Renzo Piano et le palais de justice de Paris - Entretien

Le 16 avril, la première audience s'est tenue dans le nouveau tribunal de grande instance de Paris, conçu par l’agence RPBW. Situé en bordure du périphérique nord, le bâtiment est une tour en verre de 160 m de haut – la première construite dans la capitale depuis la tour Montparnasse, en 1973 – constituée de quatre volumes superposés, de taille décroissante, accueillant en toiture des jardins suspendus. Quelques jours avant cette mise en service, Renzo Piano nous accordait un entretien, en revenant sur cette aventure de huit années, récompensée par l’Equerre d’argent 2017.

Renzo Piano, architecte - © Stefano_Goldberg
photo n° 1/4
Zoom sur l'image Renzo Piano et le palais de justice de Paris - Entretien

Articles Liés

Renzo Piano - Tribunal de Paris - équerre d'argent 2017

"L'architecture, c'est le mélange des besoins et des désirs, des nécessités et rêves."

 

 
Vous avez construit des programmes très variés, mais c’est votre premier palais de justice. Comment avez-vous procédé ? Etes-vous allé visiter de telles opérations à travers le monde ?
 
C’est effectivement ce que l’on fait habituellement. Mais dans ce cas, nous nous sommes abstenus. Pas par paresse ! mais parce qu’on croulait sous les informations, de la part de l’Etablissement public du palais de justice de Paris [EPPJP], dirigé à l’époque par Jean-Pierre Weiss, de la part des magistrats et de la part de Bouygues, puisque l’opération se faisait en partenariat public-privé [PPP]. Cela constituait tellement de sources d’information qu’il n’était pas nécessaire d’aller en chercher ailleurs. En plus, il fallait aller très vite : on avait cinq mois pour rendre la première esquisse, puis un an pour peaufiner le projet. Il faut dire aussi que dans ce type de contrat, tout est extrêmement figé. Le programme, les surfaces… ne sont pas du tout négociables. L’Etat achète ce qui figure dans le programme et Bouygues doit fournir ce qui est attendu, et rien d’autre. En revanche, nous avons assidûment fréquenté l’ancien palais de justice, sur l’île de la Cité, avec sa salle des pas perdus tout en pierre, assez belle, mais plutôt obscure et intimidante. Et il nous a fallu vraiment beaucoup de temps pour comprendre le fonctionnement de cette institution. Alors la dernière des choses à faire, c’était d’aller faire le tour du monde pour aller voir ce qui se fait ailleurs !
 
Le programme comportait-il une réflexion sur ce que doit être un palais de justice au XXI siècle, et éventuellement, la symbolique qu’il doit véhiculer ?
 
La symbolique est un thème qui a été assez présent, pendant le projet, notamment avec les magistrats. Sauf que nous, nous sommes tellement vaccinés contre la rhétorique que la symbolique nous fait toujours un peu peur ! Cette discussion est devenue peu à peu une discussion sur la transparence, la légèreté et la lumière. Bien sûr, personne n’a été assez fou pour penser qu’un bâtiment transparent rendrait une justice meilleure ! Néanmoins, je pense qu’un lieu dans lequel il y a une grande luminosité, une grande transparence, peut faire sentir le monde meilleur. L’architecture transmet une sensation, comme un film ou un roman. D’ailleurs, plutôt que de symbolique, il faudrait parler de sémantique. La sémantique, c’est l’art d’exprimer des choses avec des formes, avec des espaces. C’est le but de l’architecture d’exprimer une émotion. Quand on fait une salle de concerts par exemple, bien sûr, la qualité de l’acoustique compte, mais aussi d’autres choses, comme la configuration de l’espace, les formes, les matériaux, et c’est cela qui fera que tout le monde partagera un plaisir, celui d’être ensemble.
 
 

Retrouvez la suite de l'entretien avec Renzo Piano dans AMC n°268-avril 2018.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Bureaux et galerie d'art à Bordeaux, RCR ARTOTEC architectes

L'architecture suggestive d'RCR Artotec, à […]

20/01/2020

Située en secteur protégé, au cœur du quartier Saint-Michel à Bordeaux, cette reconversion est signée RCR ARTOTEC, entité française de l’agence espagnole Pritzker 2017. ­Guidée par la lumière, elle fait […]

RCR ARTOTEC

RCR ARTOTEC - Portrait

20/01/2020

L’équipe franco-­catalane RCR ARTOTEC est composée du trio Prix Pritzker 2017 et du duo bordelais d’­ARTOTEC, Thomas Rodriguez et Jaïro Pinedo. C’est à la suite d’une rencontre placée sous le signe de l’évidence amicale et […]

Les affres existentiels d'une starchitecte en BD

20/01/2020

Si l'architecture, en tant qu'objet fictionnel ou simple décor, constitue une matière d'élection dans l'art de la bande dessinée, le choix de recourir à la figure de l'architecte pour en faire un sujet à part entière, un […]

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus