PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – TAKTIK ARCHITECTURES – LOGEMENTS SOCIAUX ET ATELIERS D’ARTISTES

Questionnant le rapport entre collectivité et individualisation, usage professionnel et usage privé, ce projet mixte associe logements sociaux et ateliers d’artistes. Abritées dans des volumes distincts, les deux entités programmatiques se répondent autour d’un espace extérieur ouvert sur un quartier en pleine mutation.

Vue de la façade des ateliers : logements sociaux et ateliers d’artistes, Taktik Architectures, Montreuil, prix de la Première oeuvre 2007 / nominé - © Philippe Ayrault
photo n° 1/8
Zoom sur l'image PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – TAKTIK ARCHITECTURES – LOGEMENTS SOCIAUX ET ATELIERS D’ARTISTES

La façade des ateliers donne sur l’espace extérieur semi-collectif. Une faille verte regroupe l’ensemble des circulations de la passerelle.

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2007 : BÂTIMENTS NOMINÉS AU PRIX DE LA PREMIÈRE ŒUVRE

PREMIÈRE ŒUVRE 2007 / NOMINÉ – HTC ARCHITECTES – TRANSFORMATION ET EXTENSION D’UN ATELIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2007 / NOMINÉ - LEIBAR ET SEIGNEURIN - MAISON DE LA COMMUNAUTÉ DE[...]

Dans le cadre du projet global de renouvellement urbain de la cité Bel-Air mené par Edith Girard à Montreuil et en phase d’être achevé, l’Office public de l’habitat montreuillois (OPHM), maître d’ouvrage de l’opération, a lancé une consultation en 2003 pour la réalisation d’un programme mixte associant logements et ateliers d’artistes. L’objectif est d’ouvrir ce quartier dit « sensible » à un nouveau type de population dans une volonté de mixité sociale encouragée par la ville. Confié à Jean-Julien Simonot (Taktik Architectures), le projet est l’occasion pour cette jeune agence de se voir confier son premier marché public.

De forme polygonale, bordée de rues, la parcelle dévolue à cette opération s’étire en pointe vers le nord. Le programme comprend neuf logements sociaux et douze ateliers dont trois occupés par des artistes n’habitant pas sur place. Pour « ne pas apparaître comme une enceinte fermée sur elle-même », explique l’architecte, le choix a été fait de dissocier les deux entités du programme qui se matérialisent par des volumes formellement différenciés. Positionnés de part et d’autre de la parcelle, logements et ateliers se font face et s’articulent autour d’un espace central extérieur. Le statut semi-privatif de ce dernier permet d’assurer un lien et une certaine porosité avec le quartier environnant en instaurant notamment des transparences est-ouest. A terme, cet espace planté pourrait accueillir des expositions et autres manifestations autour des créations des artistes.

Chacune des deux entités revêt un caractère singulier. Au sud de la parcelle sont positionnés les douze ateliers en duplex qui s’organisent dans deux volumes parallélépipédiques (10 en étage à l’est 2 de plain-pied à l’ouest) de part et d’autre d’une faille nord-sud. Peinte en vert, celle-ci abrite l’ensemble des circulations verticales. Tous traversants, les ateliers sont dotés, au sud, de mezzanines en porte-à-faux abritant les coursives de distribution. Ces boîtes en saillie se distinguent également par un traitement lasuré de couleur marron foncé. Au nord, à l’intérieur de l’îlot, la façade des ateliers est largement ouverte par de grands châssis en aluminium aux proportions très étroites et doublés de stores intérieurs. En face, bordant la rue du Bel-Air, les logements sont contenus dans un volume compact à R 3 qui, épousant les limites de la parcelle, abrite six F3 et trois F2. Ce bâtiment est également traversé par la faille verte qui dessert les appartements.

L’ensemble du projet est entièrement réalisé en béton traité de manière unitaire pour les logements et les ateliers par une peinture gris clair (finition granitée et aspect brossé). Le volume des habitations est ponctuellement creusé, tantôt pour marquer en joint creux les nez de dalles, tantôt en profondeur pour définir les balcons traités par une lasure gris foncé.

A l’échelle du projet, un dispositif signalétique est mis en place. Il est simplement constitué de grandes lettres épaisses qui, peintes directement sur le mur vert, indiquent la nature du programme ou, sur les portes, permettent le repérage des ateliers.

 

Visitez le site de l’architecte : http://jjsimonot.fr/

 

 

 

  • Lieu : 18 rue du Bel-Air, Montreuil (93).
  • Maîtrise d’ouvrage : OPHM.
  • Maîtrise d'oeuvre : Taktik architectures, Jean-Julien Simonot, architecte ; Cotec Ingénierie, BET.
  • Surface : 1 464 m² SHON dont 709 m² SHON de logements.
  • Coût : 1,5 M€

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Ieoh Ming Pei, architecte de la pyramide du Louvre

Disparition de Ieoh Ming Pei, prix Pritzker 1983

20/05/2019

Architecte de renommée internationale, Ioeh Ming Pei est décédé dans la nuit de mercredi 15 à jeudi 16 mai 2019, à l'âge de 102 ans. Plusieurs fois récompensé pour son architecture, il avait reçu le prix Pritzker en 1983. […]

Transformation d'un immeuble de bureaux en logements, à Charenton-le-Pont, par Moatti & Rivière en 2016

L'agence Moatti - Rivière, lauréate du prix de la […]

20/05/2019

Jeudi dernier, le duo maîtrise d’œuvre - maitrise d’ouvrage composé de l'agence Moatti-Rivière et de l'Immobilière 3F a été proclamé lauréat du prix de la transformation de bureaux en logements, grâce à […]

FAIRE Paris 2019, accélérateurs de projets innovants du pavillon de l'Arsenal et de la Ville de Paris

Faire 2019: ouverture des candidatures

17/05/2019

Le pavillon de l’Arsenal et la Ville de Paris, en collaboration avec MINI et la Caisse des Dépôts, lancent la troisième édition de l'appel à projets innovants FAIRE Paris, destiné aux architectes, urbanistes, paysagistes, ingénieurs, […]

Les Jardins parisiens d'Alphand, Sous la direction de Sylvie Depondt, Bénédicte Leclerc, Eric Burie.

Alphand, le créateur du paysage parisien - Livre

17/05/2019

Polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, rien ne prédestinait Jean-Charles Adolphe Alphand à devenir, en 1854, responsable des « promenades et des plantations de Paris », service venant d'être créé par le baron Haussmann. Ce […]

Sophia Antipolis, Cermics, Brante & Vollenweider architectes, 1996

Cermics, Sophia Antipolis, Brante & Vollenweider […]

16/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Centre de recherche et de design Mercedes-Benz, Sophia Antipolis, Pierre Fauroux architecte, 1989-1991

Centre de recherche et de design Mercedes-Benz, […]

16/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus