Pèlerinage à Roquebrune-Cap-Martin : Le Corbusier et Eileen Gray

Vue d'ensemble du site - © ©ManuelBougot
photo n° 1/9
Zoom sur l'image Pèlerinage à Roquebrune-Cap-Martin : Le Corbusier et Eileen Gray
Exceptionnel par son cadre naturel sur la côte d’Azur et face à Monaco, le site de Roquebrune-Cap-Martin, désormais baptisé « Cap Moderne », l’est aussi sur le plan architectural puisque qu’il rassemble la Villa E-1027 d’Eileen Gray et Jean Badovici (1927-1929), le Cabanon et les unités de camping de Le Corbusier (1951 et 1957), l’Etoile de mer, le mythique bar-restaurant de Thomas Rebutato (1949). De quoi donner le vertige et prévoir un week-end pour visiter ces lieux restés hors du temps. Bien sûr, il y a l’ombre de Le Corbusier qui plane encore, la plage voisine de Cabbé où il s’est noyé, le Cabanon, son émouvant « château de 3,66 par 3,66 m » mais, plus encore, l’ouverture au public de la Villa E-1027 achève de donner une cohérence à l’ensemble. Tout près les uns des autres, sur un territoire 2 970 m², ces édifices participent à créer une unité saisissante où l’application des principes de l’Esprit Nouveau a donné naissance à plusieurs variations. Propriété du Conservatoire du littoral, cet ensemble bénéficie du dynamisme de l’association Cap Moderne, en charge de sa gestion et de sa mise en valeur. En matière de restauration, la villa témoigne de la justesse des travaux qui ont été entrepris – en étroite collaboration avec la Conservation régionale des monuments historiques et les Architectes des Bâtiments de France, et la Fondation Le Corbusier.
 
Renaissance d’une icône moderne
Au panthéon des villas modernes, cette dernière, pensée comme un organisme vivant et  un modèle d’habitat, se déploie selon un plan en L sur deux niveaux, compacte, ouverte et coiffée d’un toit-terrasse. Un rez-de-chaussée surélevé surplombe le soubassement tandis qu’autour du volume central séjour-chambre s'articulent les terrasses et les loggias, l'atrium, une cuisine à cloisons mobiles et l'escalier en spirale menant vers la chambre d'hôtes. Aux idéaux de la modernité s’ajoute un ingénieux système de ventilation naturelle, notamment avec la création de persiennes empruntant à l’architecture vernaculaire. Vandalisée, à l’abandon pendant plusieurs années, elle a malheureusement été très détériorée et vidée de son mobilier conçu sur mesure par Eileen Gray. Si les peintures murales de Le Corbusier datant de 1938 et 1939 ont été épargnées, la structure était globalement très abîmée par le sel marin. Et ce qui est exemplaire quand on y est, c’est de constater à quel point le « work in progress » assumé de la restauration rend les lieux vivants et « pur jus ». Pas de tape-à-l’œil mais un juste équilibre entre une restitution partielle  et la volonté de valoriser l’esprit original des lieux et de sa créatrice. Si des rééditions de meubles d’Eileen Gray prennent place à l’intérieur, c’est davantage pour faire parler la maison et l’habiter. De même, une partie du mobilier a été reconstituée d’après photo, toujours avec le souhait que le visiteur puisse se saisir de l’inventivité et de la polyvalence de ces pièces indissociables de la conception architecturale. Pour clore ce parcours, on suggérera au visiteur de se rendre sur les hauteurs, au cimetière. Avec une vue sur la mer à couper le souffle, c’est aussi l’occasion de rendre un dernier « hommage » à la sépulture du maître et d’admirer, au passage, l’extension de Marc Barani, déjà un classique de l'architecture funéraire.
 

 

  • "Cap moderne". Accueil sur le parking de la gare SNCF de Roquebrune Cap-Martin, avenue de la Gare - 06190 Roquebrune Cap-Martin
  • Ouvert au public du 3 mai au 31 octobre 2015. Les visites sont obligatoirement guidées. Elles nécessitent une réservation préalable auprès de l'association à partir du 1er avril 2015 soit par courriel à l'adresse contact@capmoderne.com soit par téléphone au 06 48 72 90 53 (entre 10 heures et 17 heures). Deux visites par jour, du mardi au dimanche (pas de visite le lundi).
    Départs à 10 heures et 14 heures (décalée à 15 heures en juillet et août). Durée de la visite : approximativement 2h30, y compris le cheminement depuis la gare (500 mètres à pied)
  • http://www.capmoderne.com

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

« Moderne Maharajah, un mécène des années 1930 ». Man Ray, le maharajah et sa femme vers 1927

Une fascinante modernité indienne exposée au Musée […]

06/12/2019

A Paris, le Musée des Arts décoratifs met à l’honneur l’extraordinaire figure du maharajah d’Indore qui donna libre cours son goût pour les avant-gardes artistiques et décoratives en créant, en Inde, un univers moderne unique. […]

Elizabeth de Portzamparc, architecte

Elizabeth de Portzamparc - Portrait

06/12/2019

Architecte et urbaniste, Elizabeth de Portzamparc conçoit ses bâtiments comme des symboles porteurs de nouvelles valeurs, des repères urbains forts qui structurent les lieux où ils s’installent. Née à Rio de Janeiro, Elizabeth de Portzamparc […]

Pavillon 6 du Parc des expositions de la Porte de Versailles avec l'auvent de Jean Nouvel

Jean Nouvel illumine le Parc des expositions de […]

05/12/2019

A Paris, le hall 6 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles vient tout juste d’être inauguré. Réalisé par Valode & Pistre qui ont aussi en charge le schéma directeur du site, il est agrémenté d'un auvent signé Jean Nouvel. […]

Roland Schweitzer - un parcours d'architecte

Roland Schweitzer, l'œuvre complète - Livre

05/12/2019

Véritable ouvrage-testament que l’architecte Roland Schweitzer coordonna quelques années avant sa disparition, en 2018, cette monographie brille par la diversité de ses programmes. Surtout, elle dresse le parcours d'un bâtisseur engagé qui, bien avant que […]

23 logements sociaux, Clément Vergély architecte, Lyon

L'épaisseur du confort, par Clément Vergély à Lyon

04/12/2019

Derrière une modénature sans ambage, reprenant le vocabulaire des constructions du vieux Lyon, l'immeuble de logements conçu par Clément Vergély dissimule une façade épaisse, offrant des jardins d'hiver facilement appropriables. Au sud de la […]

Bernard Desmoulin et Marc Barani, élus à l'Académie des beaux-arts, en interview dans Le Moniteur, le 16 octobre 2019

Rencontre avec Marc Barani et Bernard Desmoulin, […]

04/12/2019

Marc Barani et Bernard Desmoulin seront installés courant 2020 à l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France. Avec la volonté de la décloisonner. Interview croisée avec les journalistes Milena Chessa et Jacques-Franck Degioanni, à […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus