Abonnés AMC

Rétrospective: Hogna Sigurdardottir, moderne islandaise

A l'occasion de la journée internationale des droits de la femme le 8 mars prochain, AMC met en lumière l'apport des femmes architectes dans une profession qui peine encore à le reconnaître à sa juste mesure. Aujourd'hui, retour sur les travaux d'Hogna Sigurdardottir-Anspach (1929-2017), première femme architecte à avoir construit dans son pays, l'Islande, et signé des maisons aux accents brutalistes et une piscine publique lumineuse. Pourtant c'est en France, où elle a étudié aux Beaux-Arts de Paris, qu'Hogna Sigurdardottir a le plus travaillé. Dans les années 1970, parallèlement à sa collaboration avec Adrien Fainsilber, elle crée son agence avec André Crespel et Jean-Pierre Humbaire, rejoints par Bernard Ropa à la fin des années 1980. Essentiellement en Ile-de-France, elle imagine des bâtiments publics souvent liés à l'enseignement, de l'école maternelle au campus universitaire. Avec son écriture architecturale en quête d'abstraction et de poésie, elle réalise des lieux chaleureux et protecteurs, favorisant les rencontres et adaptés dans les moindres détails à leurs usagers. Retour sur un dossier "référence" consacré à l'architecte, publié dans AMC n°284-février 2020.

Hogna Sigurdardottir-Anspach architecte
photo n° 1/20
Zoom sur l'image Rétrospective: Hogna Sigurdardottir, moderne islandaise

Articles Liés

Rétrospective: Renée Gailhoustet en ses terrasses

Originaire du sud de l'Islande, Hogna Sigurdardottir-Anspach passe son enfance sur l'île d'Heimaey, dans l'archipel des Vestmann. La grande dépression économique des années 1930 touche de plein fouet le pays. Mais lorsque l'activité du bâtiment reprend, le premier signe de prospérité se manifeste par la construction de trois ou quatre maisons dans le village de pêcheurs où elle vit. « Je me revois allant les observer un soir après le départ des ouvriers. J'ai toujours une image parfaitement claire de leurs volumes. J'avais 9 ou 10 ans et je rêvais d'avoir une maison plus grande et plus agréable que notre modeste logement »(1), racontait-elle, situant dans cet événement l'origine de son désir de devenir architecte. Comme il n'existe pas d'école d'architecture en Islande, Hogna Sigurdardottir envisage […]
Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital