Rudy Ricciotti à la Boverie: "Je ne mets pas les pieds sur la table"

Le 4 mai 2016 était inaugurée La Boverie, musée accueillant les collections des Beaux-Arts de Liège. Une extension-restructuration signée Rudy Ricciotti, associé pour l’occasion à l’architecte du patrimoine belge Paul Hautecler.

Musée La Boverie, Liège, Rudy Ricciotti et cabinet d'architectes p.HD - © Marc Verpoorten - Ville de Lie?ge
photo n° 1/10
Zoom sur l'image Rudy Ricciotti à la Boverie: Je ne mets pas les pieds sur la table

Inauguré le 4 mai 2016 avec l’exposition temporaire "En plein air", le musée de La Boverie réanime un bâtiment construit en 1905 pour l’Exposition universelle qui a failli subir un autre sort. Lorsque la capitale économique wallonne lance le concours en 2009, la trentaine de participants a toute latitude pour le démolir. Mais le bâtiment des architectes Jean-Laurent Hasse et Charles Soubre est attachant, rappelle Rudy Ricciotti, par ce mélange de modernité et de classicisme. La structure est posée sur des pieux de béton battus, une première mondiale à l’époque, alors que les façades, en pierre et brique, renvoient à une modénature passéiste. Avec son associé liégeois, l’architecte du patrimoine Paul Hautecler avec qui il souligne la connivence, il entend le sublimer, lui insuffler une énergie nouvelle. Vis-à-vis du patrimoine en général, l’architecte à la faconde habituelle, le dit tout net: "Moi, je ne mets pas les pieds sur la table." Et c’est cette intervention mesurée, respectueuse de l’existant, qui a séduit la ville.

Les beaux volumes, conservés à rez-de-chaussée, sont destinés aux expositions temporaires. Le morceau de bravoure est le creusement, sur 1,5 m, des anciennes caves et réserves en sous-sol – nécessitant le forage de plus de 200 pieux de fondation, pour dégager un niveau réservé aux expositions permanentes ainsi qu’un auditorium de 160 places.

Résister à la délocalisation des emplois

L’extension sur la façade ouest, la seule façade aveugle du bâtiment, vient caresser l’eau et, par ses baies vitrées de 7,5 m de haut sur les trois côtés, projette le visiteur sur la rive d’en face et sa façade urbanisée. "C’est une fenêtre sur la ville populaire, un regard, un sourire", résume Rudy Ricciotti. Le volume est basique, un simple parallélépipède posé sur pilotis. Toute l’intervention exprime la légèreté. La toiture très fine (35 cm d’épaisseur) est constituée de plaques de béton performant post-contraint. Elle repose sur 21 colonnes de béton (7 m de haut) dont la forme "maniériste", un évasement à la base et au sommet, reprend et exprime les efforts. Ces poteaux sont aussi un hommage à la structure cachée de l’ancien bâtiment, à ces fondations invisibles "qui devraient être classées monument historique".

Tous les réseaux techniques, canalisations, électricité… sont reportés dans le sol, également en béton, un matériau que revendique l’architecte parce qu’on le travaille avec des ressources localisées, et qu’il implique de vrais métiers: "L’architecture a cette responsabilité de résister à la délocalisation des emplois et de redistribuer des ressources territorialisées."

Un regret cependant, la scénographie, sur laquelle le duo d’architectes n’a visiblement pas eu la main, et qui ne respecte par la double axialité du bâtiment d’origine. Dans la halle de verre, Rudy Ricciotti verrait bien des sculptures qui réagissent à la lumière, la ville de Liège disposant d’un fonds important de plâtres; sous la dalle aussi, entre les pilotis. Et entre deux expositions, il appelle de ses vœux le tam-tam et le rock and roll, les performers et les chanteurs, pour que ce musée renoue avec sa vocation première: être un centre d’art et de culture.

 

 

  • Lieu: Lège (Belgique)
  • Maîtrise d’ouvrage: ville de Liège
  • Maîtrise d’œuvre: Rudy Ricciotti, architecte; Paul Hautecler, architecte MH – cabinet d’architectes p.HD; Greisch et Pierre Berger, BET
  • Entreprise: association d’entreprises Moury-Wurst
  • Surface: 5000 m2, dont 1200 m2 pour l’extension
  • Budget: 27,6 millions d’euros
  • Calendrier: 2009, concours; 2011-2012, études; 2013, démarrage du chantier; 4 mai 2016, inauguration

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • archi patrimoine

    Comme quoi l'association d'un archi moderno avec un spécialiste du patrimoine donne un projet riche et une double sublimation des outils de composition. Et rares sont les architectes a demandé un classement de l'oeuvre des prédécesseurs... Même si les raisons en sont les prémisses des techniques du béton, dont Rudy est un grand spécialiste, et non la rigueur d'une composition d'un classicisme abouti.

Walden Raft, par Elise Morin et Florent Albinet installé sur le lac d'Annecy / Annecy paysages 2019

Bel été

29/07/2019

La rédaction d’AMC vous souhaite un bel été et vous donne rendez-vous en septembre pour de nouvelles actualités. D’ici là, inscrivez-vous pour recevoir les newsletters thématisées du mois d’août (les expositions et […]

L'exposition Superstudio, la vie après l'architecture au Frac Centre-Val de Loire, 2019

Superstudio, fossoyeur du modernisme

26/07/2019

Entre 1966 et 1982, les architectes florentins de Superstudio ont engagé une réflexion théorique et critique sur la société de consommation. Par une surenchère de récits et d’images iconoclastes, le groupe se pose en fossoyeur de […]

Michel Buffet Guillemette Delaporte, préface d’Alain Fleischer

Michel Buffet, entre art et industrie

26/07/2019

Né en 1931, Michel Buffet fait partie de la première génération de designers industriels. Son travail incarne les formes et les couleurs des Trente Glorieuses, période durant laquelle les modes de vie changent, les transports se développent, les exigences de […]

k-studio Dexamenes Hotel, Plan large

En Grèce, K-studio transforme une exploitation […]

25/07/2019

K-studio redonne vie à une station viticole abandonnée, pour monter un hôtel de rêve sur plage privée, ton sur ton. Là, tout n’est que luxe, calme et volupté. Dans le Péloponèse à Kourouta, Nikos Karaflos a fait transformer […]

PULSE, immeuble de bureaux à Saint-Denis pas BFV Architectes

Un immeuble de bureaux en structure mixte qui […]

24/07/2019

Cet immeuble de bureaux de sept étages, conçu avec une structure mixte bois-béton, renferme un atrium surgissant telle une clairière dans une forêt dense. Par sa rigueur constructive, il transforme des espaces de travail en véritables lieux de vie. A la […]

BFV Architectes. Jean-Brice Viaud, Olivier Fassio et Jean Bocabeille

BFV Architectes - Portrait

24/07/2019

Créée en 2018, BFV Architectes réunit les architectes Jean Bocabeille, Olivier Fassio et Jean-Brice Viaud. BFV Architectes est une jeune agence. Créée en 2018, elle réunit trois "fringants quinquagénaires" souhaitant élargir leur […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus