Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de l'ordinaire à l'intemporel

Le prix de la Première Œuvre 2019 est attribué à l'atelier de verrerie de l'artiste Emmanuel Barrois à Brioude (Haute-Loire), conçu par l'agence Antoine-Dufour Architectes. Un projet de réhabilitation mesuré, qui préserve les qualités d’envergure et de structure d'une ancienne halle ferroviaire, révélant ainsi son intemporalité.

Lauréat du prix Première Œuvre 2019, atelier de verrerie à Brioude (Haute-Loire), Antoine Dufour Architectes, Sydec Allier Allagnon (maître d’ouvrage) - © Marine Boutron/Antoine Dufour Architecte
photo n° 1/10
Zoom sur l'image Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de l'ordinaire à l'intemporel

Articles Liés

Antoine-Dufour architectes, portrait des lauréats du prix de la Première Œuvre 2019

L'héroïsme bleu et brut de Charles-Henri Tachon, lauréat de l'Équerre d'argent 2019

Équerre d'argent 2019: le palmarès complet

Une halle ferroviaire à l’abandon, un maître verrier en mal d’espace et des architectes soucieux de travailler sur le «capital que constitue l’existant». Dire que la réussite d’un projet tient à une telle alchimie est convenu. Pourtant, à Brioude, la désinvolture de l’artiste Emmanuel Barrois, peu enclin à figer le programme de son futur espace de travail, a permis à Aymeric Antoine et Pierre Dufour d’illustrer leur préoccupation pour la transformation du bâti disponible. Question conjoncturelle dans un monde qui a conscience de ses limites, déontologique même, pour ces jeunes professionnels -dont l’un, Pierre Dufour, est architecte en chef des monuments historiques. L’économie du projet -moins de 1000€/m2- et la nécessité d’un aménagement conçu parallèlement à son chantier les ont obligés à s’en tenir aux détails. Si d’importants travaux sont réalisés (reprise en sous-œuvre des maçonneries, remplacement de pièces de charpente, réfection de la couverture), ils le sont sans ambages.

Frugale étrangeté

Les trois halles de 500 m2 conservent leur envergure pour être des outils de travail simples et efficaces. Les bureaux, installés dans des volumes en bois calés sur la hauteur des aisseliers, n’entravent pas la lecture longitudinale de la charpente, toile d’araignée géante donnant la mesure des intérieurs. Tout se joue dans l’intelligence du dessin: pour respecter la modénature de la façade en maîtrisant les coûts, de grands verres fixes sont surmontés d’une imposte en mélèze reprenant le cintre des linteaux d’origine. Cadrant un parvis, un volume énigmatique à la Olgiati s’extrait des halles. Telle une hernie, son étrangeté manifeste l’agitation intérieure. Pour renforcer l’abstraction plastique, les traits de banche ont été gommés au coulage du béton et les agrégats de basalte locaux, mis en scène par un sablage appuyé. C’est là toute l’ambivalence de cette génération, désireuse de respecter l’existant sans s’effacer, et pour qui la frugalité est aussi une posture esthétique.

 

  • Lieu : Brioude, Haute-Loire
  • Maîtrise d’ouvrage : Sydec Allier Allagnon
  • Maîtrise d'œuvre : Antoine-Dufour Architectes ; Debost, OPC ; Betem centre, BET TCE ; Apave, bureau de contrôle ; Centre de gestion de la fonction publique territoriale, coordination SPS
  • Programme : 2 halles pour la production de verre architectural, une halle de recherche et d’exposition, bureaux, cuisine, sanitaires, aménagements extérieurs
  • Surface : 1 550 m2 SP
  • Coût : 1,48 M€ HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Julien Quinet,

Étudiants confinés, dessins exposés, à la galerie […]

03/07/2020

300 Les œuvres dessinées, réalisées pendant le confinement par les étudiants de "l'atelier confiné" piloté par Guillaume Ramillien à l'école d'architecture de Versailles, sont exposées à la galerie d'architecture à Paris jusqu'au 17 juillet 2020. Qui mieux que des étudiants en architecture pouvaient […]

Les choses de la ville, France Inter, David Abittan

L'architecture et la ville, de retour sur les […]

03/07/2020

300 La série consacrée à l'architecture, Les choses de la ville, diffusée sur France Inter les samedis et dimanches revient pour une nouvelle saison. Premier épisode, le 4 juillet 2020 à 7h24. On a quitté David Abittan fin août 2019, aux pieds des étoiles d'Ivry-sur-Seine de Jean Renaudie et Renée […]

Casa RR à Baza en Espagne, VIDA architecture + MATRIZ arquitectura

Rigueur géométrique pour une maison multi-usage en […]

02/07/2020

300 En Espagne, à Baza, la casa RR conçue par les agences Vida architecture et Matriz arquitectura, concilie budget modeste et simplicité de mise en œuvre. En réinterprétant la figure traditionnelle du patio central, elle fabrique un cadre de vie adapté aux modes de vies contemporains, flexibles et […]

Ana Vida

Ana Vida, architecte - Portrait

02/07/2020

300 VIDA architecture est une jeune agence crée en 2016 par Ana Vida, qui développe son activité entre la France et l’Espagne. Nourrie d'une expérience franco-espagnole, l’agence Vida architecture explore les modes d’habiter et de travailler de notre époque, convaincue que l’architecture doit être […]

HOMO URBANUS, Bêka & Lemoine réalisateurs, Bordeaux, Paris, Rome, extrait du film Homo Urbanus Tokyoitus, 2018

Filmer le genre urbain, Bêka & Lemoine à Arc en […]

01/07/2020

300 Arc en rêve, le centre d'architecture de Bordeaux, a rouvert ses portes. L'occasion de découvrir l'exposition «Stadium» consacrée au Stadium de Vitrolles, bâtiment emblématique de Rudy Ricciotti laissé à l'abandon depuis 1998. L'occasion également de visiter, à partir du 4 juillet 2020, celle […]

UN SIÈCLE DE BANLIEUE JAPONAISE, AU PAROXYSME DE LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION, Cécile Asanuma-Brice

Décrypter l'habitat urbain japonais - Livre

01/07/2020

300 Dans cette brillante synthèse résultant d'une enquête de vingt ans, la chercheuse en sociologie urbaine Cécile Asanuma-Brice apporte une réflexion inédite sur les processus d'urbanisation de l'une des sociétés de consommation les plus avancées de la planète. De la fin du XIXe siècle à Fukushima, […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital