PREMIÈRE ŒUVRE 2004 / NOMINÉ – CHRISTOPHE GULIZZI – GYMNASE

Ce gymnase lumineux s’impose comme l’élément essentiel d’un programme qui inclut également des salles de danse et de musculation, le déplacement d’une chaufferie, et la création de plateaux d’athlétisme et de sports collectifs.

Façade : Gymnase, Christophe Gulizzi, Marignane, prix de la Première Œuvre 2004 / nominé - © Philippe Ruault
photo n° 1/4
Zoom sur l'image PREMIÈRE ŒUVRE 2004 / NOMINÉ – CHRISTOPHE GULIZZI – GYMNASE

La géométrie de la résille vitrée des façades nord et sud est caractérisée par ses carreaux de 2,42 m de côté posés sur la pointe.

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2004 : BÂTIMENTS NOMINÉS AU PRIX DE LA PREMIÈRE ŒUVRE

PREMIÈRE ŒUVRE 2004 / NOMINÉ – BLOCK ARCHITECTES - SIEGE SOCIAL

PREMIÈRE ŒUVRE 2004 / NOMINÉ – DAVAR PANAH-SARRÉ ATELIER – RESTRUCTURATION D’UNE CRÈCHE

En général, la composition des façades de gymnase tente de concilier intimité et lumière diffuse. Rien de tel ici avec des façades nord et sud vitrées sur l’intégralité de leurs 352 m2. Le jeu, l’effort, le plaisir associés à une pratique sportive sont exaltés, mis en scène, cadrés en panoramique. L’architecte assume cet exhibitionnisme pondéré par l’implantation du gymnase dans le périmètre d’un lycée et donc invisible depuis un espace public. Les fonctions complémentaires du programme ont été réparties dans les deux volumes s’élevant aux extrémités est et ouest du corps central vitré. Le site étant protégé de par la proximité de la chapelle Saint-Nicolas, la pente de la couverture de ces culées minérales a fait l’objet d’un compromis avec l’architecte des Bâtiments de France. Composante majeure de l’environnement, le mail planté devant la façade sud constitue un brise-soleil naturel. La géométrie de la résille vitrée des façades nord et sud se décrit simplement : 148 carreaux de 2,42 m de coté posés sur la pointe dessinent un motif qui évoque un macro grillage de « playground ». Les résilles de 115 tonnes chacune ont été assemblées au sol avant d’être mises en place. Une peinture grise affirme le caractère neutre, de style « industriel », des tubes en acier qui se retournent à l’horizontale à leur sommet pour former la grille inférieure du plafond. La conception et la réalisation de cette structure se sont avérées délicates, confirmant la règle souvent observée selon laquelle les lignes les plus pures sont les plus complexes à mettre en oeuvre. La performance technique, liée notamment à l’intégration des descentes d’eau pluviale dans certains tubes structuraux des façades vitrées, sert directement une exigence esthétique. Une complicité effective entre l’architecte défendant sa première oeuvre, l’ingénieur structure et le ferronnier a permis de surmonter les difficultés induites par l’architecture du projet.

 

Visitez le site de l’architecte : http://www.gulizzi.com/

 

  • Lieu : 8, bd de la Libération, Marignane (13).
  • Maîtrise d’ouvrage : Région Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Area Paca, mandataire.
  • Maîtrise d'oeuvre : Christophe Gulizzi architecte ; Operis, BET structure ; Setab, BET fluides.
  • Surface : 1 538 m2 SHON, extérieures : 2 978 m2.
  • Coût : 1 800 000 € (valeur avril 2003)

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Sommaire

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus