Stanton Williams – rénovation et extension du Musée d’arts de Nantes

Fraîchement inauguré, le Musée d'arts de Nantes a fait l'objet d'une très profonde rénovation et d'une extension, confiée au cabinet d'architectes britannique Stanton Williams. Ces travaux ont permis d'augmenter les surfaces d'exposition de 30%, de répondre aux normes actuelles de conservation mais, plus encore, d'offrir une présentation plus large des très riches collections.

Stanton Williams – extension du Musée d’arts de Nantes - © Nantes Métropole - Musée des Beaux-Arts - Photographie : Hufton+Crow
photo n° 1/15
Zoom sur l'image Stanton Williams – rénovation et extension du Musée d’arts de Nantes

Par la volonté d'ouverture qui a présidé aux travaux, le Musée d’arts de Nantes s'insère encore davantage dans la ville, le long d'une véritable promenade historique et culturelle. L’agence Stantan Williams a transformé l'image vétuste du palais néoclassique en celle d'un musée contemporain vivant et accueillant, ouvert sur la ville et ses habitants.

Un musée dans la ville

Cette ouverture du musée commence avec la suppression du portail existant le long de la façade principale du palais et celle de son étroit escalier d'accès, remplacés par un nouveau parvis formant un espace public, accessible depuis la rue. Ce large accès offre aux passants un lieu de rencontre et de repos le long de la rue Georges Clémenceau. La partie haute du parvis peut accueillir des sculptures ou des installations. De part et d’autre du nouveau parvis se trouvent deux larges socles surmontés de boîtes de verre comprenant un ascenseur. Le cours Jules Dupré, entre le palais historique et la nouvelle extension, est rendu accessible au public. Il permet d’apercevoir depuis la rue l'extension avec sa façade de marbre translucide, la grande baie vitrée et la galerie qui le surplombe. À travers la façade transparente du rez-de-chaussée du nouveau bâtiment consacré aux arts graphiques, les piétons peuvent voir les terrasses du nouveau jardin de sculptures et l'extension du musée. De larges ouvertures dans les façades de cette dernière permettent de contempler les collections depuis la rue.

Optimisation de la lumière naturelle

Les architectes ont choisi de conserver et d'optimiser la lumière naturelle qui baigne les grandes galeries du palais. Les verrières existantes étaient à l'origine de multiples fuites d'eau et, surtout, introduisaient un apport de lumière trop important au sud et insuffisant au nord. Elles ont été remplacées par un complexe de couches superposées de verre, toiles tendues et stores modulables. La charpente métallique existante a, elle, était préservée. Le dispositif permet toujours l'effet de «nuage qui passe» qui contribue au charme de ces galeries. Un éclairage artificiel performant complète l'ensemble. Reliée au palais par la galerie surplombant le cours Jules Dupré, l'extension du musée comprend quatre niveaux de galeries d'art contemporain flexibles, superposées et liées entre elles par de larges failles amenant de la lumière naturelle, ainsi qu'une nouvelle circulation verticale au sud, en contrepoint de l'escalier monumental historique.

 

 

  • Lieu : Nantes (44)
  • Maîtrise d’ouvrage : Ville de Nantes et Nantes Métropole
  • Maîtrise d'oeuvre : Stanton Williams architectes ; RFR & Sepia, BET structure ; Max Fordham & GEFI, BET fluides et HQE
  • Surface : nouveau site, 4000m2 ; rénovation palais, 13000 m2 ; surface totale, 17000 m2
  • Calendrier : 2009-2017
  • Coût : 48,8 M€ HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Serpentine Pavilion 2019, Junya Ishigami architecte

Cet été, Junya Ishigami enchantera la Serpentine […]

20/02/2019

C’est l’architecte japonais Junya Ishigami, dont les œuvres aériennes étaient exposées à l’été 2018 à la Fondation Cartier, à Paris, qui réalisera le Pavillon Serpentine 2019. Installation à […]

Junya Ishigami architecte, par Tasuko Amada

Junya Ishigami architecte - portrait

20/02/2019

Né en 1974, l'architecte japonais Junya Ishigami, formé à la National University of Fine Arts and Music de Tokyo, fonde son agence dans la capitale japonaise en 2004. Lauréat du Global Award for Sustainable Architecture en 2010, il réalisera le pavillon de […]

AMC n°44-février 1978, couverture

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec […]

20/02/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus