Le chantier du musée de Lodève par l'agence Projectiles touche à sa fin

Après quatre ans de travaux, le musée de Lodève rouvrira ses portes en juillet prochain, entièrement restructuré par l'agence Projectiles. En faisant dialoguer l'ancien et le contemporain, l'agence réussit à doubler les surfaces d'exposition tout en redonnant une identité urbaine au musée. 

 

Atelier Projectiles, musée de Lodève, salle des passages, le Faune de Paul Dardé - © Musée de Lodève
photo n° 1/12
Zoom sur l'image Le chantier du musée de Lodève par l'agence Projectiles touche à sa fin

Articles Liés

Projectiles

Au cœur de la petite ville méditerranéenne de Lodève, le musée, fondé en 1957 a la particularité de réunir des collections en sciences de la terre et en archéologie issues du territoire, ainsi que le fonds d'atelier du sculpteur local Paul Dardé, surnommé le "second Rodin" de son vivant. Installé dans l'hôtel du Cardinal de Fleury, datant du XVIIe et XVIIIe siècle, il était jusque-là occulté par une cour et inadapté aux exigences muséales actuelles.
 
 

Une lisibilité urbaine

 
Le premier choix des architectes a été de redonner une lisibilité urbaine à l'hôtel de Fleury en concevant un parvis ouvert sur la ville. Restauré dans les règles de l'art, le bâtiment est à nouveau exposé aux yeux des habitants. L'entrée s'effectue par une faille en acier, intercalée entre les façades anciennes, à la fois discrète et marquée dans sa modernité. Elle conduit à la partie neuve, construite en lieu et place de l'ancien hôtel de Teisserenc, qui double les surfaces d'accueil et d'exposition (passant de 1700 à 3200m2).
 
 

Minéralité

 
Point d'orgue du projet, la salle du passage - où trône déjà le Faune de Paul Dardé - est le pendant contemporain de la cour caladée de l'hôtel de Fleury dont l'espace vide a constitué le point de départ et d'inspiration pour l'organisation volumétrique de la partie neuve. Cette salle conduit aux différents espaces du complexe : les trois expositions permanentes et ceux dévolus aux expositions temporaires. Gigantesque puits de lumière, elle est recouverte par une couverture en ETFE qui donne une impression de plein jour, sans aucune ombre portée. Elle se caractérise par son traitement en béton brut réalisé de manière artisanale avec des coffrages en lattis de bois. Cette texture est une ode à l'imperfection car elle n'est pas abordée sous l'angle de la préfabrication mais du travail de l'homme, comme s'il s'agissait de mettre en scène les traces d'une empreinte. "L'hôtel de Fleury est un bâtiment en pierre et enduit à la chaux. La minéralité y est très présente, y compris au niveau de la cour caladée, et c'est cette minéralité qui nous a frappés lors des toutes premières visites, explique l'architecte Daniel Meszaros. L'objectif n'est pas que la nouvelle extension prenne le pas sur le bâtiment patrimonial, mais qu'il y ait un dialogue qui s'établisse entre les deux entités et qui passe par cette texture, cette minéralité réinterprétée."
 
 
A l'intérieur, le musée a été imaginé comme un outil flexible avec une pluralité d'espaces pouvant s'adapter à de nombreuses configurations d'expositions, allant du cabinet de curiosité à des grands volumes bruts plus ou moins profonds. Mais il faudra attendre l'inauguration du 7 juillet prochain pour découvrir la scénographie qu'est en train de mettre en place l'équipe de Projectiles. Un musée dont la nouvelle vie s'avère des plus prometteuses au vu de ses transformations déjà rendues visibles.
 
 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Exposition «Pablo Valbuena. Si le temps est un lieu » au CENTQUATRE à Paris

Pablo Valbuena s’installe au CENTQUATRE, à Paris

15/02/2019

Sculptures éphémères et immersives, les œuvres de l’artiste espagnol Pablo Valbuena soulignent l'architecture du lieu qui les accueille tout en la prolongeant. Avec «Si le temps est un lieu», l’artiste espagnol signe sa première […]

MVRDV, Les archives ouvertes du Musée Boijmans van Beuningen à Rotterdam en construction

A Rotterdam, le Depot Boijmans, signé MVRDV, prend […]

15/02/2019

Ce sont des archives d’un nouveau genre que l’agence néerlandaise MVRDV est en train d’édifier à Rotterdam, à quelques encablures du Musée Boijmans van Beuningen dont elles abriteront les réserves ainsi que des œuvres de […]

Atelier Lavit - Écosite, à Sorgues

Double peau ajourée pour observatoires hôteliers, […]

14/02/2019

Après la réalisation des suites du domaine du château de Raray, l'architecte italien Marco Lavit a conçu un nouveau complexe hôtelier sur l'étang de la Lionne, dans le Vaucluse. A quelques kilomètres d’Avignon, cette réserve de […]

Rendez-vous à suivre

Huit rendez-vous d'architecture du 14 au 20 […]

14/02/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. La crèche, des plans-types aux nouvelles pratiques éducatives Le 14 février, à 19h, au pavillon de l’Arsenal, à Paris L' […]

« Station Blocpark », projet lauréat de Réinventer Paris 2, site espace viaire sous viaduc métro ligne 6 (XIIIe arr.), The Wall-Arkose, porteur, Baehr & Landau architectes

Les lauréats de Réinventer Paris 2 (7/20): Station […]

13/02/2019

Le jury de Réinventer Paris 2 a sélectionné, sur le site espace viaire sous viaduc métro ligne 6 (XIIIe arr.), le projet "Station Blocpark" porté par The Wall-Arkose et conçu par Baehr & Landau architectes. Indispensables artères […]

AMC n°40-octobre 1976, couverture

Dans les archives d'AMC: 1976, l'atelier Ciriani […]

13/02/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus