Yves Buraud, un explorateur de la condition urbaine à La Maréchalerie de Versailles

À La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’Ensa Versailles, Yves Buraud présente l’exposition "Nous utilisons maintenant le pays lui-même comme sa propre carte". Se définissant comme un explorateur de la condition urbaine, l’artiste plasticien et écrivain donne à voir la plasticité des architectures "périphériques" standardisées et  délaissées.

Yves Buraud, Map 16 Vandœuvre - 2015 (impression numérique sur papier 310 g, 150 x 160 cm) - © Yves Buraud
photo n° 1/9
Zoom sur l'image Yves Buraud, un explorateur de la condition urbaine à La Maréchalerie de Versailles

L’exposition"Nous utilisons maintenant le pays lui-même comme sa propre carte" se réfère au roman Sylvie et Bruno de Lewis Carroll (1889). Deux protagonistes s'y disputent l’échelle la plus pertinente pour représenter un pays sur une carte, pour aboutir à la réalisation d’une carte "à l'échelle d´un mile pour un mile". Dans ce titre, Yves Buraud concentre deux notions présentes dans son travail, la géographie et l’absurde, qu’il déploie à La Maréchalerie où il met en scène, à la mesure du lieu, une série de travaux picturaux.

Une critique incisive de la ville contemporaine

L’artiste investit le centre d’art avec un ensemble d’œuvres qui confrontent le registre de la peinture abstraite et monumentale à celui de l’imagerie urbaine. Sur d'immenses cimaises évidées et brutes, une série de "compilations graphiques" est présentée, cartes de géographie scolaires taguées "artificiellement" dialoguent avec des photographies de mobiliers urbains et d’architectures standardisées associées à des motifs colorés géométriques. Le visiteur est submergé par cette installation architecturale qui le renvoie au pied des tours qu’elle figure. En parallèle, l’artiste relie l’environnement patrimonial et historique de La Maréchalerie à son contexte urbain contemporain, en investissant la totalité de l’immense baie vitrée du centre d’art ouvrant sur la ville. Celle-ci est recouverte d’une image visible des deux côtés, donnant à voir les qualités graphiques de reflets sur un immeuble qui se décomposent en motifs colorés. Cette œuvre fait le lien entre deux réalités, celle de la ville extérieure et celle de l’exposition. À première vue narratives, ces œuvres délivrent une réflexion sur les enjeux des politiques d’urbanisme des périphéries et les questions liées à la ville, linéaire, verticale ou radioconcentrique, qui génèrent stratifications et inégalités sociales.

  • Yves Buraud, "Nous utilisons maintenant le pays lui-même comme sa propre carte", jusqu'au 20 mars 2016
  • La Maréchalerie, centre d'art contemporain, 5, avenue de Sceaux - 78006 Versailles
  • http://lamarechalerie.versailles.archi.fr/

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

Crèche multiaccueil et familiale, BFV Architectes, Paris (XXe)

Le réemploi s'affiche en façade, une crèche […]

20/10/2021

300 Le foncier disponible se faisant rare à Paris, la crèche est édifiée par BFV architectes au sein d'une parcelle grignotée sur un espace vert protégé (EVP) appartenant à une barre de logements sociaux de Paris Habitat, dans le XXe arrondissement. Le projet de crèche conçu par l'agence BFV compense la […]

Abonnés AMC

PHOTO - 27054_1596036_k3_k1_3684074.jpg

La recherche en agence, une production de savoirs […]

19/10/2021

300 L'édition, la création d'expositions ou les explorations constructives occupent de plus en plus d'agences, notamment à la faveur d'une fiscalité incitative qui favorise la recherche et l'innovation dans le secteur privé. Les motivations des architectes sont plurielles : remettre un pied dans la […]

Abonnés AMC

PHOTO - 27054_1596036_k4_k1_3684077.jpg

La recherche en agence (1/5) : alimenter le […]

19/10/2021

300 L'édition, la création d'expositions ou les explorations constructives occupent de plus en plus d'agences, notamment à la faveur d'une fiscalité incitative qui favorise la recherche et l'innovation dans le secteur privé. Les motivations des architectes sont plurielles : remettre un pied dans la […]

PHOTO - 27054_1596044_k2_k1_3684109.jpg

La villa française de Gio Ponti s'ouvre au public

18/10/2021

300 Conçue pour la famille Bouilhet, alors propriétaire de la maison d'orfèvrerie Christofle, la villa L'Ange volant de Gio Ponti constitue un prototype parfait de casa all'italiana, pensée par l'architecte et designer autour de la notion de joie d'habiter, de théâtralité et de vide. Seule œuvre […]

Concours scolaire d’architecture, mars 1968.Coll. privée. R. Jost (élève ERA Strasbourg)

Remonter l'histoire de l'enseignement de […]

18/10/2021

300 Soutenu par le Comité d’histoire du ministère de la Culture et le service de l’architecture de la direction générale des patrimoines, le programme de recherche "Histoire de l'enseignement de l'architecture au XXe siècle" se clôture les jeudi 21 et vendredi 22 octobre 2021, par deux journées de […]

Habiter, ville et architecture, Jacques Lucan, Editions EPFL Press, 2021

Quand Jacques Lucan confronte le logement à […]

18/10/2021

300 De Jacques Lucan, on attend des ouvrages denses, précis et rigoureux, qui, tout en revêtant une dimension historique, restent en prise avec la façon contemporaine de faire de l'architecture, ici et maintenant. C'était le cas en 2015 avec son dernier opus, Précisions sur un état présent de […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital