PREMIÈRE ŒUVRE 2003 / NOMINÉ – CHRISTIAN VINCENT – MAISON

Vue extérieure : Maison, Christian Vincent, Nancy, prix de la Première oeuvre 2003 / nominé - © O.-H. Dancy
photo n° 1/6
Zoom sur l'image PREMIÈRE ŒUVRE 2003 / NOMINÉ – CHRISTIAN VINCENT – MAISON

Articles Liés

ÉQUERRE D’ARGENT 2003 / LAURÉAT – LION ET PIGUET – AMBASSADE DE FRANCE

PREMIÈRE ŒUVRE 2003 / LAURÉAT – ERIC LAPIERRE – BUREAUX DU MONDE DIPLOMATIQUE

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2003 : BÂTIMENTS NOMINÉS AU PRIX DE LA PREMIÈRE ŒUVRE

Construite sur les hauteurs de Nancy, à quelques centaines de mètres de la maison de Jean Prouvé, cette maison à ossature métallique se présente comme un simple parallélépipède métallique fait de trois éléments de base : un module de tôle d'acier pliée et laquée (répété pour former l'enveloppe), et deux fenêtres en pin du Nord (lamellé-collé), l'une, haute et large (2,25 m x 3,60 m), l'autre, basse et longue (0,90 m x 3,60 m), produites chacune en quatre exemplaires. La superposition des grandes fenêtres (qui ouvrent la maison sur le jardin) et des fenêtres paysagères plus fermées (qui valident le caractère intime et meublable des chambres) suggère une stratification classique de l'objet. Sur le socle en béton gris clair (fondation, qui reçoit la construction en acier et qui l'adapte à la pente), s'élèvent les rectangles stables des percements du rez-de-chaussée. Au-dessus de ces percements règnent les fenêtres panoramiques de l'étage. Dans cette architecture légère (où les valeurs sont inversées), ce sont les fenêtres qui construisent les façades. A l'intérieur, le vis-à-vis des baies crée un effet traversant. La pente du terrain absorbée par un décaissé de trois marches engendre une organisation du rez-de-chaussée en deux volumes. Le volume supérieur abrite l'entrée, la cuisine et la salle à manger, tandis que le volume inférieur est affecté au séjour. Un escalier droit conduit à l'étage qui reprend la distribution bi-partite (en deux rectangles) du rez-de-chaussée. L'emploi d'un système industriel performant s'est révélé judicieux pour affronter les contraintes techniques et économiques. L'intelligence du procédé vient de ce qu'il permet de reporter toutes les charges à la périphérie en une enveloppe porteuse. Cette peau structurellement active (faite d'une tôle d'acier pliée de 1,5 mm d'épaisseur) est doublée au moyen d'un système associant des montants métalliques, du plâtre et une isolation de laine de verre.

 

  • Lieu : Rue Augustin-Hacquard, Nancy, Meurthe-et-Moselle (54).
  • Maîtrise d’ouvrage : Privée.
  • Maîtrise d'oeuvre : Christian Vincent, architecte, avec Pascal Brateau et Cécile Demange, architectes, suivi de réalisation. Sébastien Gschwind, artiste. Pierre Engel, ingénieur, et Marina Vida, architecte, pour le procédé Cibbap Usinor.
  • Surface : 155 m2 habitables.
  • Coût : 120 000 € HT (soit 775 € HT/m2).

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus