SBA rénove et agrandit le Musée royal de l'Afrique centrale de Tervuren, commandé par le roi Léopold II

Créé à l’initiative du roi Léopold II comme instrument de propagande pour son aventure personnelle au Congo, le Musée royal de l'Afrique centrale est aujourd'hui devenu le lieu de mémoire colonial belge par excellence. Divisé en plusieurs bâtiments de périodes historiques différentes, l'établissement a connu depuis 2013 de sérieux travaux de rénovation et d'extension, mis en œuvre par l'agence SBA.

Le musée royal de l'Afrique centrale, rénové et agrandit par Stéphane Beel, 2018 - © Luca Beel
photo n° 1/10
Zoom sur l'image SBA rénove et agrandit le Musée royal de l'Afrique centrale de Tervuren, commandé par le roi Léopold II

Avant l'intervention de l'agence d'architecture Stephane Beel, le site du Musée royal de l'Afrique centrale (MRAC) hébergeait déjà plusieurs bâtisses d'intérêt patrimonial.

Un patrimoine composite

Bâtisse néoclassique agrémenté d'un jardin à la française ayant servi de salle d'exposition pendant l'Exposition internationale de 1897, le palais des Colonies est installé, sur les ordres du roi Léopold II, sur les ruines du pavillon de chasse de Guillaume II d'Orange. Le succès rencontré lors de l'Exposition convaincra le roi d'y fondé le Musée du Congo, dont le rapide enrichissement des collections donnera lieu à la création d'autres bâtiments au sein d'un masterplan signé par l'architecte Charles Girault. La Cité coloniale et son musée sont inauguré en 1910. Plusieurs autres phases de construction et de rénovation suivront rendant ainsi le site actuel du Musée royal de l'Afrique central, un condensé de patrimoine architectural. 

La Cité coloniale 2.0

A la suite du concours lancé par le MRAC en 2006, Stéphane Beel, lauréat de l'appel, met en œuvre un nouveau masterplan. A l'instar de celui de la Cité coloniale de Girault, l'actuel projet assume un regroupement programmatique clair sur l'ensemble du site, permettant à chaque bâtisse de retrouver sa singularité thématique. Trois pôles sont alors identifiables : le palais des Colonies et sa médiathèque ouverts au grand public, un centre de congrès et le Musée modernisé avec son pavillon d’accueil, ainsi qu'un centre de recherche. Hormis cette organisation revue et corrigée, les architectes se sont interrogés quant à une expérience inédite à proposer au sein d'espaces déjà chargés d'un passé colonial important, surtout à une heure où le regard sur l'Afrique centrale a considérablement changé en 50 ou 100 ans.

Un projet d'hier et de demain

En 2017, la bâtisse néoclassique du musée est restaurée et agrandie. En plus de sa réorganisation, plusieurs espaces sont apportés à sa programmation : des ateliers pour enfants, des espaces logistiques et secondaires, ainsi que de nouvelles salles d’exposition. Suivant le masterplan original, un nouveau pavillon d’accueil dessert, à l'aide d'escaliers à ciel ouvert, l'ensemble des espaces du musée. Les visiteurs initient donc leur découverte des collections par les sous-sols, via les fondations de l’ancienne construction. Dépouillé des fonctions secondaires, le volume initial est désormais dédié à l’exposition permanente. Finalement, la construction d’une extension résolument moderne au sein d’un environnement architectural particulièrement hétérogène procure au musée et à ces différents publics une expérience hors norme.

 

  • Lieu : Tervuren (Belgique)
  • Maîtrise d’ouvrage : Régie des Bâtiments
  • Maîtrise d'oeuvre : SBA, architectes ; Michel Desvigne, paysagiste ; ARUP, BET structure ; Origin Architecture & engineering, entreprise restauration
  • Programme : musée
  • Surface : nouveau bâtiment: 7 125 m2 ; restauration: 9 000 m2 ; transformation: 11 000 m2
  • Calendrier : livraison, mars 2018
  • Coût : 49 500 000€ hors TVA

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 30472_1782076_k6_k1_4104313.jpg

Un cadavre exquis par des logements, un parking et […]

29/09/2022

300 Près de la gare Saint-Jean à Bordeaux, ce programme mixte imbrique 46 logements et un parking au-dessus d'un centre de propreté municipal. A la croisée des usages qui fabriquent aujourd'hui un tissu fonctionnel, l'opération revendique le collage urbain par sa façade stratifiée. Pour Benjamin Colboc […]

PHOTO - 30472_1782010_k2_k1_4104158.jpg

COSA - portrait

29/09/2022

300 Arnaud Sachet et Benjamin Colboc fondent l'agence Cosa en 2016, à Paris. Arnaud Sachet, diplômé de l'ENSAIS en 2001, et Benjamin Colboc, diplômé de Paris Belleville en 2003, ont fondé Cosa en 2016, après avoir collaboré au sein de Colboc Franzen & associés. Recherchant des réponses simples à des […]

PHOTO - 30472_1782147_k2_k1_4104695.jpg

DORTE MANDRUP, UN ART DE L'ENRACINEMENT - […]

28/09/2022

300 Réunissant cinq projets conçus pour des lieux symboliques, l'exposition « Place », à la maison du Danemark à Paris, donne un aperçu de la méthode de l'architecte danoise Dorte Mandrup, mêlant analyse du contexte et harmonie des formes. A l'ère de l'anthropocène, elle invite à redécouvrir le dialogue […]

Ilulissat Icefjord Centre, Groenland, Dorte Mandrup architects

La démarche de Dorte Mandrup, en conférence

28/09/2022

300 Jeudi 13 octobre 2022, l'architecte Lars Johan Almgren, représentant de l'agence scandinave Dorte Mandrup, donnera une conférence à la maison du Danemark à Paris. L'occasion de découvrir autrement les projets présentés dans l'exposition "Place, Architecture et paysage en symbiose", consacrée aux […]

Tour de logements, Barcelone (Espagne), Studio Odile Decq architecte

En rouge et blanc, une tour de luxe à Barcelone […]

27/09/2022

300 Conçue par Odile Decq, cette tour de 30 étages abritant des logements de haut standing, se dresse à l'entrée de l'emblématique avenue Diagonal à Barcelone. Le projet a été distingué par le Chicago Atheneum International Award 2022, dans la catégorie High Rises / Skyscrapers. En 2015, le Studio Odile […]

Kazuyo Sejima & Ryue Nishizawa dans leurs bureaux, 2022

Sanaa, Praemium Imperiale 2022

26/09/2022

300 Sanaa, l'agence fondée par Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, autrice du Louvre-Lens, Équerre d'argent 2013, ou encore de la transformation de la Samaritaine à Paris, est lauréate du prestigieux Praemium Imperiale, décerné dans cinq catégories (peinture, sculpture, musique, architecture et théâtre / […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital