Susanna Fritscher, un art de l'espace - Portrait

Dans la sphère architecturale, cela fait déjà plusieurs années que circule le nom de l'artiste Susanna Fritscher, dont la renommée a pris de l'ampleur, depuis sa magistrale intervention pour l'inauguration du musée d'arts de Nantes, en 2017, réhabilité et agrandi par les architectes britanniques Stanton Williams. Elle a investi cette année la galerie du centre Pompidou-Metz, de Shigeru Ban et Jean de Gastines, et occupe l'une de salles du Louvre Abu Dhabi, sous le célèbre dôme de Jean Nouvel. Une actualité qui invite à revenir sur une œuvre qui ne prend sa mesure qu'in situ, dans un véritable corps à corps mouvant et réactif avec l'architecture, aussi poétique que troublant.

Portrait de Susanna Fritscher dans son atelier devant la maquette du projet pour son exposition de Nantes - © Laurent Tessier
photo n° 1/9
Zoom sur l'image Susanna Fritscher, un art de l'espace - Portrait

Articles Liés

Susanna Fritscher fait battre le pouls du Centre Pompidou-Metz - Exposition

Les filtres gracieux de Susanna Fritscher, deux expositions en 2017

On ne fait pas que regarder une œuvre de Susanna Fritscher, on entre dedans. C'est là le premier des points communs que l'artiste autrichienne partage avec l'architecte. L'espace est aussi son médium, à la différence que l'architecture n'est pas pour elle un sujet, plutôt un support. Elle s'y frotte et s'y inscrit, la remplit. Elle en bouscule la perception, absorbe le visiteur dans une expérience qui l'oblige à « être » là. Et ce qui la distingue de nombre d'artistes contemporains qui colonisent l'architecture, c'est qu'en questionnant la sensation de l'espace, la perception des volumes, elle dépasse le stade de l'installation, de l'ajout, pour embrasser l'échelle architecturale de façon totale.

Quand on pénètre dans son vaste atelier de Montreuil (Seine-Saint-Denis), ce n'est pas tant le beau volume conçu par l'agence Harari il y a une vingtaine d'années qui interpelle que les prototypes suspendus au plafond et leur imperceptible mouvement, ou les maquettes posées de-ci de-là. Les matériaux entreposés affichent une certaine neutralité par leur blancheur ou leur transparence. On sent immédiatement que le faire prédomine sur le discours, que son atelier est déjà, en tant que tel, un espace auquel elle se confronte. Car ce qui l'anime est là : il ne s'agit pas de fictionnaliser un lieu donné, mais de le circonscrire pour en faire à la fois le support et la limite de l'œuvre. Plus que de le transformer, son intervention -pérenne ou éphémère s'attache à en modifier la vision. « Quel que soit le type d'espace dans lequel je m'inscris, je ne suis jamais dans un rapport hiérarchique ou de respect particulier. Le véritable enjeu est de trouver une stratégie qui mêle œuvre et environnement, de manière à en révéler la fragilité, l'instabilité qui est la nôtre, celle qui nous entoure. L'architecture m'offre de donner une limite à l'œuvre », résume-t-elle. Sa production, qui ne cesse d'évoluer et de s'enrichir, en témoigne : elle efface autant qu'elle montre.

Perte de repères

Quand on l'interroge sur sa formation - des études d'histoire de l'art, un passage par l'école des arts décoratifs de Vienne avant d'intégrer en France, en 1983, les beaux-arts de Bourges -, du plus loin qu'elle se souvienne, la vastitude était au cœur de ses recherches. «Je réalisais des installations de grande échelle dans le paysage. La relation à la nature […]

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 29305_1715005_k22_k1_3943755.jpg

Kengo Kuma déploie un origami d'ombre et de […]

18/05/2022

300 Le musée Albert-Kahn, à Boulogne-Billancourt, a enfin achevé sa mue. Lauréat du concours en 2012, Kengo Kuma a mené ce chantier complexe à son terme, avec la construction d'un bâtiment de 2 600 m2 et la restauration de neuf pavillons au cœur du sublime jardin du philanthrope. Le banquier et […]

PHOTO - 29305_1714979_k2_k1_3943599.jpg

Kengo Kuma - Portrait

18/05/2022

300 Né en 1954, Kengo Kuma est diplômé d'architecture de l'université de Tokyo en 1979. Il crée son agence au Japon en 1990, puis en France en 2008. Sur notre territoire, on doit à Kengo Kuma le Frac Provence-Alpes-Côte d'Azur à Marseille, la cité des arts et de la culture de Besançon, le conservatoire […]

Living Inside, Carte blanche à Chiharu Shiota - Musée national des Arts asiatiques

LE COCON ROUGE DE CHIHARU SHIOTA au musée Guimet - […]

17/05/2022

300 Le musée national des Arts asiatiques Guimet, à Paris, accueille jusqu'au 6 juin des œuvres de l'artiste japonaise Chiharu Shiota. Plusieurs pièces sont à découvrir en suivant un marquage rouge au sol qui court dans les étages. Une série de petits formats d'abord, où des toiles enferment différents […]

Résidence étudiante, Paris (XVe), NZI Architectes

À Paris, NZI transforme des bureaux en résidence […]

17/05/2022

300 A proximité du parc Suzanne-Lenglen (Paris XVe), l'agence NZI a reconverti un petit immeuble de bureaux en résidence étudiante bas carbone de 145 chambres. Un petit immeuble de bureaux marquait la fin d’une suite de barres de logements des années 1960, ensemble serpentant sur près de 400m dans le […]

PHOTO - 29036_1700648_k2_k1_3912846.jpg

La synergie urbaine d'une médiathèque nacrée près […]

16/05/2022

300 Signée Titan, cette médiathèque ludothèque située dans la périphérie d'Angers se détache de son contexte hétérogène pour mieux s'y insérer. Jouant de son apparente simplicité, elle multiplie les effets de transparence pour devenir un catalyseur urbain pensé à l'échelle de la petite commune. Ici, on […]

AMC n°305 - mai 2022, couverture

Le numéro de mai d'AMC est paru

16/05/2022

300 Au sommaire du numéro d'AMC qui vient de paraître (n°305-mai 2022) et disponible en format numérique: un événement sur la rénovation de la station polaire Dumont d'Urville, un dossier sur les équipements de traitement des déchets, des détails "parements tuiles" et une matériauthèque "réemploi, […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital