Tact architectes – Restructuration et extension d’un hangar en maison individuelle au Cellier (44)

Réalisée par l’agence Tact architectes, la maison K résulte de la transformation d’un hangar existant situé sur un point haut, en lisière d’une zone urbanisée et d’un paysage rural. Offrant des perspectives lointaines sur les paysages environnants, elle conjugue aussi des rapports forts avec les extérieurs immédiats.

 
Tact Architectes, maison K au Cellier - © Tangui Robert
photo n° 1/10
Zoom sur l'image Tact architectes – Restructuration et extension d’un hangar en maison individuelle au Cellier (44)

Si la structure du hangar existant (dalle + charpente bois) a été conservée, le volume a été entièrement réécrit, à la fois par son affectation et par le choix des matériaux. Une extension vient se greffer au sud-ouest. L’écriture architecturale du projet de Tact architectes s’appuie sur la typologie existante (parallélépipède et toiture en pente) réinterprétée de manière contemporaine. Deux travées supplémentaires sont ainsi ajoutées au sud-ouest pour accueillir la pièce de vie et la cuisine, ce qui permet des vis-à-vis sur les espaces habités. Grâce à ce dispositif, l’espace extérieur devient un espace de liaison, et non plus seulement à un espace à contempler. En façade, c’est un matériau opalescent en polycarbonate à petites ondes qui est décliné, laissant apparaître les tasseaux horizontaux en bois clair de sa structure. Le bois est également présent au niveau des menuiseries extérieures, de la charpente existante et des sols intérieurs. La toiture se compose de plaques d’acier laqué gris anthracite ondulé qui entrent en résonance avec la nature de la façade.

La mise en place de gradations sur le rapport dedans-dehors

Avec des variations subtiles, le  projet joue sur le translucide, l’opaque et le transparent par de grandes fenêtres qui sont autant de cadrages sur le paysage. De larges débords de toiture troublent le rapport dedans-dehors, tout en contribuant à la maîtrise des apports solaires. On accède à la maison par un cheminement longitudinal qui jouxte la parcelle voisine. Immédiatement perceptible, l’entrée laisse apparaître le jardin d’hiver traité comme un véritable interstice entre l'intérieur et l'extérieur. À partir de ce premier seuil, on découvre progressivement les lieux de vie intérieurs. Vers le sud, l’extension abritant le séjour et la cuisine se déploie en L, ce qui génère une richesse de vues diagonales. Cet espace est largement ouvert, les inflexions en toiture, ainsi que l’avancée du salon vers l’est créent un espace à la fois ouvert et hiérarchisé. Vers l’est, les chambres se succèdent et font face à un espace largement vitré qui sert d’espace intermédiaire entre l'intérieur et l'extérieur. Laissé libre à l’appropriation, celui-ci est rythmé par les éléments de charpente existants, aboutit à un bureau, puis un peu plus loin, à la chambre des parents. Ces deux pièces bénéficient d’un large cadrage sur le paysage et la campagne environnante, sorte de fenêtre habitée dans laquelle on peut venir s’asseoir.

 

  • Lieu : Le Cellier (Loire-Atlantique)
  • Maîtrise d’ouvrage : privée
  • Maîtrise d'œuvre : Tact architectes
  • Programme : restructuration et extension d’un hangar en maison individuelle
  • Surface : 115 m²
  • Calendrier : 2015
  • Coût : 170 000 € HT

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Serpentine Pavilion 2019, Junya Ishigami architecte

Cet été, Junya Ishigami enchantera la Serpentine […]

20/02/2019

C’est l’architecte japonais Junya Ishigami, dont les œuvres aériennes étaient exposées à l’été 2018 à la Fondation Cartier, à Paris, qui réalisera le Pavillon Serpentine 2019. Installation à […]

Junya Ishigami architecte, par Tasuko Amada

Junya Ishigami architecte - portrait

20/02/2019

Né en 1974, l'architecte japonais Junya Ishigami, formé à la National University of Fine Arts and Music de Tokyo, fonde son agence dans la capitale japonaise en 2004. Lauréat du Global Award for Sustainable Architecture en 2010, il réalisera le pavillon de […]

AMC n°44-février 1978, couverture

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec […]

20/02/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus