PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – JEAN-CHARLES LIDDELL – MAISON MAGICKUB

Envisagée comme une structure habitée, cette maison de forme cubique conjugue économie du système constructif et mise en valeur des qualités d’une parcelle relativement contrainte.

Vue d'une façade : Maison Magickub, Jean-Charles Liddell, Saint-Cyr-sur-Loire, prix de la Première oeuvre 2007 / nominé - © Clément Darrasse
photo n° 1/8
Zoom sur l'image PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – JEAN-CHARLES LIDDELL – MAISON MAGICKUB

Réalisée dans le dernier tiers d’une parcelle, la maison a la forme d’un cube au sein duquel s’organisent les différents espaces sur deux niveaux.

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2007 : BÂTIMENTS NOMINÉS AU PRIX DE LA PREMIÈRE ŒUVRE

PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – HTC ARCHITECTES – TRANSFORMATION ET EXTENSION D’UN ATELIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - LEIBAR ET SEIGNEURIN - MAISON DE LA COMMUNAUTÉ DE[...]

Située sur les hauteurs de Tours, dans la commune de Saint-Cyr-sur-Loire, cette maison présente la particularité d’être celle où vit l’architecte qui l’a conçue, Jean-Charles Liddell, et sa famille. Concevoir sa propre habitation avec un budget serré, tel était donc l’enjeu de ce projet qui devait également tirer parti d’un site complexe. Ancien verger d’un pavillon des années soixante, ce dernier, orienté est-ouest, se trouve au cœur d’un ancien bourg devenu résidentiel. L’accès s’effectue par un chemin qui s’étire depuis la rue pour desservir le cœur d’îlot et les 60 x 15,5 m qu’offre la parcelle non seulement enclavée, mais également contrainte par d’imposants vis-à-vis sur trois de ses côtés et l’obligation de construire à trois mètres des limites séparatives. La maison est réalisée dans le dernier tiers du terrain afin de préserver une vaste surface plantée d’arbres fruitiers. Elle prend la forme d’un cube de 9,43 m de côté au sein duquel s’organisent les différents espaces sur deux niveaux. Calée à l’est du volume, une bande servante regroupe cuisine, arrière-cuisine et sanitaires au rez-de-chaussée, tandis qu’à l’étage sont juxtaposées chambres et salle de bains dans cette même épaisseur. Le reste de l’espace intérieur est simplement partitionné au moyen de deux voiles en bois régulièrement ajourés, l’un au rez-de-chaussée, l’autre à l’étage. S’articulant à la perpendiculaire autour d’un poteau central de contreventement, ils séparent ainsi la salle à manger du salon en bas et la salle de jeux au niveau supérieur. Filtrant la lumière naturelle ou artificielle, ces voiles créent des effets cinétiques et des ambiances lumineuses qui diffèrent selon les moments de la journée.
L’économie régit ici le principe constructif et le choix de matériaux bruts. De la charpente au bardage, la maison réalisée en ossature bois se compose de huit panneaux pré-assemblés et livrés sur place dans un semi-remorque, l’ensemble ayant été monté en cinq jours. Un principe constructif qui permettait également de pallier les difficultés d’accès au site.
En ce qui concerne les ouvertures, celles-ci sont définies en fonction de l’orientation et des vues. Les chambres sont dotées de baies verticales cadrant sur le jardin et évitant les vis-à-vis. Bénéficiant d’une double hauteur, le salon s’ouvre quant à lui entièrement sur l’arrière de la parcelle, lequel est traité comme une pièce extérieure, plus intime que le jardin car protégée des vis-à-vis. Verticalement bardée de lames de bois Douglas, la façade est ponctuellement doublée de coulissants en mailles d’acier déployé qui participent à la protection solaire des grandes baies. Au sud, un grand coulissant vertical positionné en partie supérieure de la façade est prévu pour n’être manipulé que deux fois dans l’année : au printemps, il est rabattu sur la paroi vitrée pour limiter la température intérieure pendant les mois les plus chauds ; à l’automne, il se glisse sur le bardage pour profiter au maximum des apports solaires.

 

Visitez le site de l'architecte : http://www.atelierrvl.com/

 

  • Lieu : Rue Anatole France, Saint-Cyr-sur-Loire (37).
  • Maîtrise d’ouvrage : Camille et Jean-Charles Liddell.
  • Maîtrise d'oeuvre : Jean-Charles Liddell, architecte ; Pierre-Alexandre Cochez, Easy Garden, paysagiste.
  • Surface : 130 m² SHON.
  • Coût : 108 000 € HT.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

L'ornement est un crime. L'architecture du mouvement moderne, Matt Gibberd, Albert Hill

La persistance du mouvement moderne

19/10/2018

En présentant près de 300 maisons particulières construites entre le début du XXe siècle et aujourd’hui, ce beau livre noir et blanc – qui tient davantage du manifeste visuel que de l’ouvrage historique et scientifique – tente de […]

Configurations pour Tangram, Interstuhl

Salon du mobilier Orgatec : liberté au travail !

18/10/2018

Orgatec est l'occasion de revoir l'aménagement de ses bureaux de fond en comble. Le bureau rêvé existe, dans un confort extraordinaire du tout ajustable, du rangement fixe aux systèmes nomades. Alors à quand la réalité dans nos espaces ? […]

Paola Viganò

Alexandre Chemetoff, Étienne Tricaud et Paola […]

18/10/2018

Au cours de la 5e édition de la biennale d'architecture et d'urbanisme In-Situ à Caen, Frédéric Lenne, commissaire de la manifestation, organise divers rencontres pour débattre de comment faire battre le cœur des villes. Parmi une liste […]

Rendez-vous à suivre

Neuf rendez-vous d'architecture du 19 au 25 […]

18/10/2018

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Les journées nationales de l’architecture Les 19, 20, 21 octobre, partout en France Troisième édition de ces journées […]

L'extension d'une scène musicale à Rio de Janeiro (Brésil), par Oyapock architects

Oyapock livre l'extension d'une scène musicale à […]

17/10/2018

Sur les pentes de la favela de Vigidal, en balcon sur la baie de Rio, cette salle de musique a été agrandie en absorbant et en reliant les constructions voisines. Vocabulaire architectural, implantation et systèmes constructifs locaux favorisent son intégration dans un […]

Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus

Oyapock

17/10/2018

Issus de l’agence Brenac & Gonzalez et du studio brésilien Arthur Casas, Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus créent Oyapock en 2015. Leur nom fait référence au fleuve qui sépare la France (Guyane) et le […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus