Pavillon France de l'expo Milan 2015 : XTU construit un paysage culinaire

«Nourrir la planète, énergie pour la vie» est le thème de l’exposition universelle qui se tient à Milan jusqu’au 31 octobre 2015. Le Pavillon France, ouvert le 

1er mai 

et réalisé par les architectes de l’agence XTU, figure un marché couvert où les produits alimentaires sont suspendus au cœur d’une structure bois aux formes organiques.

Pavillon France, XTU Architects, Studio Adeline Rispal, Expo Milan 2015, Italie - © Andrea Bosio
photo n° 1/12
Zoom sur l'image Pavillon France de l'expo Milan 2015 : XTU construit un paysage culinaire

Comment symboliser l’identité de la France et valoriser son modèle agricole et agroalimentaire et ses innovations? C'est, au fond, la question posée aux architectes Anouk Legendre et Nicolas Desmazières (agence XTU), chargés de la conception du Pavillon France pour l’exposition universelle de Milan. Après s’être informés auprès de spécialistes de l’agriculture et de sociologues, il leur est apparu que l’identité alimentaire de la France vient, en plus de l’excellence de sa gastronomie, de son extraordinaire diversité géologique et génétique dont découlent les reliefs, les climats, les usages, les produits… C’est à partir de ce constat paysagé et culturel que les architectes ont conçu le pavillon national dont le cahier des charges, établi par FranceAgriMer, faisait clairement référence aux Halles de Baltard, ce lieu emblématique de la production et de la consommation alimentaire. Entérinant le concept du marché couvert, les architectes ont choisi d’en réaliser un archétype: un grand toit abritant des espaces libres. « Ce que nous avons voulu montrer au monde en imaginant un "paysage construit" qui évoque à la fois la diversité géographique des territoires, les spécificités agricoles et les cultures culinaires françaises, c’est le territoire comme terreau fertile de la nouvelle révolution alimentaire », expliquent les concepteurs. Le pavillon s’inspire d’une forme hexagonale que des soulèvements tectoniques auraient plus ou moins bouleversée. Ce "paysage construit" vient se glisser à l’intérieur du marché, en sous-face du plafond, seule partie visible lorsque la foule se pressera dans cet espace de 2 000 m². Déformé, ce plafond prend une dimension spectaculaire qui évoque de manière abstraite la variété des terroirs français.


 

Voûtes d’abondance

Soucieux d’attirer les visiteurs, les architectes ont développé une approche immersive de la scénographie en travaillant l’effet d’appel: depuis l’extérieur, le bâtiment invite à un voyage intérieur. Une fois qu’il a pénétré dans le pavillon, le visiteur est immergé dans ce paysage de collines. Les poteaux qui soutiennent ce plafond structurent les espaces, les fonctions et les parcours: les espaces d’expositions, le marché a proprement parlé et les espaces partenaires sont installés au rez-de-chaussée. À la différence d’un marché couvert classique où les produits sont présentés sur des étals, la scénographie conçue avec Adeline Rispal dispose les différents sujets qu’aborde le pavillon dans les alvéoles de la structure. Au menu de ces voûtes d’abondance: spécialités régionales, dégustations, recherche scientifique et biotechnologique, agro-écologie, nouvelles technologies, progrès génétiques, chimie du vivant, flore positive… Le premier étage regroupe les bureaux et les espaces VIP et un restaurant occupe le dernier niveau. Convaincus que les bâtiments seront, un jour, fertiles, XTU a voulu que les façades servent de tuteur à des tiges de houblon précultivées. Ce dernier sera récolté en octobre 2015, à l’issue de l’exposition.

 

Structure complexe

Entièrement fabriquée en bois français, la structure en lamellé-collé est en épicéa à l’intérieur et en mélèze à l’extérieur. Tous les éléments – ossatures primaire et secondaire, plafond, plancher, façades - sont imbriqués les uns dans les autres pour constituer un seul et même ouvrage qui dessine à la fois l’enveloppe et la volumétrie intérieure. Pour la fabrication, l’entreprise franc-comtoise Simonin, qui dispose d’un robot à commande numérique de très haute précision, a pu découper la structure dans toutes les dimensions. La structure primaire se compose de poutres treillis et de poteaux implantés selon un entraxe de 4,50 m. Pour contreventer l’édifice, une ossature secondaire s’intercale tous les 1,50 m, l’ensemble formant des caissons carrés très réguliers. Toute l’originalité du projet vient du fait que cette trame orthogonale est « débillardée » (découpée) selon des formes irrégulières dites « libres » qui génèrent un impressionnant effet de voûte. Avec cette géométrie complexe, la charpente du Pavillon France montre la capacité du bois à épouser des lignes organiques inhabituelles. Avec ses flux d’air traversants et son procédé de tirage thermique par le lanterneau central, ce marché géant bénéficie d’une ventilation et d’un rafraîchissement naturels qui en font un bâtiment à basse consommation d’énergie.

 

  • Lieu : Expo Milan 2015, Italie
  • Maîtrise d’ouvrage : FranceAgriMer
  • Maîtrise d’œuvre : XTU Architects, Anouk Legendre + Nicolas Desmazières architectes ; Mathias Lukacs, chef de Projet ; Atelien Architecture, architectes d’exécution ; Studio Adeline Rispal, scénographes ; Innovision, multimédia ; Licht Kunst Licht, éclairagiste ; Grontmij, BET ; Oasiis, BET environnement ; Agence Laverne, paysagistes, paysagistes ; Viasonora, acousticiens ; BECP, cuisinistes ; Chevalvert, graphistes ; Lordculture, ingénierie culturelle ; Les Films d’Ici, production films
  • Programme : espaces d’exposition, restaurants, commerces, espaces VIP 
  • Calendrier : concours, janvier 2014 ; construction, septembre 2014 ; livraison, avril 2015
  • Surfaces : 3 532 m2 Shon, 3 286 m2 SU
  • Coût : 14 M€
  • Entreprises : C.M.C di Ravenna, Simonin

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

Richard Klein, architecte, professeur d'histoire de l'architecture à l'ENSAP Lille, président du Conseil national des enseignants chercheurs des écoles nationales supérieures d'architecture (CNECEA)

«Nous qualifions des candidats, sans postes de […]

16/04/2021

300 Trois ans après l'instauration du statut d'enseignant chercheur et la création du Conseil national des enseignants chercheurs des écoles nationales supérieures d'architecture (CNECEA), des inquiétudes se font jour sur la place des praticiens et du projet dans les Ensa. Rencontre avec Richard Klein, […]

Abonnés AMC

PHOTO - 24961_1477815_k6_k1_3420158.jpg

Enseignement de l'architecture: comment […]

15/04/2021

300 Trois ans après l'instauration du statut d'enseignant chercheur et la création du Conseil national des enseignants chercheurs des écoles nationales supérieures d'architecture (CNECEA), des inquiétudes se font jour sur la place des praticiens et du projet dans les Ensa, reflétant une profession en […]

PHOTO - 24961_1477803_k2_k1_3420134.jpg

David Chipperfield - Portrait

14/04/2021

300 Après ses études à l'université Kingston et à l'AA School, David Chipperfield crée son agence à Londres en 1985. David Chipperfield donne rapidement un développement international à son agence, construisant au Japon, aux Etats-Unis ou en Espagne. C'est à Berlin qu'il développe sa maîtrise des lieux […]

AMC n°295 - avril 2021, couverture

Le numéro d'avril d'AMC est paru

14/04/2021

300 Au sommaire du numéro d'AMC qui vient de paraître (n°295-avril 2021) et disponible en format numérique: un événement sur l'enseignement de l'architecture et les débats qui agitent les enseignants des Ensa, un dossier sur l'habitat pour séniors, des détails "cloisons mobiles" et une matériauthèque […]

Abonnés AMC

Place et commerce, Bauchet & de La Bouvrie, Antogny-le-Tillac

Refaire place : esplanade publique et petit […]

13/04/2021

300 A Antogny-le-Tillac, bourg de campagne situé entre Tours et Poitiers, la mairie a fait l'acquisition d'une ancienne ferme, voisine d'une vaste zone de stationnement bitumée. L'ensemble, idéalement placé sur la rue principale, est désigné pour devenir le nouvel espace public central. C'est la jeune […]

Un an d'école d'architecture confinée

Un an d'école d'architecture confinée: "où sont […]

12/04/2021

300 Voici plus d’un an que les étudiants français suivent la majorité de leurs cours à distance. Parmi eux, les élèves des vingt écoles d’architecture françaises. Enquête auprès d'eux, pour évoquer leur scolarité confinée, les difficultés à s'impliquer sur le long terme dans un enseignement par écrans […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital