Renzo Piano et le palais de justice de Paris - Entretien

Le 16 avril, la première audience s'est tenue dans le nouveau tribunal de grande instance de Paris, conçu par l’agence RPBW. Situé en bordure du périphérique nord, le bâtiment est une tour en verre de 160 m de haut – la première construite dans la capitale depuis la tour Montparnasse, en 1973 – constituée de quatre volumes superposés, de taille décroissante, accueillant en toiture des jardins suspendus. Quelques jours avant cette mise en service, Renzo Piano nous accordait un entretien, en revenant sur cette aventure de huit années, récompensée par l’Equerre d’argent 2017.

Renzo Piano, architecte - © Stefano_Goldberg
photo n° 1/4
Zoom sur l'image Renzo Piano et le palais de justice de Paris - Entretien

Articles Liés

Renzo Piano - Tribunal de Paris - équerre d'argent 2017

"L'architecture, c'est le mélange des besoins et des désirs, des nécessités et rêves."

 

 
Vous avez construit des programmes très variés, mais c’est votre premier palais de justice. Comment avez-vous procédé ? Etes-vous allé visiter de telles opérations à travers le monde ?
 
C’est effectivement ce que l’on fait habituellement. Mais dans ce cas, nous nous sommes abstenus. Pas par paresse ! mais parce qu’on croulait sous les informations, de la part de l’Etablissement public du palais de justice de Paris [EPPJP], dirigé à l’époque par Jean-Pierre Weiss, de la part des magistrats et de la part de Bouygues, puisque l’opération se faisait en partenariat public-privé [PPP]. Cela constituait tellement de sources d’information qu’il n’était pas nécessaire d’aller en chercher ailleurs. En plus, il fallait aller très vite : on avait cinq mois pour rendre la première esquisse, puis un an pour peaufiner le projet. Il faut dire aussi que dans ce type de contrat, tout est extrêmement figé. Le programme, les surfaces… ne sont pas du tout négociables. L’Etat achète ce qui figure dans le programme et Bouygues doit fournir ce qui est attendu, et rien d’autre. En revanche, nous avons assidûment fréquenté l’ancien palais de justice, sur l’île de la Cité, avec sa salle des pas perdus tout en pierre, assez belle, mais plutôt obscure et intimidante. Et il nous a fallu vraiment beaucoup de temps pour comprendre le fonctionnement de cette institution. Alors la dernière des choses à faire, c’était d’aller faire le tour du monde pour aller voir ce qui se fait ailleurs !
 
Le programme comportait-il une réflexion sur ce que doit être un palais de justice au XXI siècle, et éventuellement, la symbolique qu’il doit véhiculer ?
 
La symbolique est un thème qui a été assez présent, pendant le projet, notamment avec les magistrats. Sauf que nous, nous sommes tellement vaccinés contre la rhétorique que la symbolique nous fait toujours un peu peur ! Cette discussion est devenue peu à peu une discussion sur la transparence, la légèreté et la lumière. Bien sûr, personne n’a été assez fou pour penser qu’un bâtiment transparent rendrait une justice meilleure ! Néanmoins, je pense qu’un lieu dans lequel il y a une grande luminosité, une grande transparence, peut faire sentir le monde meilleur. L’architecture transmet une sensation, comme un film ou un roman. D’ailleurs, plutôt que de symbolique, il faudrait parler de sémantique. La sémantique, c’est l’art d’exprimer des choses avec des formes, avec des espaces. C’est le but de l’architecture d’exprimer une émotion. Quand on fait une salle de concerts par exemple, bien sûr, la qualité de l’acoustique compte, mais aussi d’autres choses, comme la configuration de l’espace, les formes, les matériaux, et c’est cela qui fera que tout le monde partagera un plaisir, celui d’être ensemble.
 
 

Retrouvez la suite de l'entretien avec Renzo Piano dans AMC n°268-avril 2018.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

LE TOUR DE FRANCE DES MAISONS ÉCOLOGIQUES, Mathis Rager, Emmanuel Stern, Raphaël Wather

Construire Hors Standard - Livre

09/04/2021

300 Deux architectes et un anthropologue ont entrepris un tour de France de deux mois pour aller à la rencontre de ceux qui construisent des maisons individuelles écologiques s'éloignant des modèles vendus clés en mains. A travers la mise en perspective de trente réalisations, cette étude est une […]

La cité-jardin de la Butte Rouge à Chatenay-Malabry

A la cité-jardin de la Butte Rouge, d'abord on […]

06/04/2021

300 Le mauvais feuilleton de la cité-jardin de la Butte Rouge continue. Malgré les alertes patrimoniales engagées depuis plusieurs années et la prise de position récente de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot visant à protéger ce modèle d'urbanisme social humaniste - construit entre 1931 et […]

Modélisation 3D des charpentes et couvertures du chœur de la charpente disparue de Notre-Dame de Paris.Réalisée par Kévin Jacquot, sous la direction de Livio de Luca, CNRS – UMR MAP 3295 (Modèles et Simulations pour l’Architecture et le Patrimoine), 2019

Pas de fac-similé pour la charpente de Notre-Dame […]

08/04/2021

300 Alors que le démontage de l’échafaudage titanesque de la cathédrale Notre-Dame de Paris est achevé et que les travaux de consolidation devraient être finis à l’été prochain, le projet de restauration de la charpente médiévale en chêne massif de la nef et du chœur vient d’être validé par la […]

Abonnés AMC

PHOTO - 24570_1456566_k5_k1_3361966.jpg

Au bord de la Moselle, StudioLada livre une agora […]

07/04/2021

300 Relevant de la typologie minimaliste de la halle médiévale -une couverture et une structure -, cet ouvrage conçu par le collectif StudioLada se distingue par sa spectaculaire charpente en bois. Telle une agora de village, il est pensé comme un nouveau modèle de salle polyvalente, économique et […]

PHOTO - 24570_1456546_k6_k5_3361853.jpg

StudioLada - Portrait

07/04/2021

300 Tous diplômés de l'Ensa Nancy, Christophe Aubertin, Xavier Géant, Agnès Hausermann, Aurélie Husson, Eléonore Nicolas et Benoît Sindt forment en 2008 le collectif StudioLada. Les fondateurs du collectif StudioLada ont pour objectif de pratiquer une architecture contextuelle, qui mobilise les […]

Abonnés AMC

Maison commune à Treffort Val-Revermont, par DLD

Maison commune pour un village rural par Doucerain […]

06/04/2021

300 Dans le village rural de Treffort Val-Revermont situé près de Bourg-en-Bresse, la mairie est devenue « maison commune » en accueillant plusieurs salles destinées à la vie associative et locale, grâce à l'intervention de l'agence Doucerain Lievre Delziani. Pour les architectes de DLD, la […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital