisme de l’inachevé, qui favorise l’initiative citoyenne et une résilience aux […]

La Seine Musicale, Shigeru Ban et Jean de Gastines architectes, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)

Au MID, les architectes engagés dans la […]

25/09/2020

300 Patrick Bouchain, Philippe Madec, Michel Desvigne ou encore Patrick Rubin présenteront au Moniteur Innovation Day (MID), le 19 octobre 2020, leurs engagements dans la construction d'un monde plus résilient. Le 19 octobre 2020, le Moniteur Innovation Day (MID) prendra ses quartiers à la Seine […]

Réhabilitation et extension d'une maison à Prosito (Suisse), Andrea Frapolli architecte

Une maison dans les montagnes du Tessin, par […]

24/09/2020

300 Dans le Tessin suisse, l'architecte Andrea Frapolli investit deux petites étables en ruine pour y loger une maison. Il joue avec la matière brute et les lignes franches du bâti, pour construire un imaginaire rural contemporain. A Prosito, village montagnard du Tessin situé au pied des Grisons […]

Wicker Pavilion, Didzis Jaunzem architecte, festival Annecy Paysages

Au festival Annecy Paysages, un parasol de 259 […]

23/09/2020

300 A l’occasion de la troisième édition du festival Annecy Paysages, l’architecte et scénographe letton Didzis Jaunzems a conçu le Wicker Pavilion (pavillon d’osier), installation qui offre un espace ombragé de détente et de méditation au cœur des jardins de l’Europe, à visiter jusqu'au 27 septembre […]

Carlo Grispello et Nadine Lebeau, architectes, agence Graal

Graal - Portrait

23/09/2020

300 Fondée en 2011 par Nadine Lebeau et Carlo Grispello, diplômés de l’Ensa Paris-La Villette et anciens collaborateurs de Nasrine Seraji et Renzo Piano, l’agence Graal s’intéresse à l’architecture autant qu’aux stratégies urbaines. C’est par l’enquête territoriale et la dimension économique du projet […]

Gravity boutique, Fundamental (Chipperfield et Jürgen Mayer H), Boutique du Centre Pompidou

Paris Design Week 2020, retour en images dans les […]

22/09/2020

300 La Paris Design Week, qui s'est tenue ce mois-ci (du 2 au 12 septembre) 2020, a été l’occasion de traverser la capitale en quête de nouveautés, avec permission exceptionnelle de voir et de tester. Extrait de ces visites suivant deux grandes orientations, l'efficacité et la préciosité. Septembre a […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital