PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – BENOIT CHAILLEUX – EXTENSION D’UNE MAISON

Située dans un ancien quartier industriel nantais, cette maison de ville est transformée par l’ajout d’une extension en bois qui affirme son autonomie constructive et fonctionnelle.

Vue générale : Extension d’une maison, Benoit Chailleux, Nantes, prix de la Première oeuvre 2007 / nominé - © DR
photo n° 1/9
Zoom sur l'image PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – BENOIT CHAILLEUX – EXTENSION D’UNE MAISON

De plain-pied, le nouveau volume prend la forme d’un parallélépipède rectangle calé entre les deux murs qui délimitent la parcelle.

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2007 : BÂTIMENTS NOMINÉS AU PRIX DE LA PREMIÈRE ŒUVRE

PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – HTC ARCHITECTES – TRANSFORMATION ET EXTENSION D’UN ATELIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - LEIBAR ET SEIGNEURIN - MAISON DE LA COMMUNAUTÉ DE[...]

La commande confiée à l’architecte Benoît Chailleux portait sur la rénovation et l’extension d’une maison de ville située dans le quartier de Chantenay, à l’ouest du centre de Nantes. La construction existante est typique de ce qui existe dans un quartier où sont juxtaposées des maisons de ville datant du début du XXe siècle, des hangars d’artisans mais également des petits collectifs d’habitation plus récents. Il en résulte un front bâti discontinu où coexistent des volumétries variées, des dents creuses, des façades en retrait, des altimétries variables et une grande hétérogénéité de matériaux, notamment au niveau des couvertures (ardoise, fibro-ciment, bac acier, etc.). Dotée d’une toiture en tuiles à deux pentes, la maison est construite en maçonnerie avec une finition enduite. De facture modeste, elle borde la rue et s’organise sur deux niveaux. Côté jardin, elle est flanquée sur son pignon d’une remise et d’une salle de bains que l’architecte a choisi de démolir pour y implanter l’extension à la perpendiculaire de l’existant. De plain-pied, le nouveau volume prend la forme d’un parallélépipède rectangle calé entre les deux murs séparatifs qui délimitent la parcelle. Ayant fait l’objet d’une rénovation et d’une restructuration des espaces intérieurs, la maison comprend désormais uniquement les chambres et les salles de bains attenantes. L’extension abrite quand à elle une pièce de vie – cuisine, séjour et salle à manger – de 35 m², dépourvue de tout cloisonnement, qui s’ouvre entièrement sur le jardin. Elle est également flanquée d’un abri de 10 m² formé par le débord de la toiture et destiné à garer une voiture. Entièrement vitrées sur 2,10 m de hauteur, les deux façades principales sont traitées par des grandes baies en aluminium laqué noir. Côté jardin, le châssis se compose de quatre vantaux coulissant sur quatre rails et s’ouvre ainsi aux trois-quarts (6 m de large) sur une terrasse en platelage bois.
L’implantation de l’extension dans la largeur du terrain présente le double avantage de mettre à distance le jardin de la rue et de créer un espace d’entrée, une zone tampon, pouvant accueillir deux véhicules. En rupture avec la masse que représente la maison existante en maçonnerie, l’extension est réalisée en ossature bois et ses façades sont bardées de lames de Douglas. Elle est couverte par une toiture en bac acier. Formé par un chéneau, un joint creux permet de dissocier de façon claire la maison de son extension et d’en affirmer l’autonomie fonctionnelle et constructive.

 

  • Lieu : 52 rue Galilée, Chantenay, Nantes (44).
  • Maîtrise d’ouvrage : Emmanuel Chailleux et Peggy Créac’h.
  • Maîtrise d'oeuvre : Benoit Chailleux, architecte.
  • Surface : 102 m² SHON, 35 m² d’extension, 10 m² d’abri.
  • Coût : 46 000 € TTC.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

L'ornement est un crime. L'architecture du mouvement moderne, Matt Gibberd, Albert Hill

La persistance du mouvement moderne

19/10/2018

En présentant près de 300 maisons particulières construites entre le début du XXe siècle et aujourd’hui, ce beau livre noir et blanc – qui tient davantage du manifeste visuel que de l’ouvrage historique et scientifique – tente de […]

Configurations pour Tangram, Interstuhl

Salon du mobilier Orgatec : liberté au travail !

18/10/2018

Orgatec est l'occasion de revoir l'aménagement de ses bureaux de fond en comble. Le bureau rêvé existe, dans un confort extraordinaire du tout ajustable, du rangement fixe aux systèmes nomades. Alors à quand la réalité dans nos espaces ? […]

Paola Viganò

Alexandre Chemetoff, Étienne Tricaud et Paola […]

18/10/2018

Au cours de la 5e édition de la biennale d'architecture et d'urbanisme In-Situ à Caen, Frédéric Lenne, commissaire de la manifestation, organise divers rencontres pour débattre de comment faire battre le cœur des villes. Parmi une liste […]

Rendez-vous à suivre

Neuf rendez-vous d'architecture du 19 au 25 […]

18/10/2018

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Les journées nationales de l’architecture Les 19, 20, 21 octobre, partout en France Troisième édition de ces journées […]

L'extension d'une scène musicale à Rio de Janeiro (Brésil), par Oyapock architects

Oyapock livre l'extension d'une scène musicale à […]

17/10/2018

Sur les pentes de la favela de Vigidal, en balcon sur la baie de Rio, cette salle de musique a été agrandie en absorbant et en reliant les constructions voisines. Vocabulaire architectural, implantation et systèmes constructifs locaux favorisent son intégration dans un […]

Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus

Oyapock

17/10/2018

Issus de l’agence Brenac & Gonzalez et du studio brésilien Arthur Casas, Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus créent Oyapock en 2015. Leur nom fait référence au fleuve qui sépare la France (Guyane) et le […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus